03 octobre 2014

Le vieux Montferrand

Encore Richelieu ! Non content d'avoir détruit nombre de nos châteaux-forts, voilà qu'il prend parti pour Clermont, au détriment de la cité voisine de Montferrand ! Et peut-être juste sur un coup de tête, sans doute excédé par les querelles incessantes entre ces villes rivales. Mais le résultat est là : en transférant la Cour des Aides sur l'autre colline, il a fait partir tous ces hauts magistrats très riches qui jugeaient souverainement en matière fiscale bien au-delà de la seule Auvergne, et les avocats, et ainsi de suite. 

Pour faire bonne mesure, il ampute même Montferrand d'une partie de son nom : on parlera désormais de Clermont-Ferrand, et tant pis si cette dénomination n'est pas très jolie.

L'intérêt pour nous, c'est que les bâtiments du temps de la splendeur sont plus ou moins restés en l'état, ce qui nous permet d'admirer les maisons à colombages, et les hôtels particuliers dont l'austère pierre de Volvic est adoucie par les somptueux décors de style Renaissance.


lion 

blason

Au sud, même relégué sur une placette, le lion perché sur la fontaine présente encore fièrement le blason de la ville : c'est son portrait tout craché.

P1120732
Et un ado fait son cinéma !

P1120756

A l'ouest, sur la place où se tenaient les grands marchés, trône la fontaine des quatre saisons. La borne entre les deux villes est un peu plus loin, rue de la Rodade.

P1090036

L'église est de style appelé "gothique languedocien", dans lequel l'aspect extérieur était traité avec simplicité (à l'exception, ici, de la façade). 

P1090039

 

P1120736 P1120973

 P1120975

 P1120745
Vierge à l'enfant du XIIe siècle, en pierre

P1120746

La maison de l'Apothicaire tient l'un des angles du carrefour central. Le praticien, muni de son clystère, s'apprête à administrer un lavement au patient qui a déjà pris position. 

apothicaire

 

P1090044

 

P1120735
La maison de l'Eléphant

fontenilhes bis-003

L'hôtel de Fontenilhes 

P1120966

 

P1120753
Hôtel Regin, Saint Christophe et l'enfant Jésus

P1120751-001
L'Annonciation

P1120750
L'hôtel de la Porte (maison de l'Architecte)

 

P1090054
Hôtel Mallet de Vandègre 

P1090074
La maison de l'Ange

P1090075-001

 

 

P1090079-001
Hôtel d'Albiat (maison des Centaures) 

P1120758
Deuxième hôtel d'Albiat
P1120757-001



P1090063

L'hôtel de Fontfreyde n'a plus cet aspect décrépit ; sa restauration semble près d'être achevée.

P1090068

 

 fontfreyde restauré

Dans la cour, la belle Lucrèce en médaillon, violée par Sextus Tarquin, fils du roi de Rome, met un terme à sa souffrance en se plantant un poignard en pleine poitrine. 

 

balcon fontfreyde-002

Pour l'instant, la version restaurée a moins de cachet, je crois qu'il faudrait que les joints retrouvent leur blancheur

P1120960

P1090067-001


 

Posté par andredo à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


31 janvier 2014

Cœur de Riom

Au Ve siècle, Riom disposait déjà d'une église et d'un curé prénommé Amable. Comme le père faisait des miracles, il ne tarda pas à être vénéré, et la ville commença à s'étendre.

P1080705

 

P1080695

Les reliques de Saint Amable sont aujourd'hui encore conservées pieusement dans l'église qui porte son nom. Celle-ci n'a pas de style bien marqué, mais elle est dotée d'un riche mobilier : grandes orgues, grands tableaux, dorures, autel et anges en marbre... 

