26 novembre 2010

Creste haut perché

-C
C'est un petit village perché, dominé par les ruines d'un château-fort, dont un soir j'avais aimé les photos prises par Laurence, puis par Helliot qui n'avait pas craint d'effectuer la montée à vélo. Inconsciemment, j'avais dû  être impressionné par l'aspect vertigineux du site, car la nuit suivante j'ai rêvé de Creste sur sa crête : entre autres péripéties, je roulais péniblement en voiture sur une piste encombrée de grosses pierres, et je m'apercevais brusquement que j'étais sur une arête bordée de chaque côté par un précipice. La voiture se trouvait bloquée, mais je réussissais à m'en extraire et à rejoindre le village à pied. Voulant atteindre le sommet rocheux,  je glissais dans une cavité, et  m'y retrouvais coincé jusqu'aux genoux, avec le reste du corps renversé au-dessus du vide. Une foule curieuse sortie du néant commentait la situation sans réagir, mais moi je me sentais bien. Au bout d'un moment, les pierres se sont écartées, consentant à me libérer, et je me suis réveillé.

-

P1060638_2

-

En réalité, on se gare facilement à l'entrée du village, et  même s'il nécessite une certaine prudence, le sentier conduisant aux ruines du château n'est pas très dangereux. Le sévère avertissement placardé par la commune semble donc être de pure forme. Je n'étais d'ailleurs pas le seul contrevenant : au sommet, deux jeunes gens de la LPO munis de longues-vues et de sandwiches observaient patiemment la migration des pinsons du nord.

-

P1060636
Malgré sa faible superficie - un peu plus de  4 km2 -
et seulement 55 habitants, Creste est bien une commune à part entière

-

P1060591

Au-dessus de la grotte, la chapelle

P1060593

-

P1060602

-

P1060597

 

P1020861
Une chance : grâce à des ouvriers qui y travaillent, la chapelle est aujourd'hui ouverte !

P1020857

P1020859

 

-

P1060622_1

L'accès au château : étroit avec des chicanes

P1060624_2

-

pan_de_mur_1

Du château il ne reste que quelques pans de mur

mur_ouest

-

P1060595_1

-

P1060611

Vue vers le sud, avec la pointe du pic de Brionnet

-

P1060618_3

-

saintdiery

-A l'ouest, Saint-Diéry et les crêtes du Sancy

P1060619

-

creste

De longs lézards des murailles

P1060643_1

- -


Complété le 13 juin 2013 (intérieur de la chapelle)

 

Posté par andredo à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


09 novembre 2010

Montrognon, dans les pas de l'abbé

« Au-delà de Beaumont, nous suivîmes un petit sentier, à gauche de la grand'route. Il nous mena dans un vallon délicieux. Un petit cours d'eau s'échappait au fond de cette étroite colline située entre la montagne de Mont-Rognon et le puy des Chaumes. Des prairies ombreuses, tapissées d'arbres fruitiers, décorent ce site charmant. Des rangées de saules, tondus tous les trois ans par la serpe du vigneron, bordent le sentier et le ruisseau .

P1070193

-

P1070190

-

P1070168

-

P1070180

-

A l'extrémité du vallon on découvre le village de Ceyrat qui se confond au milieu des arbres.

P1060944

-

Le nouveau pont qu'on a construit récemment sur la route, à l'entrée d'une gorge serrée et profonde, est remarquable par la hardiesse de sa construction.-

P1070173

---

P1070182

-

Au-dessous de Ceyrat nous prîmes un sentier pierreux qui conduit, par une montée escarpée, aux ruines de l'antique château de Mont-Rognon, dont la silhouette se dessinait dans le lointain.

P1070171

-

800px_Montrognon_vers_1900

-

P1060959

-

Dans les chartes du moyen-âge, Mont-Rognon portait le nom de mons rugosus (montagne rugueuse), sans doute à cause de l'aspérité de la montagne et de l'accès difficile du château. Il semble avoir été produit par un volcan, car nous remarquâmes un courant de laves et des basaltes prismatiques.

P1060952

-

P1060918

Parvenus au sommet, nous tombâmes sur la pelouse parsemée de débris du vieux château. Le soleil était à son zénith ; pour trouver un peu d'ombre, nous fûmes obligés de nous réfugier dans une vieille tour qui se dressait au sommet de la montagne. Les murs étaient d'une grande épaisseur, et avaient été construits si solidement que, malgré les outrages des frimas et du temps, ils avaient résisté. Néanmoins, minés sans relâche par les intempéries et la gelée qui pénètre les fissures, ils menaçaient de nous écraser.
-

tour_avec_pdd

P1060934

-

P1060947_1

-

C'était tout ce qui restait de cet antique manoir féodal. Construit à grands frais, au XIIIe siècle, par le comte Guillaume VIII, qui se qualifia le premier du titre de dauphin d'Auvergne, il devint une forteresse imprenable. Par sa position il dominait toutes les campagnes environnantes et défiait l'audace des ennemis du comte. La famille de ce seigneur régna longtemps en Auvergne.

Capture_plein__cran_08112010_095844

-

Nous eûmes le temps de contempler à notre aise le paysage. En tournant le dos au sud, nous avions devant nous la ville de Clermont ; à gauche le gigantesque puy de Dôme, et à droite Gergovia que nous nous réservions de visiter.

pano_clermont

-

branche_pin

---

P1060948

-

Nous saluâmes une dernière fois ces ruines qui disparaissent insensiblement sous l'action dissolvante du temps. L'ombrageuse politique de Richelieu avait commencé à faire démanteler le château qui finira bientôt par disparaître entièrement. Le silence règne dans ce vieux donjon, et le berger anime seul de ses pas la solitude de ces ruines féodales. »

P1070283

-

P1070194

--

_____________________________________________________________________________________________________

Ce texte est entièrement constitué d'extraits du récit attribué à l'abbé Jean Chaumette, ou l'abbé Etienne-Joseph Cosse,
" Souvenirs de Voyage ou Les Vacances en Auvergne ", publié en 1857.

Capture_plein__cran_08112010_180323
(cliquer sur l'image pour accéder au livre,
sur le site de la Bibliothèque nationale de France, Gallica)

Le berger ayant quitté les pentes de Montrognon, je suis allé le chercher sur les hauteurs de Super-Besse.


Posté par andredo à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 novembre 2010

Beaumont Châtaigneraie, en été

a

syrphe_2

Le syrphe, expert en vol stationnaire, observe  la jasione : c'est  plus précis que de constater qu'une sorte de guêpe s'approche d'une fleur bleue, et cet été j'ai continué à rechercher des noms de plantes ou d'insectes. J'ai dû commettre des erreurs, car mes observations de plantes, souvent limitées à la fleur, étaient loin d'être complètes. Quant aux insectes, impossible de rechercher précisément l'espèce : les spécialistes en ont recensé beaucoup trop !

-

P1040071P1040216P1040562_1P1030690_1P1050480P1040012P1030610_1P1030932P1030801

- mélilot jaune  - jasione   - mélilot blanc
- gaillet gratteron  - liseron   - grande campanule
- valériane (3)

a

P1040175
Syrphes d'une autre des 350 espèces présentes en France

-

P1040314P1040603P1040600P1040206P1040550P1040629P1040632_1P1040653P1040017_1

- ronce  - polypode  - carotte sauvage
- orpin blanc (2)  - cerises
- feuille ("trouée") de millepertuis   - épiaire droite (2)

-

P1030944
crustacé terrestre ?

---a

P1040308P1040578tapisP1040626P1040622P1040549P1040295P1050186P1040299_1

- châtaignier (3)
- galéopsis  - orpin des rochers (2)
- aigremoine (3)

--

-P1050046_1
téléphore fauve

-

P1040317P1040585P1050044P1050001P1050003P1050028P1050032P1050820P1040621

- aster lancéolé   - origan (marjolaine)   - camomille matricaire
- bouillon blanc (2)     - séneçon jacobée
- clématite  (2)    - coquelourde des jardins

----

P1050173_1

dpt_re1

P1050176_2

--

--

P1050013P1050022P1050154P1030742P1050007plantainP1050202P1050188plantain_1

- saponaire - saponaire visitée par un gazé - prunes
- panicaut  (2)    - grand plantain (tige)
- campanule  - vesse de loup  - grand plantain (base)

-

criquet

criquet genre chorthippus

-

P1050035P1050053P1050169P1040320P1050477P1050782P1040292_1P1050259P1050224_1

- grande bardane  - grande mauve  - armoise
  - ciste (3)
- orobanche  - chêne  - cornouiller sanguin

-

P1040594

--

-

P1040210_2P1050500P1050166_1P1050221P1050482P1050493P1050466P1050253P1050251

vigne (2)  - buplèvre en faux 
- châtaignier mort avec lierre  - morelle noire  - tanaisie 
- grand orpin  - scabieuse colombaire (2) -

--

-P1050230_1
De grosses fourmis rousses, agressives, protègent leur élevage abrité sous les glands

-

P1050470P1050191P1050182P1050475P1050501P1050487P1050043P1040309P1050495

- peucédan d'Alsace (2)     - panais
- ciste des champs    - frêne    - cardère 
- cirse lancéolé  - lépiote élevée (coulemelle)  - oeillet

-

P1050245

azuré commun sur origan

 


Posté par andredo à 14:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 octobre 2010

Domaine royal de Randan : Isabelle

Au début du XXe siècle, Isabelle  modernisa le château, en installant notamment l'eau courante, et l'électricité grâce à un générateur.

424px_Marie_Isabelle_Comtesse_de_Paris
Etait-elle vraiment heureuse d'épouser son cousin Philippe ?
-

P1050967

P1050968

--

-

P1050943

-

P1050940
Devant l'orangerie, cette serre bénéficiait d'un double système de chauffage,
par eau chaude circulant dans des tuyaux de cuivre toujours visibles au sol,
et par fermentation du fumier de cheval déposé dans des fosses situées à l'arrière.
-

Comme les cuisines dégageaient des odeurs incommodant les résidents, on éloigna celles-ci, réalisant par la même occasion un magnifique toit-terrasse qui rejoignait la chapelle.

-

P1050948

--

Tout était donc prêt pour recevoir dignement quelques invités :

a
-
* des jardins en terrasses bien entretenus,

P1050979_copie

P1050980

--

* un petit barbecue avec tournebroche à poulie,

P1050965
--

*  et les petites brochettes qui vont avec !

P1050963

-

* des tableaux et, pour rire un peu, des caricatures de célébrités :

-P1050915

-

rotschild
Au centre, le banquier Nathan Rotschild ; les deux autres sont des acteurs de l'époque
(celui de gauche, dans le rôle de Michel Rocard ? )

---

*  des meubles élégants,

P1060008

-

P1060009

-

*  des trophées de chasse,

P1050959

-

*  une vue étendue sur les monts Dôme,

-

*  et surtout un merveilleux salon chinois ...

---

Mais tout cela ne sera guère utilisé.

Isabelle meurt en 1921. Son fils Ferdinand, grand explorateur et chasseur, hérite de la propriété. Mais, accro à la cocaïne, il décède trois ans plus tard d'une overdose, non sans avoir légué ses biens à Maria Isabel, sa noble et jeune épouse espagnole. Une nuit de juillet 1925, c'est dans le salon chinois qu'un feu se déclare, et détruit le château. Maria retourne dans son pays, abandonnant sans regret un domaine auquel elle n'est pas attachée. C'est seulement en 1999 que ses héritiers se souviennent de cette lointaine ruine, et décident de la vendre aux enchères. Elle est maintenant la propriété de la région Auvergne.

-

-lion

-La visite laisse un certain sentiment de frustration : même en étant accompagné par un guide, il n'est pas permis de s'approcher du château, alors qu'il paraît possible de pénétrer sans danger dans la cour d'honneur ou d'avancer un peu sur la terrasse sud, pour voir quelques-uns des éléments de décoration. Pire, la longue terrasse de l'aile des cuisines, entièrement rénovée, est elle aussi inaccessible. Et quant à moi, j'accepte difficilement l'interdiction de toute photographie de la collection d'animaux empaillés de Ferdinand, alors qu'un prudent déclic, sans flash, ne saurait leur faire de mal. Enfin la simple promenade dans le parc est payante, au même tarif que les visites guidées, alors que sous l' Ancien Régime, la propriété non clôturée était librement parcourue par les villageois.

P1050929

-


Posté par andredo à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 octobre 2010

Domaine royal de Randan : Adélaïde

Philippe d'Orléans, qui prit le nom de Philippe Egalité, était très opposé à la monarchie absolue. Cousin de Louis XVI, il n'hésita pas à  voter  la mort de ce dernier, avant de finir lui-même sur l'échafaud quelques mois plus tard, en novembre 1793.

Il avait de nombreux enfants, dont le futur roi Louis-Philippe, et Adélaïde. Celle-ci, qui pendant la Révolution voyageait en Angleterre, ne rentra en France, très riche, qu'à l'époque de la Restauration. Elle s'intéressa alors à Randan.

ad_laide
-

Le château de Randan, connu depuis le XIIe siècle, avait  appartenu à diverses familles nobles. Madame Adélaïde l'acheta en 1822, et en fit une splendide demeure, entourée d'un grand parc.

-

-P1050992_1

--

P1050928

-

---

P1050926

----

P1050999

L'obélisque :
petit clin d'oeil d'Adélaïde à son grand frère Louis-Philippe qui, devenu roi des Français,
décidait à ce moment-là de placer l'obélisque de Louxor sur la place de la Concorde

-P1000504
Louis-Philippe, la main posée sur la charte qui définit ses pouvoirs

---

P1050933

-

c_dre
un cèdre du Liban

-

P1050972

un séquoïa

P1050937

-

bassin

-

P1050986

-

L'église du village est à deux pas, mais une famille de sang royal se devait de disposer d'une chapelle privée.

P1050956_1

-

P1050954  P1050953

Les vitraux ont été fabriqués à la manufacture de Sèvres

P1050958

-

P1050946

Bon, le poulailler placé juste derrière la chapelle, c'est peut-être une légère faute de goût !

--

Adélaïde, restée célibataire, meurt le 31 décembre 1847. Le domaine est alors transmis à un petit-neveu, Philippe, puis au décès de ce dernier en 1894, à son épouse Isabelle.

(à suivre)


-

Posté par andredo à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


24 septembre 2010

Rencontres artistiques

Les oeuvres installées pour " Horizons 2010"  vont  bientôt être démontées.
Je présente ici mes quatre dernières rencontres.

a1

P1060373_1

a

Bonjour, petit bonhomme ! Ainsi, tu as quitté ton équipe de baby-foot pour venir jouer dans les arbres près de la cheminée des fées de Cotteuges ! Vilain garnement !

a

P1060372

-

P1060378

-

P1060375

-

2

P1040821_3

--

Mais pourquoi sont-ils si nombreux, au col de la Croix Saint-Robert, à se disputer ce petit bout de territoire, très venté au surplus, alors que tout autour un grand espace est disponible ?

-

-

3

A la Bourboule, dans le bois de Charlet, une araignée géante a tenté de construire une majestueuse cathédrale au-dessus du chemin.  On admire le travail, mais les fils sont si minces que malgré leurs vives couleurs on distingue à peine la structure de l'édifice.

-

P1050609

-

P1050614_1

-

P1050622_1

-

4

P1050333

-

Chastreix bénéficie d'un Chastriscope, un instrument installé dans une cabane en bois du plus bel effet, spécialement conçu pour regarder le village dans tous les sens.

--

P1050326

-

P1050327

-

P1050329

-

P1050331

--

-P1050332_1


1- "The green Tim", par Module Ranch (Vanessa Steiner et Cédric Shill)

2-" Liberté, Egalité, Pré carré", par François Mallet et Marie-Laure Rabanel

3- "Cathedral", par Sean McGinnis

4- "Chastriscope", par Prisca Cosnier


Posté par andredo à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 septembre 2010

Le Broc

a

a

A l'extrémité d'une coulée basaltique dominant la plaine, voilà un bon endroit pour construire un château-fort, au pied duquel vont s'agglutiner des villageois recherchant une protection, accordée par le seigneur sous le fardeau du servage. Puis  le seigneur se fera tyran, et les habitants ne retrouveront la liberté, dans le meilleur des cas, que vers 1630, si le château est démantelé sur ordre de Richelieu.  A défaut, l'attente sera prolongée d'un siècle et demi.

a

P1050882

a

P1050833

a

Au Broc, les paysans n'ont pas attendu aussi longtemps : ils se sont révoltés vers l'an 1340 et ont  obtenu une charte de franchise.  Puis  ils ont fortifié eux-mêmes leur village : c'était nécessaire, car la guerre qui devait durer Cent Ans venait de commencer, et des bandes de malandrins battaient déjà la campagne.

a

P1050824

a

Le château fut abandonné et tomba rapidement en ruines.

P1050848

aaa

porche_1

a

En 1761, le château fut racheté, divisé en plusieurs lots, puis partiellement rénové : c'est la partie sud, construite avec un souci d'élégance absent de la forteresse moyenâgeuse.

a

Avec vue sur la butte de Nonette

Les habitants étaient principalement vignerons. Leurs maisons comportaient toutes une cave, parfois creusée dans la roche, surmontée d'une ou deux pièces à vivre. Elles étaient serrées les unes contre les autres dans des ruelles étroites. Certaines sont maintenant en ruines, abandonnées pour des logements plus confortables.

P1050847

a

maison_broc

a

a

donjon_1

Vue sur le donjon

cave

caves

P1050825

a

P1050862_1

a

P1050875_1

a

P1050896_1

a

Aujourd'hui, la collectivité a lancé des travaux de rénovation, notamment près du grand escalier seigneurial, grimpant jusqu'au plateau,  et descendu depuis des siècles par les pèlerins de Compostelle.

escalier_broc

a

P1050829

a

P1050827

a

Des pierres sculptées sont disposées  sur le plateau, sous les marronniers. On peut leur chercher une signification, mais c'est peut-être simplement l'oeuvre d'une personne un peu adroite qui, sans prétention, a gravé les images qui lui sont venues à l'esprit.

a

P1050836
Un cheval

P1050838
Un lion

P1050837
Un gisant

P1050840_1
Un blason composé, dans lequel on a reconnu (à gauche)
les armes des seigneurs de Montmorin
" de gueules semé de molettes d'éperon d'argent, au lion de même brochant ",
l'autre partie paraissant inachevée

a

P1050841
la chapelle Notre-Dame de la Chaux, édifiée entre 1667 et 1703

a

Le personnage le plus connu ayant vu le jour au Broc est Jacques Pardinel, qui fut chanoine de la cathédrale de Rodez, dont la dalle funéraire du XVIe siècle, ornée de coquilles Saint-Jacques, est placée à l'entrée de l'église.

P1050878


Posté par andredo à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 septembre 2010

MetAvatar

Dominant Saint-Nectaire, une esquisse de grotte s'intègre provisoirement dans le paysage : MetAvatar, de Pierre Laurent.

P1050565_1
(cliquer pour agrandir)

a

P1050566_2

a

P1050570

a

P1050579

a

P1050574

a

P1050584

aa

Les ouvertures attirent le regard vers l'église de Saint-Nectaire.

a

P1050573

a

goutte

P1050554

a

Maintenant restaurée et largement ouverte au public, elle exhibe fièrement ses trésors.

aa

P1050537

Le regard pénétrant de Saint Baudime

a

P1050530P1050528P1050527P1050526P1050523P1050522P1050519


Posté par andredo à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 août 2010

Les sources de Sainte-Marguerite

Au fil de l’ Allier

a

Nous voici donc à Sainte-Marguerite et cette vue, qui a été prise depuis l'autre rive, montre l'importance de la station thermale : sur la gauche, une petite usine d'embouteillage, et à droite un bâtiment sans charme qui faisait office d'établissement thermal. Pourtant on nous dit que dans sa période faste, à la fin du XIXe siècle, la station soignait jusqu'à 600 malades (du foie ou de l'estomac)  par jour !

Aujourd'hui ces bâtiments sont abandonnés, mais les sources sont toujours présentes, ainsi que quelques vestiges du parc thermal.

a

P1010284

Voici la source du geyser. Celui-ci se déclenche toutes les vingt minutes, annoncé par des bouillonnements de plus en plus forts, et retombe au bout de quatre minutes.

a

P1160860

Au centre du parc, un captage est surmonté d'un château-fort miniature plutôt rigolo. Un petit escalier est même prévu, pour accéder aux remparts, et surveiller l'arrivée d'un improbable ennemi.

P1050436

a

P1050443

 

IMG_1614

C'est au contraire dans un petit bâtiment très ordinaire qu'est installé le captage de la source des Tennis. On n'y voit qu'une grosse tuyauterie et une citerne, mais à la sortie, la vasque s'orne de dépôts calcaires et ferrugineux.

P1020392_1

a

P1160842

a

P1020391_1

a

Cet écoulement se joint à celui de la source de la Chapelle provenant de l'ancienne usine d'embouteillage, pour  former un milieu où poussent des plantes halophiles  (dont, paraît-il, le plantain maritime, bien plus discret qu'au pré salé du Sail).

a
P1050424

a

P1160858

a

P1050422

aa

P1160854

a

P1160852

a

P1160851

a

P1020387_1

a

L'ensemble forme un tableau aux couleurs variées, et changeantes au fil des saisons.a

P1050409

a

P1050411

a

P1050404

a

P1050405

a

P1010273

a

P1050414

 


La source du Héron est protégée par une construction habillée d'une jolie toiture ; elle coule de façon parcimonieuse.a

P1160862

a

P1020395_1

a

Tout près, la buvette octogonale attend le curiste, sans trop se dégrader.

P1160827

a

P1050445

 

La source de l'île ne mérite plus son nom : la rivière capricieuse a modifié son cours, laissant l'île se rattacher au rivage. Tant mieux, car la passerelle ne paraissait pas être d'une grande solidité !

a

P1160812

a

P1050457

aa

aa

P1050447

Dans le parc, le bassin est asséché, et le pont maçonné imitant le bois n'enjambe qu'un socle de béton envahi peu à peu par le lierre.

P1010280

Le promeneur se réjouit  de pouvoir accéder à cette propriété privée. Le groupe Intermarché a acheté le site au début des années 1990. Il embouteille sans traitement, dans l'usine récente située de l'autre côté de la route, l'eau de Sainte-Marguerite, minérale et gazeuse, et la vend uniquement dans ses propres magasins.

55956143

Tiens, un vulcain essaie de lire les affiches de la cabane des laveuses !

a


 

 

Posté par andredo à 22:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 août 2010

Le vallon des Bouys

Guide  Chamina  "Au fil de l'Allier", n° 22

a

C'est une marche de trois heures que l'on peut entreprendre à partir de Sainte-Marguerite, où un parking fait face à l'usine d'embouteillage.

Le circuit monte d'abord vers Saint-Maurice, surplombe le vallon, redescend vers Mirefleurs puis revient au point de départ en longeant l'Allier.

aa

a

Saint-Maurice-ès-Allier

a

Le village dominé par le puy Saint-Romain (781 m)

a

P1050364_1

 

L'église, où l'on vénère les saints Romain et Maurice (à gauche),
tous les deux soldats romains, ce qui explique leur tenue.

a

a

mirefleurs_st_maurice_et_ste_marguerite

Fontaine-lavoir sur la place centrale

aa

P1050376_1

La rue sous les forts

P1050375

La poterne du fort villageois

aa

P1050379

La maison des arcades

aa

P1050377

Le "château" rénové

a

a

Le vallon

a

a

Le vallon est constitué de pelouses sèches dont la faune et la flore sont protégées. Près de la route en contrebas, on trouve la trace d'anciennes carrières, de bâtiments et de fours à chaux exploités jusqu'en 1945.

a

P1050398

 

aa

aa

Mirefleurs

a

A Mirefleurs, on traverse d'abord des lotissements récents, avant de suivre un parcours labyrinthique dans le village ancien pour voir maisons vigneronnes, château et remparts. On traverse ensuite la zone artisanale, puis on longe l'aire d'atterrissage des deltaplanes qui s'élancent du puy Saint-Romain. Là, un petit détour permet d'atteindre la source salée du Sail, qui alimente un pré où poussent des plantes habituellement rencontrées en  bord de mer, dites halophiles.

a

P1050347

En bordure du parc (non ouvert au public) du château

aa

P1050336

Place Jean Domat

a

P1050341

Ruines du château des comtes d'Auvergne (XIIIe siècle)

P1050356

a

P1050351

aaa

aa

 

 

P1050355_1

La place de la Molle

a

P1050350

Le clocher

aa

P1050360

La croix de la Prade

aa

P1010288

aa

aa

Source du Sail et pré salé

a

P1160802

a

sail

aaa

P1160810

Le pré salé est sous la protection du CEPA
(Conservatoire des Espaces et Paysages d'Auvergne)

P1160805

aa

P1160807

Je n'ai reconnu que le plantain maritime  : facile, il abonde !

P1160808_1

aa

aa

Les berges de l'Allier

a

P1010262

aa

P1010270

aa

P1050391

a

P1050402

aa

Et l'on rejoint Sainte-Marguerite ... la prochaine fois, seulement !

a


 

 

Posté par andredo à 21:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,