01 septembre 2014

Araignées

petite araignée non identifiée

Pouce ! Cessons de mettre à l'index ces pauvres araignées ! Certes, nous n'apprécions jamais de rencontrer la grosse tégénaire, pourtant inoffensive, dans notre salle de bains.  La femelle étant très casanière, c'est sans doute un mâle, à la recherche d'une compagne avec laquelle il vivra quelques semaines, avant de mourir et de servir de nourriture à sa veuve. 

tégénaire

D"apparence plus fragile, le pholque phalangide n'en est pas moins capable de s'attaquer à de grosses proies, y compris la tégénaire. Il a la prudence de se tenir à l'angle du plafond, pour n'être menacé que par la caresse d'un plumeau.

pholcus

Déposons délicatement à l'extérieur ces gentils animaux de compagnie, et observons quelques bestioles de leur famille, dont certaines sont assez jolies, sans compter qu'elles sont aussi très utiles, puisqu'elles mangent des insectes que nous jugeons également indésirables.

Je vous l'accorde, le faucheux n'est pas d'une beauté époustouflante.

faucheux

Je concède volontiers que atypus affinis (si c'est bien elle), avec son genre mygale, n'est pas particulièrement sympathique.

araignée mygale genre atypus

Mais cette autre mygale bien poilue, qui nous observe entre quat'z'yeux, est trop petite pour nous impressionner :

petite mygale

Et reconnaissez que la pisaure qui transporte avec précaution son cocon est plutôt attendrissante,

pisaure (pisaura mirabilis) avec son cocon

de même que ces nouveaux-nés qui s'agitent en tous sens.

P1110076

Et la tétragnathe étirée, installée au-dessus de l'eau, a une ligne très élégante.

 16731549


Les araignées-crabes, qui sont souvent douées de mimétisme, se présentent diversement vêtues.

16609367

araignée crabe en blanc

 araignée crabe en vert

 araignée-crabe

 

L'épeire diadème est bonne ménagère : dès que sa toile est endommagée, elle la refait entièrement, après avoir pris soin de récupérer les fils de l'ancienne.

épeire diadème sur sa toile

épeire diadème

L"épeire des bois, plus poilue, arbore comme la précédente un beau dessin sur son abdomen, non plus en forme de croix, mais de feuille de chêne.

P1110169

En cette fin d'été, la rosée du matin met en évidence les nombreuses toiles en hamac. 

P1120688

P1120689

Ces pièges sont surveillés de deux façons :
- l'agélène se place sur la toile, souvent à l'affût à l'entrée d'une sorte de tube qui constitue son repaire,

P1120794-001

P1120686

 

P1120819


- à l'inverse, la petite
linyphia triangularis s'installe sous la toile, suspendue le ventre en l'air. Elle tire ses proies  au travers du filet dans lequel celles-ci sont tombées.

P1120722

P1130025

 

P1120898
 L'ennui, c'est qu'il faut faire pas mal de contorsions pour la voir de dos

L'argiope se chauffe en plein soleil et se déguise en frelon pour ne pas être importunée par les oiseaux. Elle tisse un toile très particulière, terminée en son centre par deux séries de zigzags.

argiope


Que de merveilles, n'est-ce-pas ? Je ne manquerai pas de vous informer, dès que je rencontrerai l'une ou l'autre de celles-ci :

640px-Haeckel_Arachnida
(Wikipedia : Ernst Haeckel
 — Kunstformen der Natur (1904), plate 66: Arachnida)


Petite mygale ajoutée le 29/9/2017 

Posté par andredo à 14:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


06 mai 2014

Papillon vole, parfois

Le 20 septembre 2012, une chenille quittait  la pelouse, s'avançant résolument vers la terrasse.

P1100826

C'était un flambé : ce papillon apprécie les cerisiers, et notamment les miens.

63339891
A Nonette, celui-ci était sur du lierre

J'ai perdu la chenille de vue avant de la retrouver, quatre jours plus tard, installée sous forme de chrysalide dans un pot de cactées.