P1080698

 

autel marbre

  

Mille ans plus tard (c'est fou comme le temps passe vite !), Guillaume Revel prend un cliché de la ville. Devenue capitale administrative et judiciaire de l'Auvergne, elle s'est bien développée, protégée par ses remparts. Remarquez que Guillaume venait d'Aigueperse, au nord, c'est pourquoi l'est se trouve à gauche, et l'ouest à droite, bien sûr. 

riom revel
(Bibliothèque Nationale de France)

On observe d'abord, devant les remparts, l'Ambène (ce ruisseau a été en partie détourné pour alimenter des tanneries), et dans l'enceinte, de gauche à droite : le palais construit par Jean de Berry à partir de 1360 (à l'emplacement de l'actuel palais de justice) avec la Sainte Chapelle, puis le beffroi devenu la tour de l'Horloge, l'église ND du Marthuret, et la basilique Saint-Amable. 

 P1080739
La Sainte Chapelle

 

 P1080715

P1080714
La Tour de l'Horloge

 

P1080728
La dernière maison à pans de bois

 

Dans l'église du Marthuret, construite à partir de 1308, est conservée la Vierge à l'oiseau, également du XIVe siècle. Sous la Terreur, les bouchers de Riom ont caché cette sculpture afin qu'elle échappe à la destruction.

P1080664-001

 

P1080683

 

A la Renaissance, Riom devint ville royale, et des hôtels particuliers abondamment décorés furent édifiés.  

P1080723-001

P1080725

 

P1080731

 

 

P1080727

 

P1080692

 

La fontaine Adam et Eve a été construite plus tardivement, au XVIIe siècle.

P1080687

P1080689P1080688

 

Au XXe siècle, Etienne Clementel, dont le buste a été sculpté par Rodin, s'est attaché à préserver et enrichir le patrimoine de la ville.

P1080737

 

P1080736

P1080735

 

P1080733
Le Baiser de la Gloire, dans la cour de l'Hôtel de ville, sous les arcades 

Mais la ville n'est pas entièrement bourgeoise. Près des anciennes tanneries, on trouve un quartier populaire. Il n'est pas nécessaire d'être un grand marcheur : tout est concentré dans la surface délimitée par le boulevard circulaire qui suit le tracé des anciens remparts.

P1080685


 

Posté par andredo à 22:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 mai 2012

La vallée des usines

P1060413_002

La Durolle, avec son cours torrentueux, a offert une force hydraulique utilisée à Thiers dès le Moyen-Âge, pour alimenter les moulins à farine, les foulons des tanneurs, les maillets des papetiers, et avec le développement de la coutellerie, les martinets des fondeurs et les meules des émouleurs.

Dans les débuts de l'ère industrielle, à partir de 1850, seule la coutellerie est parvenue à se maintenir. Elle était encore éparpillée dans de très petits établissements, mais des fabriques utilisant des machines-outils sont apparues.

Puis l'utilisation de l'électricité a libéré les usines des caprices de la Durolle. Au XXe siècle, elles ont été progressivement abandonnées, nous laissant leurs ruines à contempler.

P1060693

 

P1060625

îlot Navaron

Nous  avons cassé les reins à une montagne,
 forcé  une rivière folle à travailler pour nous
 
mieux que ne le feraient trente mille chevaux

 

rouet Delaire


P1060675

 J’aime  la  rude musique du travail, et si par hasard
  j’ai une idée  triste,  en frappant  mon enclume, je
   n’ai  qu’à  sortir  un peu, à  venir ici, et à regarder
rire  l’eau  et le soleil pour me sentir fier et content !

 

P1060648

  

Creux de l'Enfer

P1060663

  Le Trou d'Enfer !  je suis de la plaine, moi, et je ne connaissais 
guère les précipices. Et puis un trou d'enfer au milieu d'une ville, 
  ça ne me paraissait pas possible.   Et cependant  j'entendais le 
  grondement de la chute d'eau ...                                         

 

Top_15

P1060664

usine du May

Top-003
Photo à la une du journal La Montagne du mercredi 23 mai 2012 :
" La région thiernoise sous les eaux " 


 

P1060647

chez Ferrier

P1060645

 
     Bah !  n
otre  enfer  n'est  pas si laid qu'on veut bien le dire !             
mes yeux s'y sont accoutumés, et tous ces toits de bois noircis             
par la fumée, ces passerelles tremblantes sur les cascades ...               
oui, tout cela  me danse devant les yeux et me chante dans les oreilles !  


