26 novembre 2010

Creste haut perché

-C
C'est un petit village perché, dominé par les ruines d'un château-fort, dont un soir j'avais aimé les photos prises par Laurence, puis par Helliot qui n'avait pas craint d'effectuer la montée à vélo. Inconsciemment, j'avais dû  être impressionné par l'aspect vertigineux du site, car la nuit suivante j'ai rêvé de Creste sur sa crête : entre autres péripéties, je roulais péniblement en voiture sur une piste encombrée de grosses pierres, et je m'apercevais brusquement que j'étais sur une arête bordée de chaque côté par un précipice. La voiture se trouvait bloquée, mais je réussissais à m'en extraire et à rejoindre le village à pied. Voulant atteindre le sommet rocheux,  je glissais dans une cavité, et  m'y retrouvais coincé jusqu'aux genoux, avec le reste du corps renversé au-dessus du vide. Une foule curieuse sortie du néant commentait la situation sans réagir, mais moi je me sentais bien. Au bout d'un moment, les pierres se sont écartées, consentant à me libérer, et je me suis réveillé.

-

P1060638_2

-

En réalité, on se gare facilement à l'entrée du village, et  même s'il nécessite une certaine prudence, le sentier conduisant aux ruines du château n'est pas très dangereux. Le sévère avertissement placardé par la commune semble donc être de pure forme. Je n'étais d'ailleurs pas le seul contrevenant : au sommet, deux jeunes gens de la LPO munis de longues-vues et de sandwiches observaient patiemment la migration des pinsons du nord.

-

P1060636
Malgré sa faible superficie - un peu plus de  4 km2 -
et seulement 55 habitants, Creste est bien une commune à part entière

-

P1060591

Au-dessus de la grotte, la chapelle

P1060593

-

P1060602

-

P1060597

 

P1020861
Une chance : grâce à des ouvriers qui y travaillent, la chapelle est aujourd'hui ouverte !

P1020857

P1020859

 

-

P1060622_1

L'accès au château : étroit avec des chicanes

P1060624_2

-

pan_de_mur_1

Du château il ne reste que quelques pans de mur

mur_ouest

-

P1060595_1

-

P1060611

Vue vers le sud, avec la pointe du pic de Brionnet

-

P1060618_3

-

saintdiery

-A l'ouest, Saint-Diéry et les crêtes du Sancy

P1060619

-

creste

De longs lézards des murailles

P1060643_1

- -


Complété le 13 juin 2013 (intérieur de la chapelle)

 

Posté par andredo à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


09 novembre 2010

Montrognon, dans les pas de l'abbé

« Au-delà de Beaumont, nous suivîmes un petit sentier, à gauche de la grand'route. Il nous mena dans un vallon délicieux. Un petit cours d'eau s'échappait au fond de cette étroite colline située entre la montagne de Mont-Rognon et le puy des Chaumes. Des prairies ombreuses, tapissées d'arbres fruitiers, décorent ce site charmant. Des rangées de saules, tondus tous les trois ans par la serpe du vigneron, bordent le sentier et le ruisseau .

P1070193

-

P1070190

-

P1070168

-

P1070180

-

A l'extrémité du vallon on découvre le village de Ceyrat qui se confond au milieu des arbres.

P1060944

-

Le nouveau pont qu'on a construit récemment sur la route, à l'entrée d'une gorge serrée et profonde, est remarquable par la hardiesse de sa construction.-

P1070173

---

P1070182

-

Au-dessous de Ceyrat nous prîmes un sentier pierreux qui conduit, par une montée escarpée, aux ruines de l'antique château de Mont-Rognon, dont la silhouette se dessinait dans le lointain.

P1070171

-

800px_Montrognon_vers_1900

-

P1060959

-

Dans les chartes du moyen-âge, Mont-Rognon portait le nom de mons rugosus (montagne rugueuse), sans doute à cause de l'aspérité de la montagne et de l'accès difficile du château. Il semble avoir été produit par un volcan, car nous remarquâmes un courant de laves et des basaltes prismatiques.

P1060952

-

P1060918

Parvenus au sommet, nous tombâmes sur la pelouse parsemée de débris du vieux château. Le soleil était à son zénith ; pour trouver un peu d'ombre, nous fûmes obligés de nous réfugier dans une vieille tour qui se dressait au sommet de la montagne. Les murs étaient d'une grande épaisseur, et avaient été construits si solidement que, malgré les outrages des frimas et du temps, ils avaient résisté. Néanmoins, minés sans relâche par les intempéries et la gelée qui pénètre les fissures, ils menaçaient de nous écraser.
-

tour_avec_pdd

P1060934

-

P1060947_1

-

C'était tout ce qui restait de cet antique manoir féodal. Construit à grands frais, au XIIIe siècle, par le comte Guillaume VIII, qui se qualifia le premier du titre de dauphin d'Auvergne, il devint une forteresse imprenable. Par sa position il dominait toutes les campagnes environnantes et défiait l'audace des ennemis du comte. La famille de ce seigneur régna longtemps en Auvergne.

Capture_plein__cran_08112010_095844

-

Nous eûmes le temps de contempler à notre aise le paysage. En tournant le dos au sud, nous avions devant nous la ville de Clermont ; à gauche le gigantesque puy de Dôme, et à droite Gergovia que nous nous réservions de visiter.

pano_clermont

-

branche_pin

---

P1060948

-

Nous saluâmes une dernière fois ces ruines qui disparaissent insensiblement sous l'action dissolvante du temps. L'ombrageuse politique de Richelieu avait commencé à faire démanteler le château qui finira bientôt par disparaître entièrement. Le silence règne dans ce vieux donjon, et le berger anime seul de ses pas la solitude de ces ruines féodales. »

P1070283

-

P1070194

--

_____________________________________________________________________________________________________

Ce texte est entièrement constitué d'extraits du récit attribué à l'abbé Jean Chaumette, ou l'abbé Etienne-Joseph Cosse,
" Souvenirs de Voyage ou Les Vacances en Auvergne ", publié en 1857.

Capture_plein__cran_08112010_180323
(cliquer sur l'image pour accéder au livre,
sur le site de la Bibliothèque nationale de France, Gallica)

Le berger ayant quitté les pentes de Montrognon, je suis allé le chercher sur les hauteurs de Super-Besse.


Posté par andredo à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 octobre 2010

Domaine royal de Randan : Isabelle

Au début du XXe siècle, Isabelle  modernisa le château, en installant notamment l'eau courante, et l'électricité grâce à un générateur.

424px_Marie_Isabelle_Comtesse_de_Paris
Etait-elle vraiment heureuse d'épouser son cousin Philippe ?
-

P1050967

P1050968

--

-

P1050943

-

P1050940
Devant l'orangerie, cette serre bénéficiait d'un double système de chauffage,
par eau chaude circulant dans des tuyaux de cuivre toujours visibles au sol,
et par fermentation du fumier de cheval déposé dans des fosses situées à l'arrière.
-

Comme les cuisines dégageaient des odeurs incommodant les résidents, on éloigna celles-ci, réalisant par la même occasion un magnifique toit-terrasse qui rejoignait la chapelle.

-

P1050948

--

Tout était donc prêt pour recevoir dignement quelques invités :

a
-
* des jardins en terrasses bien entretenus,

P1050979_copie

P1050980

--

* un petit barbecue avec tournebroche à poulie,

P1050965
--

*  et les petites brochettes qui vont avec !

P1050963

-

* des tableaux et, pour rire un peu, des caricatures de célébrités :

-P1050915

-

rotschild
Au centre, le banquier Nathan Rotschild ; les deux autres sont des acteurs de l'époque
(celui de gauche, dans le rôle de Michel Rocard ? )

---

*  des meubles élégants,

P1060008

-

P1060009

-

*  des trophées de chasse,

P1050959

-

*  une vue étendue sur les monts Dôme,

-

*  et surtout un merveilleux salon chinois ...

---

Mais tout cela ne sera guère utilisé.

Isabelle meurt en 1921. Son fils Ferdinand, grand explorateur et chasseur, hérite de la propriété. Mais, accro à la cocaïne, il décède trois ans plus tard d'une overdose, non sans avoir légué ses biens à Maria Isabel, sa noble et jeune épouse espagnole. Une nuit de juillet 1925, c'est dans le salon chinois qu'un feu se déclare, et détruit le château. Maria retourne dans son pays, abandonnant sans regret un domaine auquel elle n'est pas attachée. C'est seulement en 1999 que ses héritiers se souviennent de cette lointaine ruine, et décident de la vendre aux enchères. Elle est maintenant la propriété de la région Auvergne.

-

-lion

-La visite laisse un certain sentiment de frustration : même en étant accompagné par un guide, il n'est pas permis de s'approcher du château, alors qu'il paraît possible de pénétrer sans danger dans la cour d'honneur ou d'avancer un peu sur la terrasse sud, pour voir quelques-uns des éléments de décoration. Pire, la longue terrasse de l'aile des cuisines, entièrement rénovée, est elle aussi inaccessible. Et quant à moi, j'accepte difficilement l'interdiction de toute photographie de la collection d'animaux empaillés de Ferdinand, alors qu'un prudent déclic, sans flash, ne saurait leur faire de mal. Enfin la simple promenade dans le parc est payante, au même tarif que les visites guidées, alors que sous l' Ancien Régime, la propriété non clôturée était librement parcourue par les villageois.

P1050929

-


Posté par andredo à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 octobre 2010

Domaine royal de Randan : Adélaïde

Philippe d'Orléans, qui prit le nom de Philippe Egalité, était très opposé à la monarchie absolue. Cousin de Louis XVI, il n'hésita pas à  voter  la mort de ce dernier, avant de finir lui-même sur l'échafaud quelques mois plus tard, en novembre 1793.

Il avait de nombreux enfants, dont le futur roi Louis-Philippe, et Adélaïde. Celle-ci, qui pendant la Révolution voyageait en Angleterre, ne rentra en France, très riche, qu'à l'époque de la Restauration. Elle s'intéressa alors à Randan.

ad_laide
-

Le château de Randan, connu depuis le XIIe siècle, avait  appartenu à diverses familles nobles. Madame Adélaïde l'acheta en 1822, et en fit une splendide demeure, entourée d'un grand parc.

-

-P1050992_1

--

P1050928

-

---

P1050926

----

P1050999

L'obélisque :
petit clin d'oeil d'Adélaïde à son grand frère Louis-Philippe qui, devenu roi des Français,
décidait à ce moment-là de placer l'obélisque de Louxor sur la place de la Concorde

-P1000504
Louis-Philippe, la main posée sur la charte qui définit ses pouvoirs

---

P1050933

-

c_dre
un cèdre du Liban

-

P1050972

un séquoïa

P1050937

-

bassin

-

P1050986

-

L'église du village est à deux pas, mais une famille de sang royal se devait de disposer d'une chapelle privée.

P1050956_1

-

P1050954  P1050953

Les vitraux ont été fabriqués à la manufacture de Sèvres

P1050958

-

P1050946

Bon, le poulailler placé juste derrière la chapelle, c'est peut-être une légère faute de goût !

--

Adélaïde, restée célibataire, meurt le 31 décembre 1847. Le domaine est alors transmis à un petit-neveu, Philippe, puis au décès de ce dernier en 1894, à son épouse Isabelle.

(à suivre)


-

Posté par andredo à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 septembre 2010

Le Broc

a

a

A l'extrémité d'une coulée basaltique dominant la plaine, voilà un bon endroit pour construire un château-fort, au pied duquel vont s'agglutiner des villageois recherchant une protection, accordée par le seigneur sous le fardeau du servage. Puis  le seigneur se fera tyran, et les habitants ne retrouveront la liberté, dans le meilleur des cas, que vers 1630, si le château est démantelé sur ordre de Richelieu.  A défaut, l'attente sera prolongée d'un siècle et demi.

a

P1050882

a

P1050833

a

Au Broc, les paysans n'ont pas attendu aussi longtemps : ils se sont révoltés vers l'an 1340 et ont  obtenu une charte de franchise.  Puis  ils ont fortifié eux-mêmes leur village : c'était nécessaire, car la guerre qui devait durer Cent Ans venait de commencer, et des bandes de malandrins battaient déjà la campagne.

a

P1050824

a

Le château fut abandonné et tomba rapidement en ruines.

P1050848

aaa

porche_1

a

En 1761, le château fut racheté, divisé en plusieurs lots, puis partiellement rénové : c'est la partie sud, construite avec un souci d'élégance absent de la forteresse moyenâgeuse.

a

Avec vue sur la butte de Nonette

Les habitants étaient principalement vignerons. Leurs maisons comportaient toutes une cave, parfois creusée dans la roche, surmontée d'une ou deux pièces à vivre. Elles étaient serrées les unes contre les autres dans des ruelles étroites. Certaines sont maintenant en ruines, abandonnées pour des logements plus confortables.

P1050847

a

maison_broc

a

a

donjon_1

Vue sur le donjon

cave

caves

P1050825

a

P1050862_1

a

P1050875_1

a

P1050896_1

a

Aujourd'hui, la collectivité a lancé des travaux de rénovation, notamment près du grand escalier seigneurial, grimpant jusqu'au plateau,  et descendu depuis des siècles par les pèlerins de Compostelle.

escalier_broc

a

P1050829

a

P1050827

a

Des pierres sculptées sont disposées  sur le plateau, sous les marronniers. On peut leur chercher une signification, mais c'est peut-être simplement l'oeuvre d'une personne un peu adroite qui, sans prétention, a gravé les images qui lui sont venues à l'esprit.

a

P1050836
Un cheval

P1050838
Un lion

P1050837
Un gisant

P1050840_1
Un blason composé, dans lequel on a reconnu (à gauche)
les armes des seigneurs de Montmorin
" de gueules semé de molettes d'éperon d'argent, au lion de même brochant ",
l'autre partie paraissant inachevée

a

P1050841
la chapelle Notre-Dame de la Chaux, édifiée entre 1667 et 1703

a

Le personnage le plus connu ayant vu le jour au Broc est Jacques Pardinel, qui fut chanoine de la cathédrale de Rodez, dont la dalle funéraire du XVIe siècle, ornée de coquilles Saint-Jacques, est placée à l'entrée de l'église.

P1050878


Posté par andredo à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


10 août 2010

Le vallon des Bouys

Guide  Chamina  "Au fil de l'Allier", n° 22

a

C'est une marche de trois heures que l'on peut entreprendre à partir de Sainte-Marguerite, où un parking fait face à l'usine d'embouteillage.

Le circuit monte d'abord vers Saint-Maurice, surplombe le vallon, redescend vers Mirefleurs puis revient au point de départ en longeant l'Allier.

aa

a

Saint-Maurice-ès-Allier

a

Le village dominé par le puy Saint-Romain (781 m)

a

P1050364_1

 

L'église, où l'on vénère les saints Romain et Maurice (à gauche),
tous les deux soldats romains, ce qui explique leur tenue.

a

a

mirefleurs_st_maurice_et_ste_marguerite

Fontaine-lavoir sur la place centrale

aa

P1050376_1

La rue sous les forts

P1050375

La poterne du fort villageois

aa

P1050379

La maison des arcades

aa

P1050377

Le "château" rénové

a

a

Le vallon

a

a

Le vallon est constitué de pelouses sèches dont la faune et la flore sont protégées. Près de la route en contrebas, on trouve la trace d'anciennes carrières, de bâtiments et de fours à chaux exploités jusqu'en 1945.

a

P1050398

 

aa

aa

Mirefleurs

a

A Mirefleurs, on traverse d'abord des lotissements récents, avant de suivre un parcours labyrinthique dans le village ancien pour voir maisons vigneronnes, château et remparts. On traverse ensuite la zone artisanale, puis on longe l'aire d'atterrissage des deltaplanes qui s'élancent du puy Saint-Romain. Là, un petit détour permet d'atteindre la source salée du Sail, qui alimente un pré où poussent des plantes habituellement rencontrées en  bord de mer, dites halophiles.

a

P1050347

En bordure du parc (non ouvert au public) du château

aa

P1050336

Place Jean Domat

a

P1050341

Ruines du château des comtes d'Auvergne (XIIIe siècle)

P1050356

a

P1050351

aaa

aa

 

 

P1050355_1

La place de la Molle

a

P1050350

Le clocher

aa

P1050360

La croix de la Prade

aa

P1010288

aa

aa

Source du Sail et pré salé

a

P1160802

a

sail

aaa

P1160810

Le pré salé est sous la protection du CEPA
(Conservatoire des Espaces et Paysages d'Auvergne)

P1160805

aa

P1160807

Je n'ai reconnu que le plantain maritime  : facile, il abonde !

P1160808_1

aa

aa

Les berges de l'Allier

a

P1010262

aa

P1010270

aa

P1050391

a

P1050402

aa

Et l'on rejoint Sainte-Marguerite ... la prochaine fois, seulement !

a


 

 

Posté par andredo à 21:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 janvier 2010

Le garou de Buron

 

 

P1010542

a

chateau

a

 

P1010547

C'était un seigneur violent, vicieux, violeur. Il ne craignait ni Dieu ni Diable, et massacrait avec délice les pauvres gens qui se trouvaient sur son passage. Ivre de sang, il ne rentrait à son château, un sombre fort faisant corps avec l'éperon de basalte dont il était construit, que pour s'y livrer à la débauche. Au pied de la butte, les maisons paysannes s'étaient peureusement resserrées, et personne n'osait évoquer, même à voix basse, le nom de celui qui terrorisait la population. Longtemps après sa disparition, il suffisait de citer son surnom, "le Garou", pour que chacun soit à nouveau envahi par les frissons de la terreur.

P1010546

Ce soir-là, il se restaurait dans son repaire, entouré d'une joyeuse bande de soudards. La journée s'était déroulée de bonne manière : pillage d'un monastère, après l'assassinat de tous les moines. Certains d'entre eux avaient même pleuré et imploré grâce, ce qui, pour être habituel, était d'autant plus plaisant dans un lieu sacré. Pourtant, le Garou ressentait comme un malaise.

P1010548

Et la foudre se déclencha, embrasant le château dans le vacarme effrayant du tonnerre. Le Garou a-t-il vu la colère de Dieu, qui pourtant n'a pas l'habitude de se déranger pour des turpitudes aussi ordinaires, ou bien la joie du Diable impatient d'accueillir cette excellente recrue ? Toujours est-il qu'il s'enfuit, suivi de sa troupe épouvantée, et qu'on ne le revit plus.

P1010549

Le château abandonné ne menace aujourd'hui que les rares visiteurs qui osent affronter les ronces dont il se pare.

P1010624_1

 

ruines

 

P1010584

 

P1010588_1

 

P1010579

 

P1010581_1

buron_village2

P1010583

P1010598

 

 

 

pano_sancy_pdd_2

Vue du massif du Sancy jusqu'au puy de Dôme, avec au centre le donjon de Montpeyroux
(cliquer pour agrandir)

P1010601

 

P1010553

Un pèlerinage dédié à N-D de Buron a lieu tous les ans, le troisième dimanche de septembre.
La petite église est surmontée d'une cloche du XIVe siècle, dite "la Montauronne"
(classée monument historique) qui provient de l'abbaye du Bouchet.

P1010609

 

P1010617

 

P1010619

 

 


Les illustrations de la légende du sanguinaire sire Robert sont la reproduction de peintures du plafond de l'église de Buron. Sur les murs sont également peints des portraits dont j'ai fait ici une frise.

P1010612P1010551P1010614P1010613P1010610P1010550P1010552

 


 

 

 

 

Posté par andredo à 22:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 décembre 2009

Coudes

Au fil de l’ Allier

P1010365

C'est un village malchanceux, dominé d'un côté par le donjon de Montpeyroux, et déchiré de l'autre par l'autoroute. On comprend mal aujourd'hui comment les autorités ont pu oser choisir un tel trajet, qui comporte un toboggan géant construit délibérément au-dessus des maisons. Et ça uniquement pour permettre à la route de serpenter dangereusement jusqu'à Issoire, à l'étroit entre un cours d'eau capricieux capable de l'inonder, et une falaise qui, ébréchée pour les besoins de la cause, est sujette aux éboulements.

Malgré tout, le centre ancien de Coudes, blotti au confluent de la couze Chambon et de l'Allier, échappe au bruit de fond des automobiles. Il conserve son harmonieuse architecture de village vigneron, et la promenade au bord de l'eau est plaisante.

 

P1010380
Le pont gothique (XIVe siècle) sur la couze Chambon...

P1030862
...doté d'un panneau Michelin (plus récent) qui ravit les amateurs

P1010376
Ici, la couze Chambon rejoint l'Allier

P1010377_1
Au carrefour, il faut respecter les règles de priorité

P1010382

i

pont_suspendu

 

Le pont suspendu, construit en 1846, détruit par les Allemands en 1944 et reconstruit après la guerre, n'est plus autorisé aux voitures.

cartes_postales_photos_Passerelle_du_Pont_Suspendu_COUDES_63114_63_63121001_maxi
source :
Notrefamille.com

Supplanté par un ouvrage moderne inauguré en 1976, il a perdu maintenant une grande partie de son utilité. Mais il est bien entretenu et reste beau.

 

P1010340

t

 

P1010345

Points d'attache

P1010386

 

 

P1010341
Points de suspension

L'eau de la source ferrugineuse est gracieusement mise à notre disposition :

coudes source


Un petit canal (que l'on appelle ici béal), longe la couze Chambon jusqu'au coeur du village et alimente les jardins alentour.

P1010348

h

P1010357

h

P1010356_1

h

P1010352
Quelqu'un a dû déranger les pigeons

Le sentier, après être passé sous l'autoroute, continue à longer le béal jusqu'à la dérivation.

P1010360

h

P1010359
J'ai appris que le mécanisme de réglage des vannes avait pour nom une martelière

P1010361

k

Au sud, des habitations se construisent sur le coteau, pourtant exposé au bruit obsédant dont j'ai déjà parlé.

P1010368

fP1010367

Encore quelques pas, et Coudes ne sera plus visible. A l'est, c'est Buron qui apparaît, au pied de sa forteresse moyenâgeuse détruite par un incendie au XVIIIe siècle.

P1010364

h

P1010369

cultures_1

 

 


 

 

 

Posté par andredo à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mars 2009

Château Rocher

" Au fil de la Sioule "

Nous quittons Châteauneuf-les-Bains , cap au nord.

Num_riser0001_1

Lisseuil a une toute petite église qui ne se distingue des autres maisons du village  que par son pignon surélevé abritant deux cloches.

P1130963
C'est un "clocher-peigne", appelé aussi "clocher-mur"

Mais dans le choeur est conservée une splendide vierge en majesté du XIIIe siècle, en bois.

P1130972

P1130967

P1130969

Ce n'est d'ailleurs pas le seul trésor du village, et le curé ne manque pas de nous le faire savoir :

P1130964

Voilà qui est intéressant, mais nous ne pouvons nous attarder, car le but de la promenade, c'est Château Rocher :

P1130899
Point de vue situé sur la route de Montluçon, dans la descente vers Pont de Menat

P1130900

En longeant la Sioule, vous ne le verrez pas sous cet angle, mais plutôt ainsi :

P1130920

Non, pas vraiment, car là,  c'est dans l'autre sens, en venant de Pont de Menat. En fait, en partant de Lisseuil, vous ne le verrez qu'au dernier moment, en sortant du parking aménagé à Blot Rocher. Auparavant, vous aurez traversé Saint-Rémy-de-Blot, où Laetitia Casta en personne se tient prête à vous indiquer le chemin :

P1130962

P1130922

Voilà, nous y sommes !

Le château a été construit au XIe siècle par Archambault le Fort, et renforcé au XIIIe. On voit encore des traces du système de défense, constitué par plusieurs murs d'enceinte et fossés, du côté est :

P1130926

P1130960_1

A l'ouest, pas de problème défensif : c'est une falaise au-dessus de la Sioule.

P1130945

lumix_premi_res_photos_107

Toutes ces précautions n'ont pas empêché, pendant la guerre de Cent Ans, la prise du château par des mercenaires à la solde de l'Anglais. Et très vite, avant même que Richelieu pense à la détruire, la forteresse fut abandonnée.

P1130946

int_rieur

Et qui vint ensuite hanter ces lieux inquiétants, les nuits de pleine lune ? Mais le Diable, bien sûr ! C'est du moins ce que dit la rumeur, colportée par l'office de tourisme du pays de Menat sur son panneau d'information  :

" On voyait alors s'élever dans les cieux d'immenses flammes, rouges, énormes et interminables jusqu'à se perdre dans les nuages.

Autour du feu, boucs, sorciers et damnés formaient une ronde ; leurs ombres se dessinaient  parmi les ruines, en jouant avec les rochers.

Pour s'en être trop approchés, certains paysans devinrent aveugles ; ces soirs-là, dans les chaumières, on tremblait..."

La Sioule, elle, garde son calme, formant un joli méandre qui précède celui de Rochocol, que nous pourrons observer depuis Navoirat, sur l'autre rive atteinte en traversant le pont romain de Menat ... une prochaine fois !

m_andre_rectifi_


Posté par andredo à 08:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

09 septembre 2008

Châteauneuf-les-Bains

Dans la série "Au fil de la Sioule", continuant vers le nord après Queuille, j'aborde maintenant à Châteauneuf-les-Bains : une  rue dans la vallée, rive gauche, ponctuée d'une série de petits hameaux des deux côtés de la rivière.

Le garçon de café traverse sans arrêt la rue, de la belle terrasse de l'hôtel du Château jusqu'au balcon sur la Sioule, sans doute pour surveiller le passage des truites, qu'il ne faut pas confondre avec les jeunes saumons. Plus loin, s'affairant au milieu de ses palettes devant la petite usine d'embouteillage, l'autochtone est un grand Noir bien baraqué. Quelques touristes - voire curistes, mais y en a-t-il vraiment ? - passent, nonchalants.

P1120249
La truitelle et le tacon
Pour info, la taille minimale des captures de truites est ici de 28 cm

Au bout de la rue, près d'un pont donnant accès à un camping, un circuit de découverte m'est proposé : je vais donc le tester, et vous informer comme dans les magazines, avec points forts, points faibles, et  même les "incontournables", mais oui !

  • Le point fort : le panneau.

P1120223

 

 

Il est précis, il met  l'accent sur les choses à voir :  c'est bien utile lorsque l'office de tourisme est fermé, et il m' a donné envie de suivre le parcours (j'espère que vous arrivez à le lire - n'oubliez pas que vous pouvez agrandir en cliquant sur l'image).

P1120226

  • Le point faible : les panoramas de la grande boucle.

Le parcours est si peu fréquenté que l'habitant que je rencontre croit que je sors du camping et se préoccupe de me remettre dans le droit chemin. Non, je suis un simple promeneur, qui sera bientôt un peu déçu. On pardonne à ce circuit d'être en grande partie sur du goudron, et d'être mal balisé. Mais il nous fait miroiter des panoramas qui dans la réalité sont bien ternes.

Le premier est censé nous offrir une vue sur la presqu'île de Saint-Cyr, ce joli méandre à la sortie du village :

chateauneuf_google

 

Voici ce que nous propose le croquis, et ce que l'on voit en réalité :

pano_et_plan

Désolé, mais la Sioule n'est pas du tout visible, pas plus que la presqu'île, et oser représenter l'église Saint-Cirgues comme un petit édifice sur un promontoire, alors que c'est une ruine enfouie dans les ronces, me semble relever d'une évidente mauvaise foi !

Mais, optimiste, je me dis que la végétation s'est épaissie, c'est tout, et je vais un peu plus haut, jusqu'à la Croix Rouge, et là ça commence très bien, puisqu'elle n'a même pas été repeinte en bleu :

P1120233

Mais pour le panorama, il n'y a encore une fois pas grand-chose à distinguer dans la verdure, alors que pourtant je fais l'effort de me hisser sur le socle étroit de la croix :

pano_croix_rouge

Pour être tout-à-fait honnête, je dois dire qu'en redescendant j'ai aperçu la Sioule :

P1120237
Si, si, c'est ce petit reflet bleu au centre de la photo !

Mais un troisième point de vue m'attend, et là je comprends que c'est un sadique qui a conçu le parcours. Voici ce qu'on me propose :

P1120238

Mais ai-je la berlue ? Le château a complètement disparu, et l'église, tout juste discernable, est orientée différemment :

 

P1120240

C'est qu'ici je suis à Gobiat, alors que le dessin me montre la vue que j'aurais depuis La Montjie, sur l'autre rive. En somme, on me dit que je suis bien bête d'avoir suivi le circuit proposé, alors que de l'autre côté, c'était tellement plus intéressant !

Malgré tout, la fin de la boucle est très plaisante : un chemin ombragé redescend vers les maisons, où j'admire l' atelier d'un cordonnier à l'ancienne, à la simple enseigne "Le Bouif" (qui désigne, en argot, le cordonnier).

P1120241

Et c'est par un charmant petit pont de pierre, de fer et de bois, que je rejoins la rue principale.

P1120242

P1120244

P1120245

P1120248

  • Les "incontournables" !

D'abord il faut monter au pic Alibert, du nom d'un rhumatisant qui a a fait élever à cet endroit une statue de la Vierge, pour la remercier de l'avoir conduit à Châteauneuf, où enfin des eaux efficaces l'ont guéri. Ici  on voit la Sioule et l'amorce du méandre.

  pano_saint_cyr

P1120258

P1120256

Ensuite, il faut prendre le chemin de l'église Saint-Cirgues - pas pour le monument, dont j'ai déjà dit qu'il n'était que ruines - mais pour le point de vue tout proche.

P1120260
La fameuse église Saint-Cirgues

P1120263
Vue vers le pic Alibert (au centre)

P1120266

 

Dans les environs, dans l'étranglement créé par la rivière, se trouvent aussi le parc et l'établissement thermal.  Bonne promenade, et à vous, chers camarades perclus de rhumatismes, bonne guérison !

P1120259

 


 

Posté par andredo à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,