P1010998

P1100175

P1100892

Elle se doutait bien que ces plantes seraient protégées du gel, et qu'elle pourrait ainsi passer l'hiver dans de bonnes conditions. Le 3 novembre, elle n'avait pas beaucoup changé.

P1110641

La période de froid se prolongeant, ce n'est que le 2 mai qu'elle montra des signes d'évolution : l'enveloppe fissurée laissait apparaître les couleurs des ailes.

P1010994

Les fissures ne me semblaient pas de bon augure, et effectivement la situation s'est figée. Le papillon, pourtant formé, paraissait momifié. Le 7 juin, j'ai ouvert l'enveloppe. 

P1020730

P1020734

C'était raté, il ne prendrait jamais son envol. Heureusement, d'autres ont survécu. En ce moment, ils sont quelques-uns à voler au sommet du puy de Marmant. 

P1100082

 

P1100076

 

P1100084

P1100098
Le 14 avril 2014

800px-Iphiclides_podalirius_-_Segelfalter
                                                                                                                          (Wikipedia - Dessin de 
Jacob Hübner, 1800)


 

Posté par andredo à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 avril 2014

La saison des amours

P1090976

En ce beau début d'avril, les pêcheurs ne sont pas les seuls à fréquenter le lac Servières.

P1100016

P1090978

Les crapauds sont sortis de leurs trous dans la forêt. Ils ont bravement traversé le chemin d'accès, heureusement peu fréquenté, n'y abandonnant que quelques victimes.

P1090981

 P1090990 

Les voilà maintenant dans l'eau claire, immobiles, non loin de la rive. Ils se sont placés à quelques mètres les uns des autres ; chacun surveille sa zone.

P1090983

Ce sont des mâles qui attendent l'apparition de l'âme sœur. Ils ne sont pas exigeants : ils sont tous prêts à sauter sur le dos de la première venue, et à y rester le temps qu'il faudra.

P1090994

De rares chanceux y sont déjà parvenus : ce dimanche, seules quatre femelles, toutes accompagnées, étaient visibles en faisant le tour du lac.

P1100010

P1100017

Fermement agrippé à la dame, il suffit d'attendre : c'est elle qui déclenchera le processus, en évacuant pendant plusieurs heures un long chapelet de cinq à sept mille œufs.

P1100002

P1100004

IMG_1819

Un mâle trop pressé s'accroche à un couple déjà formé. Il ferait mieux de reprendre son poste, car il n'a aucune chance d'arriver à ses fins.

P1090989

P1090988

Mais rien n'est perdu, car la saison des amours, qui dure plusieurs semaines, ne fait que commencer. Restez attentifs !

P1100007

 

P1090958

Panorama 4-001


 

Posté par andredo à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 juillet 2011

Huguette en goguette

 

 


La nuit tombe. Huguette a plongé, puis nagé en écartant sans ménagement les tiges de nénuphar. Elle s'apprête à aborder.

 

Elle fait d''abord une pause sur la margelle, le temps de s'assurer que le trajet est sans danger.

P1020340

 

Arrivée sur la terrasse, un accès de timidité la pousse à se réfugier sous une petite table.

P1020346

 

Après mûre réflexion, elle se lance en terrain découvert, avec assurance.

 hu


D'abord réservée, elle finit par prendre goût au statut de star, et et fait volontiers face au flash du photographe.

P1020368_1

P1020370

P1020371

Mais pour continuer son chemin, elle attend que je sois parti. Je ne saurai pas où elle va passer la nuit.


 

 

Posté par andredo à 21:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 juin 2011

Le problème avec Huguette

P1010173

Au début du printemps, une horrible créature pustuleuse, énorme, s'est invitée dans notre bassin. Nous avons craint pour la vie de nos poissons, mais (en principe) la bête ne se nourrit que d'insectes, de vers de terre et de limaces.

huguette_et_poisson_aquarelle
Finalement, la cohabitation se passe bien

Elle attendait que des mâles viennent s'aggriper à elle et féconder les chapelets d'oeufs qu'elle s'apprêtait à pondre (n'étant pas expert en batraciens, je n'exclus pas que cette grosse dame soit un mâle). Le problème,  c'est qu'aucun crapaud, d'un sexe ou l'autre, ne s'est présenté. Et Huguette a disparu.

P1010408_3


Après quinze jours d'absence, nous avons cru que notre crapaude avait poursuivi sa route. Mais alors que je nettoyais le bassin, pensant récupérer une pierre tombée dans l'eau, j'ai retrouvé Huguette au fond de mon épuisette. Vexée, elle s'est à nouveau cachée quelques jours, avant de réapparaître. Elle inspectait la rive, cherchant un abri.

P1010403_1 P1010402
          Voyons ici...                                        mais c'est bien trop petit !

 P1010405_2 P1010407_2
        Essayons par là ...                                   bon, ça paraît correct !

P1020002
Mais oui, c'est confortable !

P1020017 

P1020068
En plus, l'appartement est en duplex, avec un grand balcon à l'étage


Elle semble maintenant bien installée. Mais le problème avec Huguette reste le même : étant de moeurs nocturnes, elle sort discrètement, et souvent au matin elle n'est pas rentrée. Résultat : tout le monde s'inquiète, car elle pourrait, en traversant la rue, se faire platement accommoder en crapaudine.

P1010774_1 agrion
 - Tu l'as vue, toi ?                                 - Pas depuis un certain temps ! 


L'autre problème avec Huguette, c'est qu'elle est très réservée, et parfaitement muette. Elle ne semble pas particulièrement heureuse de nous voir. Lorsque j'ai essayé de l'amadouer en lui tendant un ver au bout d'un bâton, elle n'a pas manifesté le moindre intérêt. Elle ne cherche pas à se rendre sympathique : si je m'approche trop, elle se détourne avec agacement. Aurait-elle mauvais caractère ?

 P1020038


Mon problème avec Huguette, c'est aussi qu'elle bouge très peu. Elle peut rester la journée entière immobile, le regard fixe, plongée dans un profonde méditation. Si elle s'agite parfois, c'est uniquement avec sa gorge, soulevée par de légers mouvements réguliers. Peu lui importe que  mes photos se ressemblent toutes.


Huguette n'est pas vraiment laide. Son visage  rappelle juste un peu (mais en plus avenant) Jabba, ce méchant de la Guerre des Etoiles.


Le gros problème avec Huguette, c'est qu'elle n'en fait qu'à sa tête. Pourtant bonne marcheuse, elle n'acceptera jamais de se comporter comme un animal de compagnie normal, qui m'accompagnerait en balade, gambadant près de moi, et tirant joliment la langue de temps en temps pour gober un moucheron. Elle est tellement indépendante qu'elle peut bien, sans un mot d'explication, sans même un signe de la patte, me quitter pour toujours.

P1020042_1


Posté par andredo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


01 septembre 2008

Métamorphoses, la suite

Le mardi 19 août, nous déplorons déjà une perte dans nos rangs : une pupe de diptère - disons, pour simplifier, une larve de mouche, dans son dernier stade d'évolution - est découverte près de N°5, qui donc avait été parasitée.

P1120272

Mercredi 20, N°5 accouche d'un deuxième intrus.

Jeudi 21, l'horreur continue : le jardinier croit revoir Alien, alors que du corps vidé de son amie N°3 - qui lui avait offert quelques jours plus tôt le spectacle de sa nymphose - s'extrait en se contorsionnant un asticot repu.

P1120282

Vendredi 22, le jardinier  inspecte le fond de la boîte, et découvre dans les orties séchées encore six larves identiques aux précédentes. Parmi les nymphettes immobiles, il ne fait pas de doute que N°2, petite et noirâtre,  a elle aussi été infestée. De plus en plus habité par les images d'Alien, le jardinier se demande si dans cet équipage miné par un envahisseur sournois, il trouvera son lieutenant Ripley.

Les jours passent, dans l'inquiétude mais sans nouvelle victime apparente... Jeudi 28 août, dans le cockpit près de ses deux collègues momifiées, N°1 a plutôt bonne mine.

P1120381

A l'arrière, un mince espoir de survie subsiste pour N°4, qui n'a que partiellement noirci :

P1120384

Samedi 30 août, l'émotion est à son comble : dans l'après-midi, N°1 laisse apparaître, en transparence, les yeux caractéristiques de son espèce, qui orneront ses ailes déployées. La naissance est proche.

P1120392

Dimanche 31 août, le jardinier s'empresse de nous rendre visite. Il a compris que N°4 ne s'éveillera pas, mais je suis là, moi N°1, prête pour l'éclosion.

P1120406
7 h 50

Il va, il vient, il surveille, mais se laisse quand même surprendre, car ma sortie est très rapide. Me voici donc, seul dans cette équipe à atteindre l'état de papillon. On m'appelle

paon du jour

P1120410
8 h 20
P1120411

Il faut maintenant me laisser le temps de récupérer, de défroisser mes ailes, de m'endurcir.

P1120428
8 h 40

P1120435
9 h 10

Je ne me détache de mon enveloppe vide qu'au bout de deux bonnes heures.

ind_pendance
10 h 50 - la trace rouge, c'est un déchet que j'ai éliminé après la naissance
(le méconium, chez les papillons comme chez les humains)

Mes tentatives d'envol me conduisent à la porte. Il est temps que le jardinier l'ouvre.

dans_la_main

P1120471

sur_la_porte_1
11 h 20, juste avant l'envol

C'est parti, je vais découvrir le vaste monde ! Après un vol d'une quinzaine de mètres, je fais un premier arrêt, puis je repars, me posant de ci, de là. Je butine un souci, et bientôt je m'éloigne.

Je dispose de beaucoup de temps jusqu'à l'hiver, lorsque le froid m'obligera à chercher un un abri. Je me réveillerai en mars, et je volerai encore jusqu'à la fin du printemps, après m'être accouplé pour que le cycle continue, tant qu'il y aura des orties.

Le jardinier est satisfait d'avoir mené à bien son expérience. Il faut dire qu'encore une fois, André Lequet l'a bien aidé, en décrivant précisément, dans son article consacré à inachis io (c'est mon nom scientifique), toutes les étapes de l'opération.

P1070150

P1070154

P1070295

P1070297

Quant aux pupes de diptères, elles sont toujours là, mais le jardinier ne les aime pas. Il leur en veut d'avoir causé la mort de ses protégées, et il ne se sent pas une vocation d'éleveur de mouches. Il va les relâcher dans la nature, et les laisser vivre leur vie.

P1120865
Le 20 septembre, je suis de retour, attiré par les zinnias
(ou bien, si ce n'est moi, c'est donc mon frère)



Posté par andredo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 août 2008

Métamorphoses

Nous partîmes cinq cents, et il fallait bien nous pondre en aussi grand nombre, car nous serons sûrement peu nombreuses à arriver au port.

P1110913

P1110887

Est-ce là une ancienne tenue abandonnée après une mue, ou le résultat d'une hécatombe ? Quoi qu'il en soit, nous étions encore nombreuses à dévorer nos provisions : un jardinier adepte du purin d'orties avait laissé se développer cette plante délicieuse qui compose tous nos repas. Nous étions là depuis un mois environ, et nous avions subi diverses évolutions. Mais ce n'est que le 9 août, alors que nous étions bien grasses et avions revêtu notre tenue de gala -une jolie robe noire à pois blancs- que l'homme nous repéra.

P1110891_1

Nous restions plutôt groupées, mais il ne faut pas nous prendre pour de vulgaires chenilles processionnaires. D'ailleurs, nos épines sont sans danger, nullement urticantes. Elles sont néanmoins impressionnantes, et le jardinier mit du temps avant d'oser nous toucher : il gardait ses gants, au prétexte que les orties, elles, ne manqueraient pas de le piquer.

P1110909

Sans relâche, nous mangions ces feuilles appétissantes.

P1110899

P1110902

Les plus aventureuses partaient explorer les sommets.

P1110910

Après nous être bien gavées, et ayant atteint les quatre centimètres réglementaires, l'appétit nous a manqué. Nous avons commencé à nous disperser, cherchant un endroit tranquille  pour nous transformer en chrysalide. Craignant de nous perdre de vue, le jardinier a retenu sept d'entre nous  dans une boîte, à l'intérieur de sa cabane.

P1120027

D'habitude, à l'endroit qui nous convient, nous secrétons un support soyeux auquel nous nous accrochons, la tête en bas.  Mais nous, emprisonnées, ne pouvions aller bien loin. Ainsi nous étions trois, toutes proches, à nous être suspendues au carton qui recouvrait la boîte. Le 14 août au matin, le jardinier eut une surprise : l'une d'entre nous s'était transformée pendant la nuit.

P1120052

P1120050 P1120049

Il s'absenta durant deux heures, et à son retour nous étions deux à avoir revêtu une nouvelle parure, couleur jaune-vert.

P1120066_1

Il ne voulait maintenant pas rater la nymphose de la troisième, qui, par chance, ne tarda pas. Quelques soubresauts, la peau qui s'ouvre et fait apparaître progressivement la chrysalide : en huit minutes, le changement était accompli.

10h32_1 10h33_2
10 heures 32, début du processus

10h34_3_vue_de_dos 10h35_4_vue_de_face
10 h 34, vue de dos          -        10 h 35, vue de face

10h36_5 10h37_6
10 h 36    -    10 h 37
Il faut maintenant s'agiter pour se débarrasser de l'enveloppe inutile

10h38_7 10h40_8
10 h 38, encore un effort !        -                   10 h 40, c'est fait !
P1120116
Voilà la dépouille, vieux vêtement au rebut

Dans l'après-midi, une autre de nos compagnes s'est transformée, et une dernière le lendemain 15 août. Il restait deux chenilles alanguies, qui semblaient avoir péri.

Nous voici maintenant, cinq fragiles nymphes sous la protection du jardinier. Notre coque va s'assombrir et se durcir, mais il ne devrait rien arriver d'important avant une quinzaine de jours. Sauf accident de parcours, ce sera alors la dernière phase : l'apparition de l'imago.

P1120205_1       P1120192
Les 4 premières, au matin du 16 août

P1120214
Et la dernière, peut-être trop agitée, s'est détachée de son embase soyeuse

A bientôt, si tout va bien !


Posté par andredo à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 juin 2008

Deux petits merles

J'avais repéré dans la haie de thuyas un nid avec deux petits merles  :

P1110202

Quatre jours plus tard, ils me jetaient un regard intéressé :

P1110248

Le jour suivant, il n'en restait plus qu'un :

 

P1110263_2

L'autre avait sauté à terre. Perché à trente centimètres au-dessus du sol, il ne paraissait guère capable de voler. Il m'observait, attendant sans doute que je lui donne la becquée :

P1110250

Il suivait mes déplacements du regard :

P1110261_1

Lorsque j'ai voulu le replacer dans le nid, craignant qu'il soit attaqué par les chats,  il s'est enfui sous la haie.  Mais sa mère, qui apprécie beaucoup mes fraises, n'était pas loin.

Le lendemain matin, le second avait lui aussi disparu.

  

Ne sachant si tout cela était normal, je me suis documenté, et Wikipedia m'a dit :

- la femelle pond de deux à six oeufs,

- les petits quittent le nid très tôt, en moyenne au bout de 13 jours, avant de savoir voler,

- ils se laissent tomber en voletant, et vont se mettre à couvert à proximité,

- ils seront encore nourris par leurs parents pendant trois semaines après le départ du nid et suivront les adultes, mendiant de la nourriture,

- les jeunes finissent par prendre leur indépendance et s'envoler, toujours de leur propre chef : ils ne sont jamais chassés par leurs parents.

Je serais presque rassuré, mais on m'indique aussi :

"leur principal prédateur est le chat domestique"

8733262_m

 

P1110265

A François, aussi démuni que l'oisillon tombé du nid


 

Posté par andredo à 22:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 septembre 2007

L'écosystème

 

P1070781

Quand j'ai creusé la terre pour installer mon bassin, je pensais nénuphars et poissons rouges, et je croyais tout maîtriser.

Mais rien n'a marché comme prévu : un nénuphar s'est propagé outrageusement, tandis que l'autre a végété plusieurs années avant de fleurir. Les poissons rouges se sont reproduits, mais beaucoup sont devenus blancs, alors que petits ils sont noirs.

Périodiquement, des algues se sont développées. La pompe s'est souvent obstruée, et a même court-circuité l'installation électrique.

Il m'a fallu accepter de placer aux abords des décorations hétéroclites : petits nains aux couleurs criardes, ou grenouilles chinoises en résine de synthèse.

C'est une Parisienne extasiée qui m'a éclairé :  j'avais créé un  écosystème :

" unité fondamentale formée par l'association d'une communauté d'espèces vivantes (biocénose) et d'un environnement physique (biotope) en constante interaction  "                                  (Larousse)

Dès lors, tout s'explique ! Chacun mène maintenant sa vie comme il l'entend, et le rôle du Créateur se borne à quelques miraculeuses apparitions, pour changer la pompe, trouver un traitement antialgues écologique, ou céder exceptionnellement aux prières de poissons voraces qui préfèrent la nourriture industrielle.

Donc j'observe, ce n'est pas trop fatigant, et c'est même parfois intéressant.

P1050483

Les plantes

P1050778_1
Iris kaempferi

P1060330
Nymphaea Gloriosa,
"un triomphe parmi toutes les hybridations de Latour-Marliac"

Pic024

P1070484

Les poissons

P1050496

 

Les oiseaux

Les merles ont investi la place ; ils surveillent et chassent les oiseaux plus petits qui viennent boire ou prendre un bain.

merle_chez_lui

P1060326

 

Au-dessus de l'eau

P1070625

Une araignée a tendu sa toile, c'est une  tétragnathe étirée.

P1070697

La libellule est peut-être un caloptérix vierge, mais la position qu'elle prend ne me permet pas de la reconnaître formellement.

P1070621

C'est la dernière venue de la saison. La première à apparaître fut la libellule déprimée :

P1060421
Le mâle

P1060318

P1060322

P1150083
la femelle

Puis les petites nymphes au corps de feu sont arrivées :

P1060385

 

P1060454

J'ai pu assister à l'accouplement et à la ponte :

P1060558

L'agrion jouvencelle les côtoyait :

P1060448

L'aeschne bleue, très vive, n'a pas été facile à saisir. Mais lorsqu'elle s'est aventurée à l'intérieur sans savoir comment ressortir, elle a bien dû s'accorder un moment de repos :

P1070458

D'accord, elle n'a pas de bleu, mais c'est en raison du dimorphisme sexuel : la femelle est ainsi. Je l'ai surprise plus tard en train de chercher un endroit pour pondre :

P1070479

Pour compléter ma collection, le sympètre rouge sang s'est invité :

symp_tre

Pas farouche du tout, il m'a laissé approcher à une vingtaine de centimètres, et s'est même tourné légèrement pour m'offrir son meilleur profil :

P1070640

 

*

Au fond, avec six sortes de libellules pour une pièce d'eau aussi petite, il se débrouille assez bien, cet écosystème.

Sans_titre_3

 


* Je replace au bon endroit le commentaire qui rectifie mon erreur :

 

Sympétrum strié
Une bonne idée, la mare. Les libellules vont adorer. Juste une remarque, le Sympétrum mâle photographié est un Sympétrum strié (Sympetrum striolatum).
Ischnura - email : admin@libellulesmaizieres.fr - http://www.libellulesmaizieres.fr


 

Posté par andredo à 21:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

04 septembre 2007

Jolies bestioles

 

insecte_003

D'abord, j'ai vu la scutigère dans l'escalier qui mène à la cave. J'ignorais son nom, mais après l'avoir photographiée, j'ai pu l'identifier et étudier ses moeurs. Les insectes doivent être nombreux dans la maison, puisqu'ils constituent sa nourriture. Jusqu'à présent, je n'avais remarqué que ceux qui m'importunaient : mouches, guêpes, mites, ou araignées.

En ouvrant un peu plus les yeux, j'ai repéré les papillons de nuit, qui se collent aux vitres, attirés par la lumière à l'intérieur. J'aime bien le col de fourrure de l'écaille tigrée, et les plumes du ptérophore blanc.

P1060510

P1070763

Beaucoup d'autres me restent  inconnus, comme celui-ci, tout petit...

P1050670

 

... ou ceux-là, qui ne figurent pas dans mon guide :

 

collage_2

En revanche, je connais très bien le sphinx du troène, car dans l'école où elle venait de terminer ses études, Isabelle avait reçu un cadeau original : non pas un vulgaire porte-clés, mais la véritable chrysalide bien vivante, de ce papillon qui après plusieurs mois de repos devait au prochain printemps déployer ses ailes. J'ai été chargé de prodiguer à la bébête les soins prescrits par la fiche d'élevage qui avait été judicieusement jointe, et lorsque je la réchauffais dans ma main, elle me remerciait en remuant la queue ou, plus exactement, son extrémité  abdomino-ventrale articulée.

chrysalide

 

J'avais préparé une cage pour ne pas rater l'éclosion, mais l'événement ne s'est pas produit : le printemps venu, la chrysalide a simplement cessé de se tortiller, et elle est devenue légère, légère...

A cette époque, ce sont les tipules, ou cousins, qui nous ont rendu visite.

P1050762

En Angleterre, on les appelle "Papa aux longues jambes" (Daddy long legs), c'est joli !

tipule_de_dos_bis

Quelquefois, un grillon (plus petit que celui-ci qui est un grillon des champs) pénètre dans la cuisine.

P1060226
C'est une femelle, car elle possède à l'arrière un instrument ("oviduc", ou "ovipositeur"), qui lui permet de creuser le sol et d'y déposer ses oeufs

Sur la terrasse, c'est la femelle ver luisant qui plusieurs soirs a allumé ses phares pour attirer les mâles.

P1060275

 

Au jardin, dans le lilas fleuri, j'ai observé l'araignée-crabe.

P1050556

P1050552

En août, les abeilles ont bien apprécié les figues.

abeilles_et_figues

 

 

Je n'ai pas voulu photographier les gendarmes (ou suisses) qui abondent, mais dans les mêmes tons avec un dessin différent, j'ai trouvé cet insecte, à peine plus petit :

 

P1070428

Il m'a fallu du temps pour découvrir, grâce aux pages entomologiques d'André Lequet , qu'il s'agit toujours du gendarme, mais sous la forme d'une larve âgée, au stade pré-imaginal.

Sur une feuille de haricot, le clairon des abeilles, tout poilu, prenait la pose :

P1060665

 

Il porte ce nom car sa larve s'introduit dans les nids des abeilles et se nourrit de leur contenu.

Dernièrement, j'ai surpris cette sorte de punaise, longue d'environ 15 mm, au milieu des noisettes que je venais de récolter. Je n'ai pas trouvé son nom.

P1070715

P1070723

En balade, j'ai rencontré (parmi d'autres) un carabe doré à Villossanges, un bousier à Olloix, un cercope rouge sang à Sermentizon :

P1060218_1

P1060143

P1050780

A Douharesse, sur la PR des roches Tuilière et Sanadoire, c'est, me semble-t-il , un carabe embrouillé (carabus  intricatus) qui s'enfuit :

P1070818

Et en vacances, à Port-Vendres, cette grosse épeire a voulu me barrer le chemin :

P1060835

A la maison, beaucoup plus jolie, une véritable épeire diadème était recroquevillée, comme morte, avant qu'elle parte à toutes jambes :

P1080126

Pas de panique, ce n'est qu'une petite femelle, dont l'abdomen ne dépasse pas 10 mm : c'est ce que disent les gros mâles, qui après la copulation se sauvent très vite, de peur d'être bouffés !

 

*

abeille

 

 

 

 

 


Posté par andredo à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :