11 décembre 2012

Champeix (2ème partie)

vue marchidial

Du château du Marchidial, il ne reste que les remparts, quelques ruines, et la petite église. 

P1110264

 P1110271

P1110275-001

 

On y monte par des ruelles étroites et tortueuses accrochées aux rochers.

P1110240

P1110241

P1110247

 

P1110242

 

 P1110248

 

Sur le versant opposé, ensoleillé, une association de sauvegarde a recréé de très jolis jardins en terrasses : le jardin à bouquets, le jardin du porche, du pigeonnier, du bois tordu, des amourettes ...

P1110249

P1110255

P1110256

 

jardins

 

P1110260

P1110287

P1110283

 

P1110274

 

P1110284

 

P1110280

 
En bas, un canal de dérivation alimente en eau les potagers.

P1110304

P1110303

 

P1110296

P1110297

 

pigeonnier

P1110293


 

 

Posté par andredo à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


26 novembre 2012

Champeix (1ère partie)

P1110319

A Champeix, les maisons accolées de la place de la Halle, toujours animée, épousent harmonieusement la courbe de la couze Chambon, sous l'oeil attentif de l'ancien maire Paul Malsang qui, élu sénateur, s'occupa surtout de questions agricoles, mais intervint peu dans les débats (selon Wikipedia).

P1110215

Dans son dos, des ruelles pentues vous conduisent entre de hauts murs vers des caves verrouillées percées d'étroites lucarnes, puis vous abandonnent au milieu des orties et des ronces. Derrière la poste, un sentier rocailleux passe près d'un pigeonnier rococo, et, si vous en faites l'effort, vous hisse jusqu'à un plateau bordé de pentes abruptes. En continuant sur ce parcours balisé en bleu, vous atteindrez le menhir de Pierre-Fichade.

ruelle

P1110211

 P1110213

P1110212

 

P1110307

P1110312

P1110318

menhir-002



oies

P1110219

Sur la rive droite de la couze, c'était le domaine des soeurs de Saint Joseph. Il en reste l'église et un jardin clos.

P1110234

 

P1110223
Statue en bois de Saint Verny, patron des vignerons

P1110239
Linteau roman réunissant les symboles de la Trinité :
l'agneau (le Fils), la main de Dieu (le Père), la colombe (le Saint-Esprit).

P1110226
Cuve baptismale du XVIe siècle

 P1110238
Et encore un passage mystérieux !

A suivre : Le Marchidial et les jardins


 

 

 

Posté par andredo à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 novembre 2012

Au théâtre à Montaudou

P1110717

Le mur des Sarrasins apparaît en divers endroits, et d'abord, dans notre région, à Clermont en
centre-ville. Mais celui qui nous intéresse aujourd'hui est à Ceyrat, au pied du puy de Montaudoux. Comme son nom ne l'indique pas, il fait référence, non à des barbares, mais (peut-être) aux "Césarins", adeptes du culte impérial. En tout cas, il date de l'époque gallo-romaine. Ce n'était pas un simple mur, mais le fond de la scène d'un théâtre.

b18a225114d370bc75bd77e6397d8ffb
(source :
Augustonemetum)

Dominant la voie venant du sud, il informait les voyageurs approchant d'Augustonemetum : vous n'arrivez pas dans un quelconque patelin arriéré, mais dans une grande ville civilisée ! Cent cinquante ans plus tôt, Vercingétorix avait certes obtenu une victoire sur le plateau d'en face, mais César avait gagné la guerre, et les moeurs romaines avaient su nous séduire.

Il n'empêche, depuis que la chrétienté a décrété que la profession d'acteur était si peu recommandable qu'elle méritait l'excommunication, le théâtre a bel et bien disparu, sous les broussailles, les glissements de terrain et les emprunts de pierres de construction. Heureusement, le Zénith, qui peut recevoir autant de spectateurs (8000), remplit maintenant la même fonction, mais en position bien moins prestigieuse au bord de l'autoroute.

Bien que des érudits curieux aient retrouvé le théâtre romain, les autorités locales attendent des financements extérieurs pour mettre le site en valeur. Je l'ai d'abord cherché en marchant au hasard, sur les flancs du puy, sans succès. Mais Christian Le Barrier, qui a dirigé les fouilles, a laissé apparaître, sur le plan de l'édifice reconstitué, les parcelles cadastrales disponibles dans Géoportail. Si vous désirez vous rendre sur place, je vous laisse le soin, à votre tour, de reconstituer le puzzle :

I2006-AU-0159-01

 

Captures d'écran17

 

Seule une partie du robuste mur de scène reste visible. Pour le reste, il faut faire preuve d'imagination.

P1110757côté scène

P1110758

 

 

P1110764

côté coulisses

P1110773

P1110772

 

P1110765

P1110774

 

P1110782

Les gradins

P1110785

 

augustodunum-un-spectacle-gallo-romain-photo-yves-gauthier
(source :
Le journal de Saône-et-Loire)

En tant qu'étrangers, nous n'avons accès, par le vomitoire dédié, qu'aux derniers rangs. Les spectateurs mieux placés nous gâchent un peu la vue.

P1110784

 *

Puisque le spectacle est terminé, pourquoi ne grimperions-nous pas au sommet du puy, qui  n'atteint modestement que 592 mètres ?

cabane

chien méchant

  

montaudoux ouest

P1110712

 

sommet-001

P1110701

face à Montrognon
Face à Montrognon


Supplément pour les cisteurs 

Top

5/2/2013

 


 

 

Posté par andredo à 22:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 octobre 2012

La vallée des rouets

Au Grand Tournant, une machine sophistiquée, lourdement armée, menace de sanctions massives les imprudents qui négocieraient mal leur virage.

P1060845

Un peu plus loin, à Château-Gaillard, avant d'arriver au bâtiment d'accueil, pour la visite guidée (en saison seulement), on traverse une allée bordée de cabanes en bois, genre Far-West.

 P1060923

 Quels trésors peuvent-elles bien abriter ?

 P1060924
Ben là, vue par un interstice, c'est une machine à coudre Singer !
Un atelier clandestin, peut-être... Hum, je mène l'enquête ! 

P1060848

P1060849

Suivons donc Hortense, qui apporte la soupe à son mari, Maurice Pitelet dit Tchoucossa (Cul-cassé, en patois local), émouleur au bord de la Durolle. 

lyonnet

Le rouet de Georges Lyonnet, dernier émouleur de la vallée resté en activité (seulement jusqu'en 1976)

P1060859

 

P1060860

CP- Les émouleurs et leurs chiens 1-002

Darteyre, le garde-champêtre, va bientôt passer pour percevoir la taxe sur les chiens, au tarif le plus élevé, avec toute la rigueur de la loi : 

" J'ai trois tarifs : chien de garde, 30 sous ; chien de chasse, quarante sous ; chien d'agrément, 10 francs. Les vôtres, ils chassent pas, ils gardent rien, ils vous chauffent les fesses. Les fesses au chaud, c'est de l'agrément : dix francs." 

P1060866

" - Et si qu'on paye pas ?

  - Contravention : 20 francs. "

P1060863

Dans cette profession, on ne vit pas très vieux, et, comme cela arrive assez souvent, la meule de Tchoucossa lui éclatera au visage. Tous subissent les effets pernicieux " de l'émouture quotidienne, de la mauvaise posture, de l'humidité permanente, du froid et du chaud, procurant aux émouleurs des maladies aux noms compliqués dont ils se seraient, dans leur crasse ignorance, sentis fort indignes si quelqu'un avait pris la peine de les leur réciter : kératite, silicose, coxalgie, emphysème vésiculaire. " 

P1060864-001

P1060870

 

P1060885

Néanmoins, les émouleurs étaient fiers de leur métier, et appréciaient leur indépendance. " S'il leur chantait de travailler, ils restaient là, seize, dix-sept et dix-huit heures par jour ; de s'amuser, ils invitaient les compagnons des autres rouets et ensemble passaient du bon temps (...), ils buvaient jusqu'à plus soif, et même au-delà, de toute façon la soif des émouleurs a des limites imprécises." 

P1060886  

P1060913

 

P1060887-001

 

P1060871-002

Alors qu'il pêchait la truite, Pitelet l'Artiste sauva de la noyade Clotilde, une sauvageonne aux pieds nus, gardienne de chèvres et fabricante d'allumettes de contrebande.  

P1060878

P1060879-001

 

P1060880

 

P1060888-001

P1060883

P1060882

 

P1060915

P1060890

 

P1060908-001

 

P1060919-001

Le vingtième siècle se présentait mal pour les émouleurs : c'est l'un d'entre eux qui inventa en 1904 une machine, par laquelle "un enfant de dix ans pouvait émoudre aussi bien qu'un artisan d'expérience." 

P1060897

 


Les personnages, situations et citations sont tirés du livre de Jean ANGLADELes Ventres jaunes.

Top

 


 

Posté par andredo à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 octobre 2012

Le vieux chêne dans la grange

 

P1100706_002

 

P1100661-001

P1100683-001

 

 

P1100662

 

P1100678

 

Panorama_1_001

 

P1100696

 

P1100704

 

Panorama_4

 

P1100694

 

P1100687

 

P1100685

 

P1100700_001

 

 P1100701

 

P1100697_001

 

Panorama_3

 


 Captures_d__cran7


 

Posté par andredo à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 septembre 2012

Du Capucin au Sancy, le retour

 

P1090753

Aujourd'hui, ce n'est pas au sommet que l'on peut pique-niquer au calme. 

Panorama 11

 

P1090716

Quant à trouver un coin d'ombre, inutile d'y songer !  

P1090754

P1090736
côté Fontaine salée

P1090756
 un criquet  d'altitude (miramelle alpestre ?)

 

Nous descendons par le sentier du val de Courre, très caillouteux au début.

 P1090712

Panorama 12

P1090691 

P1090750

 

P1090764-001

 

P1090767_001
ça chauffe !

P1090770

P1090773

P1090777

 

P1090779_001

 

vache
Seule une vache se protège de la chaleur

P1090783

A la station du Mont-Dore, ce buron incendié garde la mémoire de résistants qui y furent tués. Les murs restés debout nous offrent un tout petit espace ombragé.

 

P1090785

Le reste du parcours, jusqu'à la station d'arrivée du funiculaire, se fait en sous-bois ; de petites cascades dévalent les pentes : enfin un peu de fraîcheur ! 

 

P1090787
l'impatiente ne-me-touchez-pas (balsamine des bois)

Mais il faut traverser l'espace torride du parking où le goudron se liquéfie. A l'ouverture des portières, l'air brûlant de la voiture restée en plein soleil nous saute au visage.

 


 

Captures d'écran10

(cliquer sur l'image pour l'agrandir)


 

Posté par andredo à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 septembre 2012

Du Capucin au Sancy, la montée

Panorama1a

La météo annonce une journée de très forte chaleur : 42° à Clermont. Nous ne sommes pas les seuls à chercher un peu de fraîcheur sur les hauteurs du Sancy, mais c'est raté : à 10h 15, au Salon du Capucin, il fait déjà 28°.

Le circuit balisé est d'une durée de quatre heures, mais après le puy de Cliergue, il redescend par le val de Courre sans aller jusqu'au puy de Sancy. Si l'on souhaite monter jusqu'au sommet, qui semble proche mais c'est trompeur, il faut bien prévoir une heure trente pour cet aller-retour.

P1090654
Au-dessus du Capucin

 

P1090656
 Vue sur la vallée du Mont-Dore

P1090657

P1090663

Panorama 2

P1090683

P1090685

 

P1090687
Le roc de Courlande

P1090694

Panorama 5

P1090709
Le val de Courre

 

P1090713
La petite astrance

P1090721

P1090724

P1090728

Panorama 13

P1090745
Dernière montée, avec des escaliers jusqu'au sommet

P1090752

Le balcon entourant la table d'orientation est très fréquenté. Juste une photo vers l'est et le puy de Dôme, et nous redescendons.

 

(A suivre : le retour)


 

Posté par andredo à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 août 2012

Bandes plates et points ronds

P1090371

Mais qu’est que c’est que ça ?  Notre première fleur n'a été obtenue que très récemment ; comment a-t-on pu commettre une telle faute de goût, qui mérite un retrait immédiat de cette distinction ? Et devrons-nous supporter cette horreur jusqu’aux chrysanthèmes ? Dans ce cas, voilà bien un motif pour fuir cette ville infâme ; rejoignez-moi, nous serons les premiers exilés floraux.

P1090372

On nous en a fait une belle longueur, en pensant peut-être que la chétive touffe de de graminées qui ponctue le coloriage suffirait à arranger les choses !

P1090368

Et un peu plus loin ? L'idée est la même : gravillons et pouzzolane remplacent les paillettes de lin, et ici ou là une plante maltraitée végète au milieu d'une rondelle criarde.

P1090365

P1090367

 

Calmons-nous, ce massacre a sûrement une justification. Lubie de nos édiles ? non, ça paraît impossible, de mémoire de démocrate ça ne s’est jamais produit. Peut-être a-t-on supprimé des emplois chez les jardiniers, pour les remplacer par quelques barbouilleurs et manutentionnaires moins bien payés ? Mais non, cela ne figurait pas dans les engagements de campagne.

P1090396

Devant le kiosque à musique d'avant-garde, les herbes envahissent les plantations, mais c'est sûrement pour préserver la biodiversité, comme chez une voisine qui, elle, apporte les précisions utiles.

P1090586-001

 

P1090399

Ou bien il s'agit simplement de faire des économies d'eau. Mais dans ce cas, que font nos voisins, et pourrons-nous nous réfugier chez eux ?

P1090412

Dans cette commune, on cède aussi à la mode du jardin sec, avec son sempiternel pont enjambant un ru pierreux. Mais on fait aussi dans la tradition (et le slogan ridicule), avec la suspension de pétunias. C'est un peu mieux, mais insuffisant pour nous délocaliser.

P1090415

 

P1090426

Ici, c'est flagrant,  on veut éblouir le curiste. Mais à mon goût c'est trop parfait, presque artificiel.

P1090422

P1090424

P1090425

 

Là, c'est de la triche, on a carrément engagé un porteur d'eau.

P1090559

D'ailleurs, il ne s'est pas foulé : il s'est contenté de vider le bassin à ses pieds. Et maintenant, il ne fait plus que de la figuration !

P1090584

 

Et nous voilà complètement déboussolés,

P1090407

 mais la solution est sans doute ici.P1090385

Bien sûr, nous n'échappons pas au décor minéral, complété par son indispensable pont, mais le souci de créer une composition harmonieuse est évident, et nous profitons d'une belle production de légumes (peut-être un peu pollués par les gaz d'échappement).

P1090375

P1090380

Oui, c'est ce dernier décor que je préfère. Mais est-ce une raison suffisante pour déménager ? Il serait peut-être plus sage d'attendre un peu, en cultivant notre jardin.

P1090364


 

Posté par andredo à 09:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 août 2012

Saint-Hilaire la Croix

P1090334

Lac Rouge, lac Roy, la croix ... Pauvres pèlerins de Compostelle, nous affrontions autrefois dans ces contrées de graves dangers. Mais notre sang ne colore plus l'eau calme du petit étang, depuis que le prieuré veille sur nous.

P1020058

 

P1090336

P1090338-001

P1090337

 

P1090327
Porte fortifiée du XIIIe, et bâtiment de style bourbonnais de la fin du XVIIe siècle

 

façade nord-002

 

Les moines nous rappellent toutefois que dragons, basilics et goules rôdent toujours, inquiétants ...

P1090301

P1090303

P1090304

P1090302

Mais nous sommes déterminés à combattre le Mal,

P1090298

à extirper celui qui se cache en nous,

P1090290(1)

et même la mort nous fait moins peur, avec les rites dont nous l'entourons.

P1090278

P1090340

P1090306

P1090335

 

Outre la sérénité, nous trouvons ici le vivre et le couvert.

P1090321(2)

Panorama 3

P1090274

Nous nous recueillons devant les symboles de notre religion, avant de reprendre notre marche.

P1090284

P1090292(3)

 

P1090294
La fuite en Egypte, oeuvre contemporaine en bois de René le Foll
(reproduction d'un bas-relief en granit ornant le calvaire de Plourin-lès-Morlaix)

P1090280

Marie-Madeleine, statue en pierre polychrome, début du XVIe siècle

P1090282-001

 

P1090283

 


D'après Symbolisme biblique des chapiteaux, de Jean PASSAT, édité par l'association "Les Amis du Prieuré" :

1- cul-de-lampe de la purge (ou du purgatoire). Le personnage central se purge de ses passions mauvaises, qui l'encadrent et le tiennent dans leurs pattes de centaures : la guerre à gauche, et la concupiscence charnelle à droite. Le petit visage à droite exprime la souffrance du purgatoire ; la fleur à gauche -l'héliotrope- exprime la progression vers la lumière.

2- tympan de la porte sud : le repas chez Simon le pharisien. Le Christ est assis à une table avec deux disciples à droite, et Simon à gauche. Ils désignent du doigt Marie-Madeleine, couchée aux pieds du Christ dans une position d'adoration. A droite est représenté un glouton, à gauche c'est une fleur parfumée. Que l'on soit ivrogne ou pécheresse, le Christ ne rejette personne, n'en déplaise aux partisans (représentés par Simon) d'un respect sourcilleux de la loi juive.

3- cul-de-lampe du retournement. Cet ensemble représente les quatre façons de recevoir la parole de Dieu. Le personnage de gauche tire la langue et n'entend rien, celui de droite n'a qu'une petite tête et a du mal à comprendre. Le personnage central du bas est triste, car il n'a pas su faire fructifier l'enseignement divin. Le dernier personnage est accroupi, la tête retournée pour soutenir de toutes ses forces la colonne de la parole de Dieu (mais ce n'est pas facile, à voir comme il souffre).


 

Posté par andredo à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 juillet 2012

Sur les traces de Montlosier

P1090061

 Le comte de Montlosier était ce qu'on appelle un homme de caractère. Il exprimait haut et fort ses opinions, fondées ou non. Il réussit  par son esprit critique à déplaire successivement aux révolutionnaires, à la noblesse émigrée, à l'empire, à la monarchie restaurée, et durablement au clergé, qui en représailles lui refusa des obsèques religieuses.

Localement, il ne se prêtait guère aux mondanités, et n'était donc pas apprécié par la bonne société. Il s'en moquait, préférant arpenter, solitaire, la chaîne des puys. Ses observations lui inspirèrent un essai sur la théorie des volcans d'Auvergne, où il ne manquait pas, bien sûr, de fustiger un lamentable littérateur qui, avant lui, avait publié un écrit "rempli d'inexactitudes".

Ayant hérité de cette maigre terre de "rang d'âne", le comte décida de la mettre en valeur. Le connaissant maintenant un peu, nous nous doutons bien qu'il n'allait pas faire dans la demi-mesure.

vache_lassolas

P1080931 P1080975

P1080943

 P1080954 P1080958


Qui se douterait, voyant cette nature aujourd'hui exubérante, qu'il y a seulement deux siècles, la chaîne des puys  - surnommée " la tête chauve de la France " - n'était couverte que de roches volcaniques, de quelques buissons et d'une rare bruyère ? C'était pourtant le cas, mais il n'y avait là rien qui puisse décourager Montlosier.

chaine_h

Voilà donc la situation du domaine du comte de Montlosier

 

P1090089

 

P1090088

Dans ce pré qui vient d'être fauché, ce n'était que de la pouzzolane. Montlosier l'a recouverte de terre rapportée des alentours. Et si la roche réapparaissait, on rajoutait de la terre, pardi ! Au total, près de 60 000 tombereaux, nous dit-on : Monsieur le Comte ne manquait pas de persévérance.

P1080925

 

P1080923
Face au puy de Vichatel
 

Il a reboisé, en utilisant les essences les mieux adaptées ; il a fait des travaux de drainage et d'irrigation, creusé un étang. Bref, il a complètement remodelé le paysage, et c'est plutôt réussi.

P1080902

P1080904

 

P1080909

P1080907

  


Ce parcours a été créé par le Parc Naturel des Volcans d'auvergne :   http://www.parc-volcans-auvergne.com/uploads/puy_de_science/sentier-montlosier2010.pdf?PHPSESSID=a4af0154bd80220e564525d5a41c0320 

portrait

 


 

Posté par andredo à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,