30 novembre 2007

Ponteix

Guide Chamina   "Région Clermontoise",    n° 20
( environ 3 h  en poursuivant jusqu'au sommet du mont Redon)

Décidément, les villages de la commune d'Aydat réservent bien des surprises. Après Rouillas-Haut et ses fables, voici  Ponteix, avec l'église  Notre-Dame  d'Auvergne - la plus haute de la province -, sa statue de la Vierge, et un gentil plésiosaure  pour nous accueillir. Vous ne me croyez pas ?

Au commencement, il y avait Montredon, château-fort à 800 m d'altitude, dominant les alentours.

montredon_de_Guillaume_Revel

Aujourd'hui, il n'en reste que quelques morceaux,

P1080489

mur_6

mais lorsque l'on arrive au sommet, où une croix a été installée,

P1080451

le panorama est superbe.

pano_veyre_saint_saturnin_1
Vue vers l'est, de Veyre-Monton à Saint-Saturnin

pano_rouillas_1
Vue au nord, sur Rouillas-Bas et Rouillas-Haut

Mais revenons à l'église. A priori, ses proportions ne sont pas gigantesques :

P1080406

La Vierge est bien présente ; Jeanne d'Arc aussi d'ailleurs.

P1080407

P1080411_1

 

P1080414

Je n'ai pas vu le plésiosaure, mais des serpents hideux, très difficiles à étouffer :

P1080398

 

P1080401

P1080404

En ce début du XXe siècle, l'abbé Royer, curé de la paroisse, avait depuis longtemps vaincu ces horribles créatures, et il semblait s'ennuyer un peu.

 P1080425_1 mgroyer

Il lui vint l'envie d'aller fonder une colonie en Algérie. Cela ne s'est pas fait, et c'est tant mieux, car il aurait fallu repartir au moment de l'indépendance. Tandis que dans la Saskatchewan (1), une lointaine province de l'ouest canadien, le réduit gaulois qu'il a créé, et appelé naturellement Ponteix, persiste à résister avec vaillance à l'immense majorité anglophone, fort de ses 299 Fransaskois, dont une poignée d'Auvernois.

Et l'église se dresse au-dessus de la plaine, visible à mille lieues à la ronde :

eglise01

Et à l'intérieur trône la pietà du XVe siècle qui, offerte par l'abbé, a miraculeusement échappé à d'immenses dangers.

vierge600

Et c'est bien un plésiosaure, aussi vivant que le monstre du Loch Ness, qui marque l'entrée du village.

 

pl_sio_Mo

 

Étonnant, non ?


 1- " Tu ne sais sans doute même pas ce que Saskatchewan veut dire.
       - Non, je ne sais pas.
       - Eh bien j'ai le grand honneur de t'apprendre que ça signifie "rivière rapide", c'est dans la langue des Indiens crees. "
                                   (extrait du roman de Richard Ford, Canada)

Liens :

- L'épopée canadienne d'une poignée d'audacieux Aydatois

- Tourisme Fransaskois dans la région de Ponteix

 P1080428

 

* Le 31 octobre 2010, je découvre qu'une stèle a été érigée :

P1070036

"  N'oublions pas nos frères canadiens de Ponteix Saskatchewan.
Par deux fois ils sont venus nous aider à sauver notre liberté.
Ils ont donné leur sang et leur vie pour que nous puissions vivre libres.
Honneur à ces braves.
1914-1918    1939-1945 "

 

 

* Journal  "La Montagne" du dimanche 19 janvier 2013 :

image0


 

Posté par andredo à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


13 novembre 2007

Beaumont

Le centre ancien

Num_riser0001

croix_rue_Nationale_1

A part les commerces qui ont fermé, la rue Nationale n'a guère changé. La croix a été érigée en 1633.

P1080222_1

passage___Beaumont_2

Num_riser0002

_glise_Saint_Pierre_1

Débarrassée de son crépi, et de la curieuse surélévation de son clocher, l'église Saint-Pierre s'est embellie.

P1080217
Des logements  enchevêtrés

chapelle_de_l_Agneau
la chapelle de l'Agneau

Num_riser0003

Saint Benoit n'avait déjà plus de nez. Il montre maintenant sa tristesse d'avoir aussi perdu sa fontaine, et  les belles dames qui l'entouraient.

P1080218_1

w

Le bassin d'orage du Pourliat

Créé pour réguler le débit de l'Artière, il a été agréablement aménagé : un chemin en fait le tour, et de belles bornes décrivent les découvertes archéologiques faites sur le site.

Beaumont_depuis_Pourliat_A

P1080233_1P1080231_1

Ne cherchez pas les ruines derrière le panneau : elles ont été recouvertes par les bâtiments, beaucoup plus récents, du magasin Botanic.

collage3_1
collage_1

w

Folies, art et curiosités

P1080220_1

Le trait est un peu scolaire, bien loin de la maîtrise d'un Slobo ( voir " Chamalières en trompe-l'oeil "). Mais Nadine Chantel peint aussi des tableaux intéressants, et  c'est sympathique d'encourager les jeunes artistes.

P1080226

Quelqu'un qui - sait-on jamais ! - aurait le temps et une très bonne vue, a la possibilité, au détour d'une rue, de  réviser ses déclarations des droits de l'homme, agrémentées au surplus de jolies illustrations.

P1080293
La folie de La Mourette

P1080290

P1080286
Le Lapin Caché,
créé par l'atelier Formes et Couleurs

P1080284_2
Un dinosaure qui ne devrait pas trop effrayer les enfants

collage

Ces plots de couleur, parsemant les trottoirs de la ville jusqu'aux chemins les plus secrets, sont censés guider vos pas. Désormais, grâce à une équipe de créateurs belges, vous ne vous promènerez plus  au hasard, mais en suivant - qui l'eût cru ? - " un système de circulation alternative qui privilégie la marche en tant que mode ralenti de déplacement " appelé  Pietro. Ce n'est pas un prénom, mais la contraction de piéton et de métro (boulot, dodo). Si j'avais été consulté, j'aurais plutôt suggéré Marcello, concentré de marcheur et de hello (good bye), car avec trois syllabes ça sonne mieux. Ou Bernardo, mais pas Andredo.

Bon, ça n'aura coûté que 68 204 €  aux contribuables, alors que dans le lot sont compris de confortables bancs dont chacun pourra convenir qu'ils sont, en un sens,  de fort belle facture :

banc

P1080338

Le Passeur
du sculpteur américain John Martini

P1080346

L'oeuvre vient d'être inaugurée. Je l'imaginais monumentale, elle n'est qu'à taille humaine. C'est finalement beaucoup plus pratique, pour se l'approprier sous tous les angles.

P1080334

Passeur


Posté par andredo à 08:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 octobre 2007

Saint-Floret

 

 

Saint-Floret a été retenu parmi les "plus beaux villages de France", de même que (pour le Puy-de-Dôme) Montpeyroux, Saint-Saturnin et Usson.

P1080041_2

 

 

 

Ci-dessus, c'est ma photo, neutre, prise sous un ciel voilé.
Mais je préfère la dramatisation apportée par les ombres crues et l'absence de verdure, dans la photo de Michèle, sur
fond-ecran-image.com,
reproduite ci-dessous :

galerie_membre_france_saint_floret_saint_floret_63

saint_floret_pano_pris_est

 

 

 

Saint_Floret_et_ch_teau
Une photo plus ancienne, avec mon premier appareil numérique

Deux balades partent du village.

*

La boucle qui remonte au nord vers Clémensat (Guide Chamina  "Lembron et Pays des Couzes", n° 10)  est   courte ; elle offre de belles nuances de couleurs dans les parcelles cultivées.

P1080096

 

cl_mensat_ocre

 

 

 

 

 

 

*

 

P1020321

 

 

L'autre balade (Guide Chamina  "Lembron et Pays des Couzes", n° 9), d'environ trois heures, monte au sud vers l'église du Chastel. Dans le cimetière attenant, des tombes rupestres du Moyen-Âge ont été mises au jour :

 

P1080035
(Rappel : cliquer pour agrandir)

P1080037

P1080039

 

On s'éloigne du site, en allant vers Orphanges.

P1020322_1

 

 

 

Chazeras n'est pas sans intérêt :

P1020328 P1020329

Sur le chemin du retour, en approchant de Saint-Floret, on retrouve la croix présente sur le panneau réalisé par le Conseil Général :

croix_et_Saint_Floret

*

Le village s'étire le long de la couze Pavin,

P1080024

où au mois de mars fleurissent les prunus :

saint_floret

Au bout de la rue en direction d' Issoire, une autre croix, massive :

P1080018

J'aime particulièrement le vieux pont de la Pède, avec l'oratoire et sa Vierge du XIIe siècle :

P1080051

P1080020

vierge_saint_floret_d_tail_enfant

P1080025       P1080054
Je la reprends en photo à chacun de mes passages, en tentant d'éviter les reflets
(pas facile !)

 

Il faut aussi monter jusqu'au château, en espérant que la salle des fresques soit ouverte. Il est  possible de pique-niquer sur une petite aire coincée entre l'église et la roche (drôle d'idée quand même !).

*

La visite n'est pas finie : il reste encore à voir la source, ferrugineuse et salée, de la Tête de Lion, un peu plus loin en direction de Saurier, en garant la voiture sur l'aire de repos à gauche de la route.

panneau_source

 

 

P1080075
Le griffon

P1080066
Le travertin

P1080071

 

 

*

Num_riser0002
(cliquer pour agrandir)

 


 

 

 

 

 

Posté par andredo à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 septembre 2007

L'écosystème

 

P1070781

Quand j'ai creusé la terre pour installer mon bassin, je pensais nénuphars et poissons rouges, et je croyais tout maîtriser.

Mais rien n'a marché comme prévu : un nénuphar s'est propagé outrageusement, tandis que l'autre a végété plusieurs années avant de fleurir. Les poissons rouges se sont reproduits, mais beaucoup sont devenus blancs, alors que petits ils sont noirs.

Périodiquement, des algues se sont développées. La pompe s'est souvent obstruée, et a même court-circuité l'installation électrique.

Il m'a fallu accepter de placer aux abords des décorations hétéroclites : petits nains aux couleurs criardes, ou grenouilles chinoises en résine de synthèse.

C'est une Parisienne extasiée qui m'a éclairé :  j'avais créé un  écosystème :

" unité fondamentale formée par l'association d'une communauté d'espèces vivantes (biocénose) et d'un environnement physique (biotope) en constante interaction  "                                  (Larousse)

Dès lors, tout s'explique ! Chacun mène maintenant sa vie comme il l'entend, et le rôle du Créateur se borne à quelques miraculeuses apparitions, pour changer la pompe, trouver un traitement antialgues écologique, ou céder exceptionnellement aux prières de poissons voraces qui préfèrent la nourriture industrielle.

Donc j'observe, ce n'est pas trop fatigant, et c'est même parfois intéressant.

P1050483

Les plantes

P1050778_1
Iris kaempferi

P1060330
Nymphaea Gloriosa,
"un triomphe parmi toutes les hybridations de Latour-Marliac"

Pic024

P1070484

Les poissons

P1050496

 

Les oiseaux

Les merles ont investi la place ; ils surveillent et chassent les oiseaux plus petits qui viennent boire ou prendre un bain.

merle_chez_lui

P1060326

 

Au-dessus de l'eau

P1070625

Une araignée a tendu sa toile, c'est une  tétragnathe étirée.

P1070697

La libellule est peut-être un caloptérix vierge, mais la position qu'elle prend ne me permet pas de la reconnaître formellement.

P1070621

C'est la dernière venue de la saison. La première à apparaître fut la libellule déprimée :

P1060421
Le mâle

P1060318

P1060322

P1150083
la femelle

Puis les petites nymphes au corps de feu sont arrivées :

P1060385

 

P1060454

J'ai pu assister à l'accouplement et à la ponte :

P1060558

L'agrion jouvencelle les côtoyait :

P1060448

L'aeschne bleue, très vive, n'a pas été facile à saisir. Mais lorsqu'elle s'est aventurée à l'intérieur sans savoir comment ressortir, elle a bien dû s'accorder un moment de repos :

P1070458

D'accord, elle n'a pas de bleu, mais c'est en raison du dimorphisme sexuel : la femelle est ainsi. Je l'ai surprise plus tard en train de chercher un endroit pour pondre :

P1070479

Pour compléter ma collection, le sympètre rouge sang s'est invité :

symp_tre

Pas farouche du tout, il m'a laissé approcher à une vingtaine de centimètres, et s'est même tourné légèrement pour m'offrir son meilleur profil :

P1070640

 

*

Au fond, avec six sortes de libellules pour une pièce d'eau aussi petite, il se débrouille assez bien, cet écosystème.

Sans_titre_3

 


* Je replace au bon endroit le commentaire qui rectifie mon erreur :

 

Sympétrum strié
Une bonne idée, la mare. Les libellules vont adorer. Juste une remarque, le Sympétrum mâle photographié est un Sympétrum strié (Sympetrum striolatum).
Ischnura - email : admin@libellulesmaizieres.fr - http://www.libellulesmaizieres.fr


 

Posté par andredo à 21:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

04 septembre 2007

Jolies bestioles

 

insecte_003

D'abord, j'ai vu la scutigère dans l'escalier qui mène à la cave. J'ignorais son nom, mais après l'avoir photographiée, j'ai pu l'identifier et étudier ses moeurs. Les insectes doivent être nombreux dans la maison, puisqu'ils constituent sa nourriture. Jusqu'à présent, je n'avais remarqué que ceux qui m'importunaient : mouches, guêpes, mites, ou araignées.

En ouvrant un peu plus les yeux, j'ai repéré les papillons de nuit, qui se collent aux vitres, attirés par la lumière à l'intérieur. J'aime bien le col de fourrure de l'écaille tigrée, et les plumes du ptérophore blanc.

P1060510

P1070763

Beaucoup d'autres me restent  inconnus, comme celui-ci, tout petit...

P1050670

 

... ou ceux-là, qui ne figurent pas dans mon guide :

 

collage_2

En revanche, je connais très bien le sphinx du troène, car dans l'école où elle venait de terminer ses études, Isabelle avait reçu un cadeau original : non pas un vulgaire porte-clés, mais la véritable chrysalide bien vivante, de ce papillon qui après plusieurs mois de repos devait au prochain printemps déployer ses ailes. J'ai été chargé de prodiguer à la bébête les soins prescrits par la fiche d'élevage qui avait été judicieusement jointe, et lorsque je la réchauffais dans ma main, elle me remerciait en remuant la queue ou, plus exactement, son extrémité  abdomino-ventrale articulée.

chrysalide

 

J'avais préparé une cage pour ne pas rater l'éclosion, mais l'événement ne s'est pas produit : le printemps venu, la chrysalide a simplement cessé de se tortiller, et elle est devenue légère, légère...

A cette époque, ce sont les tipules, ou cousins, qui nous ont rendu visite.

P1050762

En Angleterre, on les appelle "Papa aux longues jambes" (Daddy long legs), c'est joli !

tipule_de_dos_bis

Quelquefois, un grillon (plus petit que celui-ci qui est un grillon des champs) pénètre dans la cuisine.

P1060226
C'est une femelle, car elle possède à l'arrière un instrument ("oviduc", ou "ovipositeur"), qui lui permet de creuser le sol et d'y déposer ses oeufs

Sur la terrasse, c'est la femelle ver luisant qui plusieurs soirs a allumé ses phares pour attirer les mâles.

P1060275

 

Au jardin, dans le lilas fleuri, j'ai observé l'araignée-crabe.

P1050556

P1050552

En août, les abeilles ont bien apprécié les figues.

abeilles_et_figues

 

 

Je n'ai pas voulu photographier les gendarmes (ou suisses) qui abondent, mais dans les mêmes tons avec un dessin différent, j'ai trouvé cet insecte, à peine plus petit :

 

P1070428

Il m'a fallu du temps pour découvrir, grâce aux pages entomologiques d'André Lequet , qu'il s'agit toujours du gendarme, mais sous la forme d'une larve âgée, au stade pré-imaginal.

Sur une feuille de haricot, le clairon des abeilles, tout poilu, prenait la pose :

P1060665

 

Il porte ce nom car sa larve s'introduit dans les nids des abeilles et se nourrit de leur contenu.

Dernièrement, j'ai surpris cette sorte de punaise, longue d'environ 15 mm, au milieu des noisettes que je venais de récolter. Je n'ai pas trouvé son nom.

P1070715

P1070723

En balade, j'ai rencontré (parmi d'autres) un carabe doré à Villossanges, un bousier à Olloix, un cercope rouge sang à Sermentizon :

P1060218_1

P1060143

P1050780

A Douharesse, sur la PR des roches Tuilière et Sanadoire, c'est, me semble-t-il , un carabe embrouillé (carabus  intricatus) qui s'enfuit :

P1070818

Et en vacances, à Port-Vendres, cette grosse épeire a voulu me barrer le chemin :

P1060835

A la maison, beaucoup plus jolie, une véritable épeire diadème était recroquevillée, comme morte, avant qu'elle parte à toutes jambes :

P1080126

Pas de panique, ce n'est qu'une petite femelle, dont l'abdomen ne dépasse pas 10 mm : c'est ce que disent les gros mâles, qui après la copulation se sauvent très vite, de peur d'être bouffés !

 

*

abeille

 

 

 

 

 


Posté par andredo à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


08 août 2007

Des grottes

 

Au Pays Basque, j'ai vu les grottes d' Isturitz et Oxocelhaya, dans le Vercors celles de Choranche.

Dans le Périgord, j'ai visité les grottes de Lacave, et je suis descendu dans le gouffre de Padirac où, à trente ans d'intervalle, même le batelier semble aussi immuable que l'imposante stalactite.

Num_riser0001Num_riser0002
Un seul des visiteurs est présent sur les deux photos     (1)

En Lozère , j'ai été impressionné par l'aspect fantastique des concrétions calcaires de l'aven Armand, et de la grotte de Dargilan.

P1010765_modifi__1

P1010848_1

 

 

Quant aux grottes ornées, je n'ai pas aimé le fac-similé de Lascaux ; le simple fait de savoir que ce n'est qu'une copie bloque chez moi toute faculté d'émotion. Mais je reste béat d'admiration devant ces animaux si vivants dessinés dans la grotte Chauvet, que j'ai un jour découverts dans une revue.

chevaux

image0_2

 

image0_3

 

 

Je m'égare : dans notre région il n'y a rien de tel. Mais on trouve par exemple d'anciennes carrières creusées pour en extraire des blocs de lave, comme ici au Grand Sarcouy ...

grotte_modifi__1

grotte_1_modifi__1

... ou bien des habitations troglodytiques comme les grottes de Perrier, que j'ai déjà décrites, ou d'autres encore.

 

Les grottes de La Roche-Blanche

P1000421

Elles se remarquent de loin, mais ont tendance à se cacher lorsque l'on s'approche. Je les avais sur ma droite à l'instant, mais le chemin s'en éloigne, avant de revenir vers la tour, située  au bord de la falaise. Faut-il grimper à son sommet pour mieux apprécier le paysage ? Cette corde ne m'inspire guère confiance...

P1070351

P1070347

Par une étroite sente qui tournicote, je redescends vers le village, et trouve enfin au départ d'un sentier herbeux un panneau cerclé de rouge qui m'indique que je suis sur la bonne voie : le passage est interdit à cause des risques d'éboulement.

Stitched_005

 

Ma foi, voilà un bel ensemble, avec une vue splendide sur la vallée de l'Auzon. Le chemin d'accès est raide et glissant.

P1070372

P1070367

P1070368 P1070369

P1070362

 

 

Et voici un accueillant salon, avec des niches pour le rangement, un accès direct à la cave, et même l'empreinte authentique de la main d'un troglodyte préhistorique au tempérament artistique.

P1070362_1

Tout près de la Roche-Blanche se trouvent les grottes de Jussat,  mais elles sont fermées par des grilles en fer, et désormais vouées uniquement à la sauvegarde des chauves-souris.

 

Les grottes de Chateauneuf

Ici, près de Saint-Nectaire, les pièces sont grandes, et la vue sur la château de Murol est appréciable. Il devait y faire  froid, mais nos ancêtres, qui occupaient déjà l'endroit  il y a 4 000 ans, y étaient habitués.

P1010712_modifi__2

 

 

P1010719_modifi__1

P1010716_modifi__1

P1010713

 

Si je me souviens bien, les grottes de Jonas, sur la route de Besse, sont très belles, avec une chapelle creusée dans la roche et ornée de fresques. Il faudra que j'y retourne .

Fresco2
(photo copiée sur le site des grottes de Jonas)

 

 


(1)padirac 1 padirac_2

En rouge, vous avez tout faux, car si je suis porteur de lunettes, je n'ai pas les oreilles décollées !

En jaune, c'est bien elle !


 

Posté par andredo à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 juillet 2007

La Chartreuse de Port Sainte-Marie

Guide Chamina   "Combrailles, Cher et Sioule",    n° 55  (au départ de Montfermy)
     ou, plus court, n° 65 au départ des Ancizes                  

P1070122

Sioule

Par une chaude matinée d'été, il est agréable de suivre les bords ombragés de la Sioule, en regardant libellules et papillons, et en savourant le puissant parfum de la reine des prés.

P1070136_1
Cette charmante demoiselle (mais c'est un garçon)
porte l'horrible nom de calopterix virgo

P1070150
Le paon du jour
P1070154

P1070139_1

P1070123

A ce rythme lent, en longeant la rivière, il faut un certain temps pour rejoindre la cascade qui coupe le méandre, et qui n'est pourtant située qu'à quelques centaines de mètres de Montfermy. Des familles installent déjà le pique-nique.

P1070130

P1070129
La balsamine géante a colonisé une partie des rives

P1070144

P1070148

La Chartreuse de Port Saint-Marie, abandonnée après avoir été pillée et vendue à la Révolution, n'est plus que ruines.

P1070164

Mais le site a été en partie restauré, il est entretenu et très bien aménagé, avec des panneaux explicatifs qui guident le visiteur, néanmoins libre de déambuler à sa guise. L'accès est gratuit.

P1070167

P1070166

Le plus étonnant -pour qui ne connaît pas l'histoire des Chartreux- c'est que ces moines, dont la vie est uniquement consacrée, dans le silence, à la prière et à la méditation, ne vivent pas réellement en communauté. Chacun est isolé dans sa petite maison (ici, il y en avait 19), et seule la messe les réunit. Ils ont un unique repas pris en commun, le dimanche. Le reste de la semaine, un frère convers (un laïc chargé des tâches matérielles) glisse la ration journalière du père chartreux par une ouverture spécialement pratiquée dans le mur de la cellule.

P1070163

P1070169

P1070170

P1070173

P1070175

Le retour à Montfermy paraît long, même si le chemin reste en grande partie ombragé. Il faut dire que la balade ne fait pas 14 km comme l'indique le guide, ni 15 km comme  le précise la mise à jour publiée par Chamina, mais en réalité 16,6 km. Ainsi, même si l'on ne se trompe pas de chemin au point n° 10 comme nous l'avons fait, on ne rejoint le point de départ qu'au bout de six heures environ. Heureusement, l'eau de la source Brigitte coule tout près de la passerelle ; elle est bien fraîche.

***

Liens : 


Posté par andredo à 22:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 juin 2007

La Godivelle

14100597

Maurice, qui aimait brouiller les pistes, nous faisait sourire en racontant que son rêve était d'être garde-pêche à La Godivelle : quand on l'aurait cherché au lac d'En-bas, il aurait pu répondre qu'il surveillait le lac d'En-haut .  Et inversement, bien sûr !

carte
Le lac d'En-Haut, La Godivelle, le lac d'En-Bas et le lac de St-Alyre

Pour cette balade facile, nul besoin d'acheter un topo-guide : le circuit est décrit sur le site NetRando. Mais il faut prévoir la journée, d'autant que ce coin perdu est situé à près d'une heure  et quart de route de Clermont, que l'on passe par Besse ou par Issoire.

Les pâturages dominent, les belles vaches rouges se régalent - attention, là, c'est un taureau près du passage ! - . On traverse une seule zone boisée, nous y avons rencontré un  renard qui s'est arrêté un instant pour nous observer, avant de disparaître. Le paysage est bordé par le massif du Sancy ; le puy de Dôme est visible au loin. En juin, tout est fleuri ; les papillons étrangement noirs, ou mouchetés d'or ou d'argent, abondent, tout comme les grenouilles présentes sous toutes leurs formes et qu'il faut parfois prendre garde de ne pas écraser. Il y a aussi des insectes piqueurs, mais on ne le ressent pas forcément sur le moment.

Le temps était couvert, et si nous avons eu la chance d'échapper à l'orage qui menaçait, nous avons quand même terminé le parcours sous la pluie. Du coup, mes photos ne sont pas toutes très lumineuses.

Godivelle
La pluie, le lac d'En-Bas et le village

P1060594

P1060625

*

 

P1060601
Ce n'est que du plantain

P1060582

Là, une orchidée

P1060583

*

 

P1060572

P1060576

Les papillons

P1060587

*

P1060599_1
Grenouillette, encore à moitié têtard

P1060598
Un peu plus évoluée, elle a perdu la queue

P1060604

P1060578

*

 P1060611

la motte de Brion

P1060608_1 tras
Sont-ce là les tras décrits sur le panneau ?

*

A Jassy, la couze d'Ardes descend en cascade. 

cascade de Jassy

 

 

lac_de_roche_orcine

Le lac de Saint-Alyre
(ou de Roche Orcine)

P1060623

 


 

 

 

Posté par andredo à 21:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mai 2007

La cramaillotte

P1050892

En montagne, il n'est pas trop tard pour récolter des fleurs de pissenlits, et en faire une délicieuse confiture. Ici, c'est à Randanne, non loin de la route menant au Mont-Dore par le lac de Guéry, le 10 mai.

P1050885

P1050898

Il y a environ 25 ans, mon employeur m'avait abonné au journal  "La France Agricole",  pour y glaner des renseignements sur le monde paysan. Cela s'est révélé très utile, puisque j'y ai découpé cette recette que j'utilise toujours :

P1060009

P1050890

P1050877

Le plus fastidieux, c'est de retirer proprement les pétales.

P1050903 P1050902

Et voilà le résultat !

P1060034
(ce sont de petits pots)

P1050872

vaches


Posté par andredo à 22:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 avril 2007

La ronde des fables à Rouillas-Haut

Il faut savoir que Rouillas-Haut n'existe que par opposition à Rouillas-Bas, qui, lui, possède une église et quelques commerces. Lorsqu'on ne dispose de rien de remarquable, et qu'on se situe au milieu d'une descente vers un voisin plus attrayant,  comment faire pour arrêter les automobilistes emportés par leur élan ? Le même problème se pose dans le sens de la montée, pour stopper ceux qui sont pressés d'atteindre, plus haut, Nadaillat, qui a la chance de posséder lui aussi une église et même - mais oui ! - un salon de thé.  Michel DAVID tente d'attirer l'attention, avec d'amusantes statuettes, naïves et colorées, disposées dans tout le village : par curiosité, les voyageurs doivent au moins ralentir. Peut-être que certains vont jusqu'à serrer le frein à main et s'extraire de leur véhicule : c'est ce que j'ai fait, l'autre jour.

P1050358

Voici l'entrée de la salle d'exposition de l'artiste (je n'ai pas appuyé sur le bouton de la sonnette) :

P1050373

Selon la seule habitante que j'ai rencontrée, une trentaine de fables de La Fontaine sont  illustrées ici. Il reste donc des découvertes à faire, car je n'en ai photographié que la moitié environ. J'ai reproduit les textes correspondants, sauf ceux que nous avons tous appris par coeur à l'école.

P1050386

P1050393

Les deux Mulets

P1050350

Deux mulets cheminaient, l'un d'avoine chargé,
      L'autre portant l'argent de la gabelle.
Celui-ci, glorieux d'une charge si belle,
N'eût voulu pour beaucoup en être soulagé.
          Il marchait d'un pas relevé,
          Et faisait sonner sa sonnette :
          Quand, l'ennemi se présentant,
          Comme il en voulait à l'argent,
Sur le mulet du fisc une troupe se jette,
          Le saisit au frein, et l'arrête.
          Le mulet, en se défendant,
Se sent percer de coups ; il gémit, il soupire.
" Est-ce donc là, dit-il, ce qu'on m'avait promis ?
Ce mulet qui me suit du danger se retire ;
          Et moi j'y tombe, et je péris !
         - Ami, lui dit son camarade,
Il n'est pas toujours bon d'avoir un haut emploi :
Si tu n'avais servi qu'un meunier, comme moi,
          Tu ne serais pas si malade. "

Le Pot de terre et le Pot de fer

P1050359

Le pot de fer proposa
Au pot de terre un voyage.
Celui-ci s'en excusa,
Disant qu'il ferait que sage
De garder le coin du feu,
Car il lui fallait si peu,
Si peu, que la moindre chose
De son débris serait cause :
Il n'en reviendrait morceau.
" Pour vous, dit-il, dont la peau
Est plus dure que la mienne,
Je ne vois rien qui vous tienne.
- Nous vous mettrons à couvert,
Repartit le pot de fer :
Si quelque matière dure
Vous menace d'aventure,
Entre deux je passerai,
Et du coup vous sauverai. "
Cette offre le persuade.
Pot de fer son camarade
Se met droit à ses côtés.
Mes gens s'en vont à trois pieds,
Clopin-clopant comme ils peuvent,
L'un contre l'autre jetés
Au moindre hoquet qu'ils treuvent.
Le pot de terre en souffre ; il n'eut pas fait cent pas
Que par son compagnon il fut mis en éclats,
Sans qu'il eût lieu de se plaindre.

Ne nous associons qu'avecque nos égaux.
Ou bien il nous faudra craindre
Le destin d'un de ces pots.

Le Lièvre et la Tortue

P1050360

P1050361

Le Chien qui lâche sa proie pour l'ombre

P1050363

Chacun se trompe ici-bas :
On voit courir après l'ombre
Tant de fous, qu'on ne sait pas
La plupart du temps le nombre.
Au chien dont parle Esope il faut les renvoyer.
Ce chien, voyant sa proie en l'eau représentée,
La quitta pour l'image, et pensa se noyer.
La rivière devint tout d’un coup agitée ;
À toute peine il regagna les bords,
Et n’eut ni l’ombre ni le corps.

Le Soleil et les Grenouilles

P1050364_1

Aux noces d'un tyran tout le peuple en liesse
Noyait son souci dans les pots.
Esope seul trouvait que les gens étaient sots
De témoigner tant d'allégresse.
" Le Soleil, disait-il, eut dessein autrefois
De songer à l'hyménée.
Aussitôt on ouït, d'une commune voix
Se plaindre de leur destinée
Les citoyennes des étangs.
" Que ferons-nous, s'il lui vient des enfants ?
Dirent-elles au Sort : un seul soleil à peine
Se peut souffrir ; une demi-douzaine
Mettra la mer à sec et tous ses habitants.
Adieu joncs et marais : notre race est détruite ;
Bientôt on la verra réduite
A l'eau du Styx. " Pour un pauvre animal,
Grenouilles, à mon sens, ne raisonnaient pas mal.


P1050365

Les oreilles du Lièvre

P1050366

Un animal cornu blessa de quelques coups
Le lion, qui plein de courroux,
Pour ne plus tomber en la peine,
Bannit des lieux de son domaine
Toute bête portant des cornes à son front.
Chèvres, béliers, taureaux aussitôt délogèrent,
Daims et cerfs de climat changèrent :
Chacun à s'en aller fut prompt.
Un lièvre, apercevant l'ombre de ses oreilles,
Craignit que quelque inquisiteur
N'allât interpréter à cornes leur longueur,
Ne les soutînt en tout à des cornes pareilles.
" Adieu, voisin grillon, dit-il ; je pars d'ici :
Mes oreilles enfin seraient cornes aussi ;
Et quand je les aurais plus courtes qu'une autruche,
Je craindrais même encor." Le grillon repartit :
" Cornes cela ? Vous me prenez pour cruche ;
Ce sont oreilles que Dieu fit.
- On les fera passer pour cornes,
Dit l'animal craintif, et cornes de licornes.
J'aurai beau protester ; mon dire et mes raisons
Iront aux Petites-Maisons.
"


La Cigale et la Fourmi

P1050368
version ronde

P1050376
version anguleuse

Le Singe

P1050367

Il est un singe dans Paris
A qui l'on avait donné femme.
Singe en effet d'aucuns maris,
Il la battait : la pauvre dame
En a tant soupiré qu'enfin elle n'est plus.
Leur fils se plaint d'étrange sorte.
Il éclate en cris superflus :
Le père en rit, sa femme est morte.
Il a déjà d'autres amours,
Que l'on croit qu'il battra toujours ;
Il hante la taverne, et souvent il s'enivre.

N'attendez rien de bon du peuple imitateur.
Qu'il soit singe ou qu'il fasse un livre,
La pire espèce, c'est l'auteur.

Le vieux Chat et la jeune Souris

P1050369

Une jeune souris, de peu d'expérience
Crut fléchir un vieux chat, implorant sa clémence,
Et payant de raisons le Raminagrobis .
" Laissez-moi vivre : une souris
De ma taille et de ma dépense
Est-elle à charge en ce logis ?
Affamerais-je, à votre avis,
L'hôte, l'hôtesse, et tout leur monde ?
D'un grain de blé je me nourris :
Une noix me rend toute ronde.
A présent je suis maigre ; attendez quelque temps.
Réservez ce repas à messieurs vos enfants. "
Ainsi parlait au chat la souris attrapée.
L'autre lui dit : " Tu t'es trompée :
Est-ce à moi que l'on tient de semblables discours ?
Tu gagnerais autant de parler à des sourds.
Chat, et vieux, pardonner ? cela n'arrive guères.
Selon ces lois, descends là-bas,
Meurs, et va-t'en, tout de ce pas,
Haranguer les soeurs filandières.
Mes enfants trouveront assez d'autres repas."
Il tint parole .

Et pour ma fable
Voici le sens moral qui peut y convenir :
La jeunesse se flatte, et croit tout obtenir ;
La vieillesse est impitoyable.


La Poule aux oeufs d'or

P1050371

L'avarice perd tout en voulant tout gagner.
Je ne veux, pour le témoigner,
Que celui dont la poule, à ce que dit la fable,
Pondait tous les jours un oeuf d'or.
Il crut que dans son corps elle avait un trésor :
Il la tua, l'ouvrit, et la trouva semblable
A celles dont les oeufs ne lui rapportaient rien,
S'étant lui-même ôté le plus beau de son bien.
Belle leçon pour les gens chiches !
Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus,
Qui du soir au matin sont pauvres devenus
Pour vouloir trop tôt être riches !


Le Renard et la Cigogne

P1050374

Le Laboureur et ses Enfants

P1050379

Travaillez, prenez de la peine :
C'est le fonds qui manque le moins.
Un riche laboureur, sentant sa mort prochaine,
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
" Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l'héritage
Que nous ont laissé nos parents :
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l'endroit ; mais un peu de courage
Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout.
Remuez votre champ dès qu'on aura fait l'oût.
Creusez, fouiller, bêchez ; ne laissez nulle place
Où la main ne passe et repasse. "
Le père mort, les fils vous retournent le champ
Deçà, delà, partout : si bien qu'au bout de l'an
Il en rapporta davantage.
D'argent, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer avant sa mort
Que le travail est un trésor.


Le Loup et la Cigogne

P1050381

       Les loups mangent gloutonnement.
            Un loup donc étant de frairie

            Se pressa, dit-on, tellement
            Qu'il en pensa perdre la vie :
Un os lui demeura bien avant au
gosier. 
De bonheur pour ce loup, qui ne pouvait crier, 
            Près de là passe une cigogne. 
            Il lui fait signe ; elle accourt. 
Voilà l'opératrice
aussitôt en besogne. 
Elle retira l'os ; puis, pour un si bon tour, 
            Elle demanda son salaire. 
            " Votre salaire? dit le loup : 
            Vous riez, ma bonne commère !
            Quoi ? Ce n'est pas encor beaucoup 
D'avoir de mon gosier retiré votre cou ?
            Allez, vous êtes une ingrate :
            Ne tombez jamais sous ma patte."


Le Loup et l'Agneau

P1050383

Ce n'est que justice, l'agneau a beaucoup mieux résisté que
le loup !


Le Milan et le Rossignol

P1050388

Après que le milan, manifeste voleur,
Eut répandu l'alarme en tout le voisinage
Et fait crier sur lui les enfants du village,
Un rossignol tomba dans ses mains par malheur.
Le héraut du printemps lui demande la vie.
" Aussi bien que manger en qui n'a que le son ?
Ecoutez plutôt ma chanson :
Je vous raconterai Térée et son envie,
- Qui, Térée ? est-ce un mets propre pour les milans ?
- Non pas ; c'était un roi dont les feux violents
Me firent ressentir leur ardeur criminelle.
Je m'en vais vous en dire une chanson si belle
Qu'elle vous ravira : mon chant plaît à chacun. "
Le milan alors lui réplique :
" Vraiment, nous voici bien ; lorsque je suis à jeun,
Tu me viens parler de musique.
- J'en parle bien aux rois. - Quand un roi te prendra,
Tu peux lui conter ces merveilles.
Pour un milan, il s'en rira :
Ventre affamé n'a point d'oreilles."

Le Renard et les Raisins

P1050394

Certain renard gascon, d'autres disent normand,
Mourant presque de faim, vit au haut d'une treille

Des raisins mûrs apparemment,
Et couverts d'une peau vermeille.
Le galand en eût fait volontiers un repas ;
Mais comme il n'y pouvait atteindre :
" Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats. "

Fit-il pas mieux que de se plaindre ?


P1050384

P1050392


Posté par andredo à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,