        
P1060668

 

P1060670

 

P1060711

 

P1060686-001

 

 

P1060701

 

P1060700

 


Tous les textes surlignés sont tirés de La Ville Noire, de George Sand.


 Complété le 23 mai 2012

Posté par andredo à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 mai 2012

Thiers - Le Moutier

 

Le pont du Navire relie depuis le XIIIe siècle la ville ecclésiastique, au bord de la Durolle, à la ville seigneuriale installée en position dominante.

 

P1060610

Oeuvres de Patrick Raynaud, 1986 

P1060613

 

logis_abbatial

Un moutier (monastère) était déjà installé à cet endroit au VIe siècle. L'abbaye fut rattachée au XIe siècle à Cluny ; elle a conservé des moines bénédictins jusqu'à la Révolution. Les vestiges qui subsistent à notre époque sont le logis abbatial (remanié), ses jardins (qui se visitent en été), et l'église Saint-Symphorien.

Panorama_3_001

 

P1060637

 Restaurée à la fin du XIXe siècle, l'église a été amputée de ses parties les plus anciennes, qui ont toutefois échappé à la destruction. 

P1060635

 

P1060944

Des travaux effectués en 1953 ont fait apparaître, sous le porche, des peintures anciennes. 

P1060959

L'intérieur, repeint, comporte des chapiteaux décorés, datant du XVe s.  
 

P1060758

 

P1060417

 

P1060421

 

 P1060955

 

En face de l'église, dans un agréable jardin public, se trouve  l'orangerie (ouverte seulement le mercredi).

P1060938

 

P1060939

  

P1060837
(à suivre : la vallée des usines) 



Posté par andredo à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 avril 2012

Retour à Thiers

P1060748

Drôle de ville, avec son quartier historique perché autrefois riche, sa ville basse, ses usines aban-
données au  bord  de la Durolle. Et, plus récente, sa longue et plate ligne droite, bordée de constructions hétéroclytes, et terminée par un large rond-point où trônait l'imposante guillotine de Dennis Oppenheim(1). Celle-ci, qui était rituellement démontée à chaque manifestation d'agriculteurs, a fini par renoncer ; où ses débris se cachent-ils aujourd'hui ?  



Le dynamisme affiché à la sortie de l'autoroute ne reflète pas forcément la réalité économique


Pourtant, même surmontée d'une rampe d'autoroute, et longtemps défigurée par par une barre d'HLM, la ville haute a conservé sa fière allure.

 

0163-0301_die_stadt_von_thiers(2)

tableau     

Là-haut, une ville riche s'est élevée,une ville bariolée
de  couleurs  tendres  et rieuses que les voyageurs   
comparent  à une  ville d'Italie,  une ville quasi neuve
avec  des  fontaines,  des  édifices, des routes !   (3)

porte_001

  P1060740_001 

Top_17 


Mais, hormis l'emblématique maison du Pirou, les immeubles de prestige semblent manquer d'entretien, et certains perdent leur activité, à l'exemple du Tribunal ou de la Banque de France. 

P1060745 

 

thiers1_001

 

 P1060406


P1060410

 

Dans les raides petites rues dévalées par les enfants que François Truffaut avait pris plaisir à filmer(4), ce ne sont, à l'exception des magasins de coutellerie, que vitrines mortes et façades décrépites, qui régulièrement s'effondrent. Seules les familles d'origine turque, immigrées lorsque la coutellerie était florissante, acceptent encore de vivre dans ces immeubles vétustes. Malgré les efforts de la municipalité, la situation s'aggrave : depuis plusieurs mois, la rue de la Coutellerie est en partie évacuée et fermée par des palissades, sans qu'une date de réouverture puisse être fixée.

P1060750 
 

Depuis la terrasse des remparts, le panorama sur le lointain massif du Sancy reste somptueux, mais on ne peut manquer de remarquer, en se retournant, la longue devanture noirâtre qui fut celle (on le devine sous la crasse) de Défimode. Les ruelles gardent leur charme, avec leurs maisons à pans de bois et les peddes qui les traversent.

P1060736
Le coin des hasards
 

P1060738_001

 

P1060403
rue Conchette
 

Dès le Moyen-Âge, un château s'élevait à Thiers. Il en reste des murailles (sur lesquelles se sont appuyées les maisons branlantes), et un porte près de l'église Saint-Jean. Au-delà, les escaliers et les sentiers creusés à flanc de rocher (les pâtières) descendent vers la rivière.

 P1060719

 

P1060721

 

P1060756-001
 

P1060720 

 

P1060696_001
vigne dans les jardins de l'hôpital
 

P1060704
bain de soleil face aux usines


P1060829

(à suivre : Le Moutier, la vallée des usines)
  

1- L'oeuvre, créée lors du symposium de sculpture monumentale métallique organisé en 1985, a été démantelée à l'approche de l'an 2000.

2- Tableau de Théodore  P.E. Rousseau, 1830.

3- Extrait de La Ville noire, de George Sand, 1861.

4- Dans L'Argent de poche, sorti en 1976. 


 

Posté par andredo à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


01 avril 2012

Les fresques de Châtel-Guyon

P1060408

A Châtel-Guyon, la sainte Anne qui veille sur l'église est de facture rustique. Modeste jusque dans sa tenue de paysanne en sabots du pays brayaud, on dirait une cousine de Bécassine dorlotant un ouistiti. Ce n'est pas une moquerie : la ressemblance  me semble évidente.

P1060409

 

P1060415

A l'intérieur, en revanche, Nicolas Greschny s'est montré beaucoup plus démonstratif. En deux mois, durant le terrible hiver 1956, il a recouvert d'images pieuses les 900 m2 d'espace disponible. On admire le bel ouvrage, même si ces jolies illustrations n'ont pas toutes une puissance évocatrice très forte. 

P1060432

 

P1060444

 

 P1060421



 Les quatre cavaliers de l'Apocalypse


P1060426

Adam et Eve  

P1060423_1

  

L'archange Saint Michel terrassant le dragon à sept têtes 
 

P1060430_1
Moïse présentant la manne céleste aux Hébreux

 

 P1060424


P1060412
Le baptême de Jésus, et la Jérusalem céleste d'où sortent les quatre fleuves
 

 

P1060443

P1060419a

P1060446
Les verrières sont en cristal de Baccarat incrusté dans du ciment armé 

 

P1060456


Sur la butte dominant l'église s'élevait autrefois le château du comte Guy II ("Castel Guidonis", qui a donné son nom à la ville), croqué ici par Guillaume Revel. 

chatel_armorial

Slobo lui a redonné un semblant de vie, sur un pignon. 

chateau

P1060455_1

Mais au sommet  il ne reste aucune trace du château : seulement le calvaire, et une table d'orientation. 

 


 PS- Mais oui (voir le commentaire de Cécile), c'est bien le chanoine Jean Puyau qui a commandé les fresques :

P1060434

 



Posté par andredo à 16:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 mai 2011

Le puy de Crouel

 P1010621

<<  Plus loin, un puy fameux, que l'on nomme Crouel,
Aux yeux du voyageur paraît un vaste autel ;

P1010617

Il s'élève au milieu d'une campagne immense :
Qui sait comment sa masse en ces lieux prit naissance ?

P1010562

D'où vient de ses rochers le bitume noirci ?
Le brûlant Phlégéton sortirait-il d'ici ?

P1010546

P1010599

Autrefois je montais sur son sommet pierreux
Et je croyais alors escalader les cieux

P1010565

Je t'adresse mes vers, petit mont remarquable
Qu'environne Bacchus de son pampre agréable >>  
(1)

P1010535

 

Deux siècles plus tard, un tel enthousiasme n'est pas de mise : l'immense campagne est très urbanisée, et le calme du lieu est relatif, car il faut parvenir à faire abstraction du bourdonnement continu de la circulation automobile.

P1010646

 

P1010580

A quelques mètres de l'autoroute, devant leurs cabanes, les jardiniers imperturbables échangent  leurs plants de tomates, en se demandant s'il est bien raisonnable de les repiquer maintenant, alors que les saints de glace ne sont pas passés.

P1010595

Quelques cerisiers s'élèvent au-dessus des broussailles ; une cépée de figuiers s'est développée au chaud contre la roche. Bacchus se contente d'une maigre parcelle de vigne peu à peu gagnée par l'envahissante aristoloche clématite.

P1010540

 

Le Crouel signale le début des " indésirables " (2) rejetés à la périphérie de la ville. Les plus acceptables d'entre eux se sont alignés à ses pieds : funérarium et funérarium, cimetière et crématorium. Du camp de tziganes discrètement installé de l'autre côté, près des jardins, ne parvient que l'aboiement d'un chien. Les dépôts d'ordures ne sont pas très loin ; le chantier de l'incinérateur contesté - voir (3) - est encore plus proche.

 P1010641

 

P1010552

En juillet 1939, un militaire a sans doute trouvé la mort en percutant avec son avion le sommet du mont. Ses camarades ont érigé une stèle à sa mémoire, sans préciser les circonstances de l'accident. On ne retient donc que son nom  (qui ne facilite pas les recherches) : le sergent M. Truc.

P1010569

Un petit enclos dont le grillage a été enfoncé protège (un peu) des antennes depuis longtemps inutilisées.

P1010577

En haut fleurit le chèvrefeuille, en bas le cornouiller. Mêlées aux arbustes et aux rochers, des plantes basses offrent au soleil leurs couleurs variées.

P1010534

P1010542 P1010545 
hélianthème                                pervenche

P1010543
   

P1010584
euphorbe

P1010579
fumeterre

P1010592
églantier

 Vue du puy de Crouel depuis la carrière de Gandaillat

 


(1) - " Le panorama naturel " par Jacques Bernard, 1816
 
                                      .Capture_plein__cran_05052011_163416
                               (cliquer sur l'image pour accéder au document)

(2) - " Les Indésirables - Paysage déversoir du trop-plein de la ville " par Adèle Moury : ici.

(3) -  Article du journal " La Montagne " du dimanche 15 mai 2011 :
                       Num_riser0001
                                      (cliquer sur l'image pour l'agrandir)


Posté par andredo à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 juin 2010

Beaumont Châtaigneraie, la balade

aP1020918

Beaumont Châtaigneraie  :  l'arrêt du bus de la T2C dessert principalement la clinique, connue notamment pour son service " Urgences main ", et pour sa maternité.

aP1130238  P1020846

Cet arrêt donne également accès, immédiatement derrière la clinique, à une zone verte de 10 hectares encore préservée. Le bois de la Châtaigneraie s'accroche à ses racines centenaires, tandis que juste au-dessus, à Boisséjour, de grandes grues qui grignotent gravement aimeraient bien, goulûment, franchir la limite.

grues_poster_1

abeton_poster

 

bogue

a

Beaumont_ch_taigneraie_1

aaa

P1020128

aa

aP1000034_1

a

P1000042_1

 

branches_1

a

ombre_1

aa

P1030816

a

P1030384

aa

P1020108

aa

moutons

aaa

grotte_bis_2

a

pouzzolane

aa

P1020963

aa

carri_re_2

a

P1000063


Du haut de l'ancienne carrière de pouzzolane, nous dominons les environs.
aa

P1000055

axxxa

pano_clermont_2

a

montrognon_bis

aaa

P1030021

aaa

P1030425_1


J'ai tenté de reconnaître quelques plantes, je les montrerai la prochaine fois.

P1030468

 

Voir aussi :     Les plantes au printemps     Les orchidées    L'été     L'automne


 

Posté par andredo à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 mai 2010

Les quatre anges et les quatre vents

 

500PX__1_2

a

 

abbaye_1_1

a

L'abbaye de Mozac a subi, outre les vicissitudes de l'Histoire qui ont conduit à son abandon, des inondations et surtout, au XVe siècle, deux violents tremblements de terre suivis de reconstructions hasardeuses. Mais son église conserve de nombreux chapiteaux sculptés présentant des scènes propres à éduquer, émouvoir ou simplement  distraire le bon peuple.

aa

P1020771

a

Parmi les compositions offertes à notre admiration par le Maître de Mozat, il en est une qui a été  placée en évidence, au sol  à l'entrée du choeur.

a

P1020779

aa

Les quatre anges et les quatre  vents

a

ange

a

Les anges sont  songeurs : nous sommes à l'aube de l'Apocalypse ; un calme oppressant  précède le déchaînement des éléments.

a

P1020767

a

Ces anges ont été chargés de retenir un moment le souffle des quatre vents, le temps de reconnaître, parmi les hommes, ceux qui sont dignes d'échapper à la tourmente.

aa

P1020766

a

Les vents, eux, sont seulement impatients d'exercer leur force brutale.

a

P1030174

a

P1030176_1

a

Inconscients du désastre qu'ils vont provoquer, ils auraient même un air un peu simplet.

a

P1030182_1

 

P1030178_1

a

Une autre interprétation, issue d'un esprit trop subtil pour se contenter d'une simple illustration de la Bible, voit dans la corne que tiennent les personnages le symbole de la parole, diffusée aux quatre vents.  Les anges fermeraient le bec à ces gens qui, faisant mauvais usage de leur langue, ne méritent pas de s'exprimer.

a

vents

a

C'est le curé de la paroisse (1) qui a retrouvé cette oeuvre, en 1983 : utilisée comme un quelconque élément de construction par de piètres restaurateurs (2), elle avait été placée dans un mur parmi des pierres anonymes.


(1)- Pas tout seul ! Il a bien donné sa bénédiction, mais c'est le Club historique mozacois, dirigé par Jean-Marie Perona, qui a effectué les recherches, comme le précise l'article paru dans "La Montagne"  le 4 mars 2012 :

mozacmozac_bas

(2)- L'appréciation est peut-être un peu hâtive : voyez le commentaire d'Antoine.


 

Posté par andredo à 08:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 mars 2010

Safari-photo dans Billom

Les  fontaines
a

P1010733

La fontaine miraculeuse : elle attire irrésistiblement
tout photographe amateur, et lui permet de réaliser des photos surprenantes !
a

fontaine

a

P1010737

a

a

P1010714
La fontaine qui dévoile toutes ses pensées

aa

aP1010729_1
La fontaine au lion mécontent

.

Pont sur l' Angaud

aaa

pont

Le ruisseau sépare les deux bourgs autrefois rivaux
de Saint-Cerneuf et Saint-Loup

aa

Le  beffroi

aa

beffroi

aa

L'église Saint-Loup
aa

_chauguette2

a

statue_et_st_loup

a

P1010720

aa

P1010722
Des têtes couronnées énigmatiques

a

P1010726

a

a

Le quartier médiéval

aa

P1010706

La rue des Boucheries

P1010702_1

Pendre l'ennemi à un croc de boucher ? A bien y regarder, ce serait trop barbare !

aa

P1010699

a

P1010707

a

P1010711
La maison du bailly

a

P1010738
Poutres élastiques

aa

P1010704   P1010731

aa

P1010698


Posté par andredo à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :