01 décembre 2008

Visite de chantier

NHE_maquette_vue_ext_C3_A9rieure_nuit
(source : Clermont-mutations)

Magie de l'image : bientôt, à Clermont, le soleil ira se coucher plein nord, afin que ses lueurs mettent en valeur le nouvel hôpital d'Estaing.

En attendant, ce sont les graffeurs qui illuminent les lieux, à leur manière.

pr_s_de_la_gare_1_1

P1130251.

P1130259

Keymi s'est opportunément installé à l'entrée, tout près de l'élégant auvent.

P1130261

En chemin, il s'est arrêté au salon de coiffure :

besoin_d_une_coupe

P1130248_1
Personnellement, je ne m'y risquerais pas !

Une population étrange occupe les abords du chantier. Que font ces pirates, hilares autant que patibulaires, si loin des Caraïbes ? Nul ne songe à les déloger, hormis les pelleteuses qui progressent inexorablement.

P1130254_1

P1130254

P1130255

P1130256

Changement de couleur, avec ces portraits soignés  :

P1130257

P1130258

Sont-ce là Ema, Iggy et Resh ?

P1130257_1
Mais qui a peint les personnages ? Et que signifie le message ?
Je cale, aidez-moi !

P1130083


Posté par andredo à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


18 octobre 2008

Balade rurbaine à Royat

Guide Chamina  "Autour de Clermont-Ferrand Riom Issoire"
N° 6  : le chemin des écoliers

Je choisis de garer la voiture près du complexe sportif, et là, ça flashe immédiatement !

P1130084

P1130085

Surprise : la piste de skate taggée à l'extrême côtoie des jardins opulents, garnis de cabanes construites de bric et de broc, à l'ancienne, sans la moindre trace de bombe fluo. En face, les bâtiments sportifs sont eux-mêmes immaculés.

P1130091

P1130107

jardins

P1130092

A deux pas, c'est la vallée de la Tiretaine, bordée par une forêt humide.

rivi_re

P1130098

P1130099

Le sentier atteint l'arboretum, où des essences d'origine américaine ont été plantées entre 1930 et 1950 : érable à sucre, sapin du Colorado, douglas, chêne rouge d'Amérique ...

    P1130128    sapin_1                             sapin du Colorado                                                     douglas                                       

Par une montée assez forte, le chemin qui suit un moment le parcours de santé, rejoint le golf de Charade.



P1130131
Seulement si je veux !

P1130124 P1130129
A mon âge, il n'en est pas question !

charade_014_modifi__1
ça non plus !

P1130133

charade_golf

Le golf, ce serait plus chic, mais je ne suis pas tenté

P1130139

Dans la descente, un petit détour permet de rejoindre le rocher du Salut, qui offre une belle vue sur l'agglomération.

charade_007

charade_006_modifi__1

La ville n'est pas loin.

P1130141

Le monument aux morts de Royat, oeuvre du sculpteur Raoul Mabru, échappe à l'uniformité de la production en série :

P1130145

P1130146

P1130143

Plus bas, une vue sur l'église fortifiée :

P1130148_1

P1130151
Retour au point de départ


Posté par andredo à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 avril 2007

La ronde des fables à Rouillas-Haut

Il faut savoir que Rouillas-Haut n'existe que par opposition à Rouillas-Bas, qui, lui, possède une église et quelques commerces. Lorsqu'on ne dispose de rien de remarquable, et qu'on se situe au milieu d'une descente vers un voisin plus attrayant,  comment faire pour arrêter les automobilistes emportés par leur élan ? Le même problème se pose dans le sens de la montée, pour stopper ceux qui sont pressés d'atteindre, plus haut, Nadaillat, qui a la chance de posséder lui aussi une église et même - mais oui ! - un salon de thé.  Michel DAVID tente d'attirer l'attention, avec d'amusantes statuettes, naïves et colorées, disposées dans tout le village : par curiosité, les voyageurs doivent au moins ralentir. Peut-être que certains vont jusqu'à serrer le frein à main et s'extraire de leur véhicule : c'est ce que j'ai fait, l'autre jour.

P1050358

Voici l'entrée de la salle d'exposition de l'artiste (je n'ai pas appuyé sur le bouton de la sonnette) :

P1050373

Selon la seule habitante que j'ai rencontrée, une trentaine de fables de La Fontaine sont  illustrées ici. Il reste donc des découvertes à faire, car je n'en ai photographié que la moitié environ. J'ai reproduit les textes correspondants, sauf ceux que nous avons tous appris par coeur à l'école.

P1050386

P1050393

Les deux Mulets

P1050350

Deux mulets cheminaient, l'un d'avoine chargé,
      L'autre portant l'argent de la gabelle.
Celui-ci, glorieux d'une charge si belle,
N'eût voulu pour beaucoup en être soulagé.
          Il marchait d'un pas relevé,
          Et faisait sonner sa sonnette :
          Quand, l'ennemi se présentant,
          Comme il en voulait à l'argent,
Sur le mulet du fisc une troupe se jette,
          Le saisit au frein, et l'arrête.
          Le mulet, en se défendant,
Se sent percer de coups ; il gémit, il soupire.
" Est-ce donc là, dit-il, ce qu'on m'avait promis ?
Ce mulet qui me suit du danger se retire ;
          Et moi j'y tombe, et je péris !
         - Ami, lui dit son camarade,
Il n'est pas toujours bon d'avoir un haut emploi :
Si tu n'avais servi qu'un meunier, comme moi,
          Tu ne serais pas si malade. "

Le Pot de terre et le Pot de fer

P1050359

Le pot de fer proposa
Au pot de terre un voyage.
Celui-ci s'en excusa,
Disant qu'il ferait que sage
De garder le coin du feu,
Car il lui fallait si peu,
Si peu, que la moindre chose
De son débris serait cause :
Il n'en reviendrait morceau.
" Pour vous, dit-il, dont la peau
Est plus dure que la mienne,
Je ne vois rien qui vous tienne.
- Nous vous mettrons à couvert,
Repartit le pot de fer :
Si quelque matière dure
Vous menace d'aventure,
Entre deux je passerai,
Et du coup vous sauverai. "
Cette offre le persuade.
Pot de fer son camarade
Se met droit à ses côtés.
Mes gens s'en vont à trois pieds,
Clopin-clopant comme ils peuvent,
L'un contre l'autre jetés
Au moindre hoquet qu'ils treuvent.
Le pot de terre en souffre ; il n'eut pas fait cent pas
Que par son compagnon il fut mis en éclats,
Sans qu'il eût lieu de se plaindre.

Ne nous associons qu'avecque nos égaux.
Ou bien il nous faudra craindre
Le destin d'un de ces pots.

Le Lièvre et la Tortue

P1050360

P1050361

Le Chien qui lâche sa proie pour l'ombre

P1050363

Chacun se trompe ici-bas :
On voit courir après l'ombre
Tant de fous, qu'on ne sait pas
La plupart du temps le nombre.
Au chien dont parle Esope il faut les renvoyer.
Ce chien, voyant sa proie en l'eau représentée,
La quitta pour l'image, et pensa se noyer.
La rivière devint tout d’un coup agitée ;
À toute peine il regagna les bords,
Et n’eut ni l’ombre ni le corps.

Le Soleil et les Grenouilles

P1050364_1

Aux noces d'un tyran tout le peuple en liesse
Noyait son souci dans les pots.
Esope seul trouvait que les gens étaient sots
De témoigner tant d'allégresse.
" Le Soleil, disait-il, eut dessein autrefois
De songer à l'hyménée.
Aussitôt on ouït, d'une commune voix
Se plaindre de leur destinée
Les citoyennes des étangs.
" Que ferons-nous, s'il lui vient des enfants ?
Dirent-elles au Sort : un seul soleil à peine
Se peut souffrir ; une demi-douzaine
Mettra la mer à sec et tous ses habitants.
Adieu joncs et marais : notre race est détruite ;
Bientôt on la verra réduite
A l'eau du Styx. " Pour un pauvre animal,
Grenouilles, à mon sens, ne raisonnaient pas mal.


P1050365

Les oreilles du Lièvre

P1050366

Un animal cornu blessa de quelques coups
Le lion, qui plein de courroux,
Pour ne plus tomber en la peine,
Bannit des lieux de son domaine
Toute bête portant des cornes à son front.
Chèvres, béliers, taureaux aussitôt délogèrent,
Daims et cerfs de climat changèrent :
Chacun à s'en aller fut prompt.
Un lièvre, apercevant l'ombre de ses oreilles,
Craignit que quelque inquisiteur
N'allât interpréter à cornes leur longueur,
Ne les soutînt en tout à des cornes pareilles.
" Adieu, voisin grillon, dit-il ; je pars d'ici :
Mes oreilles enfin seraient cornes aussi ;
Et quand je les aurais plus courtes qu'une autruche,
Je craindrais même encor." Le grillon repartit :
" Cornes cela ? Vous me prenez pour cruche ;
Ce sont oreilles que Dieu fit.
- On les fera passer pour cornes,
Dit l'animal craintif, et cornes de licornes.
J'aurai beau protester ; mon dire et mes raisons
Iront aux Petites-Maisons.
"


La Cigale et la Fourmi

P1050368
version ronde

P1050376
version anguleuse

Le Singe

P1050367

Il est un singe dans Paris
A qui l'on avait donné femme.
Singe en effet d'aucuns maris,
Il la battait : la pauvre dame
En a tant soupiré qu'enfin elle n'est plus.
Leur fils se plaint d'étrange sorte.
Il éclate en cris superflus :
Le père en rit, sa femme est morte.
Il a déjà d'autres amours,
Que l'on croit qu'il battra toujours ;
Il hante la taverne, et souvent il s'enivre.

N'attendez rien de bon du peuple imitateur.
Qu'il soit singe ou qu'il fasse un livre,
La pire espèce, c'est l'auteur.

Le vieux Chat et la jeune Souris

P1050369

Une jeune souris, de peu d'expérience
Crut fléchir un vieux chat, implorant sa clémence,
Et payant de raisons le Raminagrobis .
" Laissez-moi vivre : une souris
De ma taille et de ma dépense
Est-elle à charge en ce logis ?
Affamerais-je, à votre avis,
L'hôte, l'hôtesse, et tout leur monde ?
D'un grain de blé je me nourris :
Une noix me rend toute ronde.
A présent je suis maigre ; attendez quelque temps.
Réservez ce repas à messieurs vos enfants. "
Ainsi parlait au chat la souris attrapée.
L'autre lui dit : " Tu t'es trompée :
Est-ce à moi que l'on tient de semblables discours ?
Tu gagnerais autant de parler à des sourds.
Chat, et vieux, pardonner ? cela n'arrive guères.
Selon ces lois, descends là-bas,
Meurs, et va-t'en, tout de ce pas,
Haranguer les soeurs filandières.
Mes enfants trouveront assez d'autres repas."
Il tint parole .

Et pour ma fable
Voici le sens moral qui peut y convenir :
La jeunesse se flatte, et croit tout obtenir ;
La vieillesse est impitoyable.


La Poule aux oeufs d'or

P1050371

L'avarice perd tout en voulant tout gagner.
Je ne veux, pour le témoigner,
Que celui dont la poule, à ce que dit la fable,
Pondait tous les jours un oeuf d'or.
Il crut que dans son corps elle avait un trésor :
Il la tua, l'ouvrit, et la trouva semblable
A celles dont les oeufs ne lui rapportaient rien,
S'étant lui-même ôté le plus beau de son bien.
Belle leçon pour les gens chiches !
Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus,
Qui du soir au matin sont pauvres devenus
Pour vouloir trop tôt être riches !


Le Renard et la Cigogne

P1050374

Le Laboureur et ses Enfants

P1050379

Travaillez, prenez de la peine :
C'est le fonds qui manque le moins.
Un riche laboureur, sentant sa mort prochaine,
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
" Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l'héritage
Que nous ont laissé nos parents :
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l'endroit ; mais un peu de courage
Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout.
Remuez votre champ dès qu'on aura fait l'oût.
Creusez, fouiller, bêchez ; ne laissez nulle place
Où la main ne passe et repasse. "
Le père mort, les fils vous retournent le champ
Deçà, delà, partout : si bien qu'au bout de l'an
Il en rapporta davantage.
D'argent, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer avant sa mort
Que le travail est un trésor.


Le Loup et la Cigogne

P1050381

       Les loups mangent gloutonnement.
            Un loup donc étant de frairie

            Se pressa, dit-on, tellement
            Qu'il en pensa perdre la vie :
Un os lui demeura bien avant au
gosier. 
De bonheur pour ce loup, qui ne pouvait crier, 
            Près de là passe une cigogne. 
            Il lui fait signe ; elle accourt. 
Voilà l'opératrice
aussitôt en besogne. 
Elle retira l'os ; puis, pour un si bon tour, 
            Elle demanda son salaire. 
            " Votre salaire? dit le loup : 
            Vous riez, ma bonne commère !
            Quoi ? Ce n'est pas encor beaucoup 
D'avoir de mon gosier retiré votre cou ?
            Allez, vous êtes une ingrate :
            Ne tombez jamais sous ma patte."


Le Loup et l'Agneau

P1050383

Ce n'est que justice, l'agneau a beaucoup mieux résisté que
le loup !


Le Milan et le Rossignol

P1050388

Après que le milan, manifeste voleur,
Eut répandu l'alarme en tout le voisinage
Et fait crier sur lui les enfants du village,
Un rossignol tomba dans ses mains par malheur.
Le héraut du printemps lui demande la vie.
" Aussi bien que manger en qui n'a que le son ?
Ecoutez plutôt ma chanson :
Je vous raconterai Térée et son envie,
- Qui, Térée ? est-ce un mets propre pour les milans ?
- Non pas ; c'était un roi dont les feux violents
Me firent ressentir leur ardeur criminelle.
Je m'en vais vous en dire une chanson si belle
Qu'elle vous ravira : mon chant plaît à chacun. "
Le milan alors lui réplique :
" Vraiment, nous voici bien ; lorsque je suis à jeun,
Tu me viens parler de musique.
- J'en parle bien aux rois. - Quand un roi te prendra,
Tu peux lui conter ces merveilles.
Pour un milan, il s'en rira :
Ventre affamé n'a point d'oreilles."

Le Renard et les Raisins

P1050394

Certain renard gascon, d'autres disent normand,
Mourant presque de faim, vit au haut d'une treille

Des raisins mûrs apparemment,
Et couverts d'une peau vermeille.
Le galand en eût fait volontiers un repas ;
Mais comme il n'y pouvait atteindre :
" Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats. "

Fit-il pas mieux que de se plaindre ?


P1050384

P1050392


Posté par andredo à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 mars 2007

Chamalières en trompe-l'oeil

P1050072

Slobo nous souhaite la bienvenue.
(pour connaître l'oeuvre de l'artiste, cliquer sur son nom)

 slobo_bdf

P1050076

L'entrée de la boucherie est située de l'autre côté,

P1050081_1

l'entrée du parc aussi !

P1050077_modifi__2

Chutes d'eau

P1050080

Fontaines et pigeons

P1050108

P1050099

P1050093_1

Un enfant s'apprête à lancer un avion en papier
sur l'homme assis qui mange son sandwich.
Le père du garnement laisse faire ; il détourne la tête.

P1050092

 

P1050101

  Chez le libraire, les copains paraissent bien plus sérieux.

P1050098

P1050097

P1050100

P1050104

La glycine est déjà fleurie

P1050096

De l'épicerie à la caisse d'épargne, il n'y a qu'un pas,
car l'Auvergnat est économe.

P1050105

Le moulin à aubes

P1050111

P1050119_modifi__1

 

P1050114


10 août 2015, Slobo va bien : Voici l'article de La Montagne :

Slobo 10 août 2015


 

Posté par andredo à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 novembre 2006

Gergovie

Le vent souffle toujours très fort sur ce plateau au sud de Clermont. Le lieu accueille d'ailleurs tous les ans une manifestation consacrée aux cerfs-volants : "Cervolix".

Des fouilles sont en cours, qui tendraient à prouver que c'est bien là que s'est déroulée la bataille décrite par Jules César dans "la Guerre des Gaules" (gergovie.free.fr). Mais d'autres chercheurs prétendent, reconstitution complète à l'appui, qu'elle a eu lieu de l'autre côté de l'agglomération, sur le site des côtes de Clermont (gergovie.fr). La question est étudiée en détail dans un article de Wikipédia : "siège de Gergovie" (1)

gergovie_016_modifi__1

L'arc-en-ciel désigne le site des tenants des côtes de Clermont, qui n'hésitent pas à proclamer qu'ici nous ne sommes pas à Gergovie, mais à ... Merdogne. Merdre alors !

Ce qui m'a surpris ce jour-là, ce sont les statues installées en plusieurs endroits. Je connaissais déjà les rails tordus d'Yves Guérin : l'année dernière, le maire de Beaumont en avait installé en divers endroits de la ville, et c'était loin d'être convaincant. L'aspect artistique avait échappé à la majorité des citoyens, qui s'étaient surtout inquiétés de voir ces échafaudages, non protégés, s'écrouler sur la tête de leurs enfants, ou leur tranmettre le tétanos.

gergovie_015

La première composition rencontrée ne m'a guère plus intéressé : j'ai trouvé que le tronc mort tout proche était plus évocateur.

gergovie_007_modifi__1

Mais j'ai découvert l'ensemble intitulé "Danse Macabre", et j'ai été séduit. Je les ai vus, ou imaginés, ces êtres démembrés, agités de soubresauts au gré des stridulations angoissantes d'un orchestre invisible, saisissant les vivants au hasard de leur marche aveugle, tout en offrant leurs os noirs à l'étrange lumière qui tour à tour éclatait et se voilait.

gergovie_025_modifi__1

"En ce miroir chacun peut lire
Que lui convient ainsi danser.
Sage est celui qui bien s'y mire
Le mort le vif fait avancer :
Tu vois les plus grands commencer
Car il n'est nul que mort ne fière (frappe)
C'est piteuse chose y penser
Tout est forgé d'une matière."
   
  (voir ICI )

a

fragment de la fresque de la Danse Macabre, dans l'église abbatiale de la Chaise-Dieu

a

gergovie_022

aa

gergovie_027

_________________________________________________________________________________________

PS :  Je croyais l'installation définitive, mais le journal "La Montagne" du 30 décembre 2006 annonce que l'exposition cessera fin janvier 2007. Dommage ! Je trouve qu'elle valorisait le site, certainement plus que le monument érigé à la gloire de Vercingétorix, dont le seul mérite est d'être visible de loin.

gergovie_028_modifi__2

*

(1)- Et pour clarifier les choses, il existe maintenant une troisième possibilité, présentée ici avec force détails, car des fouilles ont démontré que le plateau de Corent était le siège d'une grande ville (voir Corent, ville gauloise).

- Complété le 18 janvier 2011


Posté par andredo à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 août 2006

Le chemin Fais'Art

Guide Chamina "Chaîne des Puys", n° 19

P1010387

On se précipite de tous côtés, on voudrait ne rater aucune des sculptures, on est surpris, on se perd un peu et on se retrouve par hasard.

Notre-Dame de Beaufort n'est pas troublée par cette agitation, bien installée sur son promontoire.

P1010402_modifi__1

 

P1010382_modifi__1

 Comme des enfants, rêvons que nous partons à l'aventure...

20490182

 

P1010432

" Chevaliers, il est temps de quitter la table ronde, nos fiers destriers nous attendent,

P1010434_modifi__1

je les vois qui piaffent.

cheval dressé

 

Avant de reprendre notre quête, allons nous recueillir dans le temple ...

temple

... sous la pierre sacrée gravée par nos ancêtres.

P1010391

D'immenses dangers nous attendent, venimeux serpents tapis au bord d'un bassin tranquille,

P1010423

ou bondissant dans la calme prairie.

P1010431

Nous presserons le pas, près des ossements d'un animal disparu.

P1080651

Nous nous faufilerons au milieu de formes inquiétantes.

P1080634

 

pierres levées

Nous affronterons des titans, dans des chocs effroyables.

titans

  P1010411

P1010415_modifi__1

Certains d'entre nous seront emprisonnés.

P1080642

D'autres périront, nous les ensevelirons dignement,

P1010420

P1010422

et nous leur dédierons des monuments.

P1010410

P1010419

Peut-être reviendrons-nous, pour gravir triomphalement les marches de la gloire ...

escalier

Mais rien ne presse, la maison n'est pas encore prête à nous accueillir ".

P1010428

Le sculpteur s'appelle Gilles PEREZ ; son atelier est situé près du site.

stèle2 stèle1 

    


 

Posté par andredo à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :