01 décembre 2009

Matin d'été à Pont-du-Château

Au fil de l’ Allier

P1160797

Je vais maintenant explorer les rives de l'Allier, qui coupe tout le Puy-de-Dôme en  descendant plein nord (avec divers méandres) jusqu'aux environs de Nevers, au bec d'Allier, pour rejoindre la Loire. Chamina a bien balisé le chemin, avec son guide justement intitulé " Au fil de l'Allier ", qui nous conduit de Vieille-Brioude, dans la Haute-Loire, à Billy, dans le département de l'Allier.

A peu près à mi-distance, voici Pont-du-Château, qui fut un port important, quand les sapinières convoyaient vers Paris du bois, du papier, du vin, des fruits, du chanvre, de la pierre de Volvic, et surtout le charbon de Brassac-les-Mines. La ville a créé le musée de la batellerie, qui évoque cette époque.

P1160756_1
Une rampe couverte de galets conduit au port d'amont

P1160769
Les quais du port d'amont, et le château construit au XVIIe siècle

P1160782_1
Maintenant, le château est devenu mairie

La rivière peut être violente : les crues ont emporté tous les ponts, jusqu'à ce que l'architecte Régemortes édifie, entre 1765 et 1773, l'actuel pont de pierre.

P1160761

Mais en ce matin du 19 août, l'Allier coule sereinement. En amont du pont, on se promène sous le soleil déjà chaud, on pêche ou fait trempette, au long des berges joliment aménagées.

pont_1

P1160777

Les ablettes ne sont pas sauvages

enfant

;

P1160791_1
Même la rive gauche offre une belle vue sur l'église Sainte-Martine, grâce au coude que forme la rivière

_glise_sainte_martine

L'église a été construite à partir du XIIe siècle. Surmontant un ensemble en arkose, son clocher foncé surprend : c'est qu'après avoir été détruit en 1793 sur ordre de "l'infâme Couthon", il a été reconstruit à l'identique, mais en pierre de Volvic.

ste_martine_2

.

P1160748
Les deux sarcophages adossés à la façade sud proviennent
d'un site religieux plus ancien, sur lequel l'église a été bâtie

Outre le pont, une passerelle permet aux piétons et deux-roues de traverser.

passerelle

En aval, la rivière ne tarde pas à reprendre son aspect naturel.

P1160763

P1160767
La salicaire

bord_d_allier

La jussie à fleurs jaunes, jolie mais envahissante


Posté par andredo à 09:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


13 novembre 2009

Collection de papillons, du ramoneur à la zygène

Capture_plein__cran_11102009_225431_1

-  ramoneur  (odezia atrata)

P1060572
Aux alentours de la Godivelle, le 10 juin 2007

P1080053
A Laschamps, le 9 juin 2012 

- robert-le-diable

P1130158

A Courpière, sur des asters, le 19 octobre 2008

P1110839

Près de Saint-Georges-de-Mons, sur du lamier blanc, le 3 août 2008

j

Capture_plein__cran_11102009_225431_2

- satyre et mégère

P1150316

 Le satyre, c'est le mâle, et la femelle est bien sûr la mégère. Ici, à Narbonne le 25 juin 2009, c'est une mégère, car ses ailes antérieures n'ont pas la large bande sombre transversale qui caractérise le mâle.

P1020934-1

Sur la montagne de la Serre, le 17 juillet 2011, un mâle observe un couple en espérant participer, mais les opérations de rapprochement sont déjà bien engagées.  

P1020936

P1020942
L'accouplement se pratique tête-bêche

mégère
Le 21 mai 2014 au soir, une mégère se protège du vent sur un mur de ma maison, derrière un volet

a- souci et soufré 

P1120326

Les entomologistes distinguent le colias crocea (souci) et le colias hyale (soufré), ce qui ne nous facilite pas la tâche. En haut, à Saint-Bonnet le Bourg le 24 août 2008, c'est plutôt un soufré.

En bas, à Fontclairant le 4 octobre 2009, c'est un souci qui s'est fait piéger dans la toile d'une épeire diadème.

P1000913

P1000914

aa

P1150588
A Six-Fours-les-Plages, le 4 juillet 2009, c'est nettement un soufré

 

la chaise-dieu st-alyre
Ici, vu sous ses deux faces parce que trouvé mort sur un chemin 
à Saint-Alyre d'Arlanc le 23 septembre 2012, c'est un souci femelle

- sphinx du tilleul

P1160557

Cette chenille est au dernier stade de son évolution, avant la chrysalide. Découverte par Cathie le 1er août 2009 à Beaumont, elle n'était pas descendue d'un tilleul, mais d'un bouleau.

P1160559

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

(Wk)800px_Lime_hawk_motha

- sphinx colibri ou moro sphinx ou sphinx du caille-lait

P1170028

a

Num_riser0001

 

P1170033

a

P1170041

k

P1170044
Sur mes zinnias, le 26 août 2009-

- sylvain azuré

P1020542
A Capbreton le 30 juin 2011

- sylvandre

sylvandre
Gergovie, le 5 juillet 2014

P1110925-001
Ponteix, le 6 juillet 2014

Capture_plein__cran_27092010_211837

- tabac d'Espagne

 P1020953
Sur la montagne de la Serre, le 17 juillet 2011, une femelle 

P1040682Au pied du puy des Gouttes, le 14 août 2013, un mâle

P1040679

 - tircis

P1050243
En bordure de chemin, à Ceyrat, le 2 août 2010

- tristan

P1020947

P1020950
Sur la montagne de la Serre, le 17 juillet 2011

 - turquoise-

P1010902

Saint-Genès Champespe, le 29 mai 2011.
Ce papillon fait partie de la famille des zygènes (voir plus bas).

 Capture_plein__cran_11102009_225431_4

- vulcain

P1000966

Lui aussi est attiré par les zinnias, le 10 octobre 2009

P1000967

-

P1060503
le 30 septembre 2010

Capture plein écran 11052014 185103

- Yponomeute

P1100735

Protégées par leurs fils de soie, les chenilles ont consciencieusement dévoré
les jeunes feuilles d'un fusain, à Ceyrat le 11 mai 2014

1024px-Yponomeuta_evonymella01(Wk)

 Capture_plein__cran_11102009_225431_6

- Zygène de la filipendule

P1070139

La filipendule, c'est  une plante vivace proche de la reine-des-prés. Mais la zygène apprécie tout autant les chardons de la Tour d'Auvergne, et la lavande de mon jardin.

P1070228
22 juillet 2007

P1110746
22 juillet 2008

 P1110744
Ne nous énervons pas, y'en aura pour tout le monde !

P1040713_1

Filipendule, c'est un joli nom, mais  je serais bien en peine d'identifier précisément les zygènes, car on en dénombre 800 espèces (seulement 35 pour la France, mais c'est encore trop). Ci-dessus, près du puy de la Vache le 13 juillet 2010, celle de gauche pourrait être la zygène de la coronille, et celle de droite la zygène pourpre ... sous toutes réserves !

 

Précédents :     De l'aurore à l'étoilée        Du fadet à la pudibonde


Nota : Les photos ajoutées aux miennes sont toutes issues de Wikimedia Commons, et  repérées par les lettres Wk (sauf le sphinx colibri, qui a été peint au début du XVIe siècle par Jean Bourdichon, pour Les Grandes Heures d'Anne de Bretagne)


(Complété le 6 juillet 2014)

Posté par andredo à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 octobre 2009

Collection de papillons, du fadet à la pudibonde

Capture_plein__cran_19102009_212119

- fadet 

P1160704_1

. L'amaryllis, le myrtil et le céphale sont des papillons qui se ressemblent beaucoup. Ci-dessus, au jardin sur un arbre à papillons, le 14 août 2009, c'est peut-être bien une sorte de fadet mais pas le fadet commun, qui est certainement celui-ci, plus petit, observé le 4 septembre 2011 à Saint-Diéry :

P1030990

 

- flambé (Iphiclides podalirius)

P1010059
A Nonette, le 1er avril 2011

(voir : Papillon vole, parfois)

Capture_plein__cran_19102009_212119_1

- gamma

Il doit son nom à la tache blanche qui, sur ses ailes antérieures, rappelle la forme de la lettre grecque gamma.

P1150209

 

P1150220

Celui-ci a pénétré chez moi le 12 juin 2009. Sa chenille, qui opère la nuit, est une ravageuse des cultures légumières.

(Wk)Autographa_gamma_caterpillar

a

-  gazé ou piéride de l'aubépine

a
C'est une espèce qui se raréfie en zones d'agriculture intensive.

P1050022

A Beaumont, le 21 juillet 2010

P1010420_1
A Gergovie, le 29 avril 2011, je pense qu'il s'agit de jeunes chenilles (moins de 20 mm) de gazé, sortant de l'enveloppe dans laquelle elles ont hiverné. 

a- géomètre à barreaux

P1120766_1

C'est un papillon que je n'ai pas observé dans la région, mais à Narbonne le 17 septembre 2008.

v

- grand nègre hongrois ou moiré blanc fascié

P1070292

A Super-Besse, le 29 juillet 2007

P1160086

Ici, dans la cheire du puy de Côme le 19 juillet 2009,
je ne suis pas sûr que ce soit le même.

aa

- grand mars changeant

P1040684

Près du château de Montlosier, le 13 juillet 2010

P1040685

a

Capture_plein__cran_16062010_222833

- hespérie du brome ou échiquier

P1030898
A Ceyrat le 14 juin 2010

- hespérie du dactyle

 hespérie du dactyle
Ponteix, le 6 juillet 2014

 - hiéroglyphe ou clignotante, ou noctuelle didyme

 P1020572

Accouplement, le 30 mai 2013

Capture_plein__cran_25092010_104031

Lithosie 
                  à quatre points (Cybosia mesomella) :

Cybosia mesomella
Ponteix, le 6 juillet 2014

                      aplatie, ou manteau à tête jaune :

IMG_3567
Beaumont, le 25 août 2016

- louvette ou petite hépiale du houblon

P1030157_1
Le 25 mai 2010

La chenille est assez fréquente dans les jardins, où elle se nourrit, notamment, des racines des salades (voir le lien).

Terre vivante, le jardin bio en un clic

P1030180
Le 30 juin 2013, une salade en moins dans mon jardin,
mais j'ai trouvé la responsable

 

Capture_plein__cran_11102009_225431_7

- machaon

P1120547

Au puy Saint-Romain, le 7 septembre 2008 ...

P1060822_1

... mais aussi à Port-Vendres, au cap Béar, le 27 juin 2007

P1040084
La chenille, à Beaumont le 15 septembre 2011

- marginée

margin_e

A Saint-Victor la Rivière, le 27 juin 2010,
un petit papillon (moins de 30 mm) vivant dans les bois
a

- mélitée du plantain

P1050164-001
A Yronde le 20 mai 2018

- méticuleuse ou craintive

P1000891_1 

Celle-ci était dans mon jardin, sur une fleur de zinnia,  le 3 octobre 2009. Mais on rencontre plus fréquemment sa chenille verte bien dodue.

P1130035

Le 15 mars 2015

- morio 

P1030871
A Lavaudieu, le 28 août 2011 

- myrtil

P1040651
Une femelle, dans mon jardin le 14 août 2013

Capture_plein__cran_11102009_225431

- nacré de la sanguisorbe

 Nacré de la sanguisorbe

 

P1110939
Ponteix, le 6 juillet 2014

 - noctuelle de la patience

P1080031
A Clémensat, le 30 septembre 2007

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

(Wk)420px_Acronicta_rumicis_Berlin_Mitte_090731_1a

- noctuelle frangée

P1020371_1

A Mirefleurs, le 11 avril 2010

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

(Wk)800px_Noctua_fimbriata2

-

P1040109

Noctuelle, sans doute la même, dans mon jardin le 24 juin 2010
-

-P1010106
Peut-être une autre noctuelle, au Vernet Sainte-Marguerite le 2 avril 2011

 Capture plein écran 02112012 212054

- orangé des alpages (crocota tinctaria)

P1090716
Au puy de Sancy, le 18 août 2012

Seul le mâle est orangé : ici, c'est donc une femelle.

Capture_plein__cran_11102009_225431_5

- paon du jour

Depuis que je l'ai observé à divers stades de de son évolution (voir Métamorphoses 1 et 2), nous sommes devenus amis. Dès la deuxième quinzaine de mars, il revient au jardin, et je le rencontre souvent au hasard des chemins. Il me fait alors le plaisir de m'accompagner un moment.

Captures_d__cran

h

P1140269
Le 9 avril 2009 sur les aubriètes

P1120879
Le 27 septembre 2008, un petit coup de froid l'incite à revenir
se protéger dans la cabane de sa naissance
n

- petit collier argenté

P1060406
Le Vernet-la -Varenne, le 27 mai 2007

 P1120339
Saint-Bonnet-le-Bourg, le 24 août 2008

- petit nacré

P1030204

P1030199
A Picherande, le 31 juillet 2011

- petit sylvain

petit sylvain

Allagnat, le 7 juillet 2020 

- petite tortue

P1040225
Saint-Victor la Rivière, le 27 juin 2010

petite tortue
Mareugheol, le 13 avril 2013

 P1030973
Super-Besse le 23 juillet 2013

petite tortue
Ceyrat, le 3 juin 2014

- petit paon de nuit

P1150473

Cette chenille, à Six-Fours-les-Plages, le 30 juin 2009, traversait imprudemment la route forestière - heureusement interdite aux véhicules - menant à la chapelle Notre-Dame du Mai.

noctuelle

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

(Wk)250px_Saturnia_pavonia_01

b- phalène du sureau

La chenille trompe son monde, d'abord en ne mangeant pas forcément les feuilles du sureau, mais en se régalant aussi de celles de mes rosiers, comme ici le 24 septembre 2009.

P1170061_1

Ensuite, elle tente de passer inaperçue, en imitant les tiges de la plante qu'elle a choisie.

P1170071_1
Pas mal, mais elle devrait aussi imiter les épines.

P1170082

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

(Wk)

h- phalène hardie

P1060576
Près de la Godivelle, le 10 juin 2007

- phalène picotée

P1060587_2
Toujours à la Godivelle, même date

- phalène printanière

 P1010869
Chez moi, le 25 mai 2011

- piéride du chou

A Olloix, sur un géranium dans les gorges de la Monne, le 28 mai 2007, tu es bien belle.

P1060164

Mais au jardin le 13 août 2008, je n'apprécie guère que tu t'approches ainsi, l'air de rien, de mon rang de choux ...

P1120017

ni que tu t'y installes carrément pour pondre ! (le 26 août 2013)

 P1050203


 - ptérophore blanc

P1070760
Le 31 août 2007 (déjà montré)

- pudibonde ou orgyie pudibonde ou patte étendue

P1010006
A Gelles, le 11 octobre 2009

gelles

Avec ses quatre brosses sur le dos, elle est bien de la même famille que l'étoilée, qui terminait la première série. Et elle aussi est urticante.

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

Et voici pourquoi on l'appelle parfois patte étendue :

(Wk)571px_Calliteara_pudibunda3

Précédent : De l'aurore à l'étoilée                                                        Siuvant : Du ramoneur à la zygène


Nota : Les photos ajoutées aux miennes sont toutes issues de Wikimedia Commons, et  repérées par les lettres Wk.


    (Complété le 7 juillet 2020)

Posté par andredo à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 octobre 2009

Collection de papillons, de l'aurore à l'étoilée

L' aurore, le ciel azuré, la nuit étoilée, n'est-ce pas poétique pour évoquer des papillons diurnes et nocturnes ? En fait, c'est le résultat d'un simple classement alphabétique, arrêté dans un premier temps à la lettre E. Cet ordre est purement aléatoire : je n'ai pas retenu le nom scientifique, mais l'appellation courante ... Or, en français, ces papillons ont toujours plusieurs noms, souvent dérivés des couleurs qu'ils arborent. Par ailleurs, j'ai pu commettre des erreurs d'identification ; n'hésitez pas à me les signaler !

Capture_plein__cran_11102009_225431

- agreste

Très énervant, il replie toujours ses ailes lorsqu'il se pose.

P1020824
Près du Boulou, le 15 juillet 2011

P1020968
Sur la montagne de la Serre, le 17 juillet 2011 

- amaryllis

P1120034

Ce papillon très commun, observé aux alentours de Nadaillat le 13 août 2008, peut facilement être identifié : le rond noir sur les ailes antérieures comporte deux points blancs, au lieu d'un seul chez les fadets ou les céphales.

 - aurore

P1010280
-

P1010283
IiIci, au Mont-Dore le 13 avril 2011, c'est un mâle,
reconnaissable à ses ailes antérieures à moitié orange

- azuré commun ou argus bleu, ou azuré de la bugrane

P1120540_1
A Mirefleurs, le 7 septembre 2008

P1050245_2
A Beaumont le 3 août 2010

 P1080233
A Courgoul le 14 juin 2012

azuré
 Ceyrat le 13 mai 2014, un mâle;

Capture_plein__cran_11102009_225431_1

- belle-dame

C'est un papillon migrateur, qui ne s'arrête pas régulièrement chez nous. Mais cette année, il a fait un passage très remarqué partout en France. Le 12 mai 2009, un petit groupe faisait halte sur mon lilas fleuri.

P1140856_1

m

P1140847


- bombyx  à livrée

P1060220
Le 19 mai 2007, à Villossanges

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

(Wk)800px_DSCN3700

m
- bombyx de la ronce

P1080258

Le 11 novembre 2007, à Madriat

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

(Wk)DSCN6705_resize

m

- bombyx du chêne

P1120043

Le 13 août 2008, à Nadaillat

P1150136

Le 3 juin 2009, à Beaumont

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

(Wk)745px_Lasiocampa_quercus01

m

- bombyx disparate

P1110800

29 juillet 2008

P1110802

Chez moi, il reste isolé, et sa chenille se promène sans crainte.

 

P1030568
Le 13 juillet 2013, elle gambade

P1030837
Le 21 juillet, elle a été victime d'un prédateur qui n'a laissé que la tête

Mais dans le Var, certaines années, elle peut faire de gros dégâts :

Num_riser0002

(Var Matin du 8 juillet 2009)

mCapture_plein__cran_11102009_225431

- carte géographique

Ce papillon doit son nom aux rayures blanches visibles sur le dessous des ailes, qui peuvent faire penser à un réseau routier. Ici, à Mezel sur un chemil en bordure d'Allier le 1er juin 2010, il est sous sa forme printanière. 

P1030353_1

La génération de l'été a des couleurs différentes, où domine le noir :

P1030881
Toujours au bord de l'Allier, à Coudes le 22 juillet 2013

- citron

P1030208
A Picherande, le 31 juillet 2011

P1090613
Dans mon jardin, le 14 août 2012 

- crambus lathoniellus

Il n'a pas de nom familier, ce papillon à peine plus gros qu'une mite, qui volète près du sol lorsque les pas du promeneur le dérangent, sur les chemins bordant des prairies.

P1030077
Aurières, le 26 juillet 2011

- Cuivré de la verge d'or

P1080973
A Randanne, le 21 juillet 2012

Capture_plein__cran_11102009_225431_4

- découpure

P1120892
Une sorte de noctuelle, chez moi le 28 septembre 2008

- demi-deuil

P1110768

aa

P1040704

En haut, à Saint-Gervazy, le 27 juin 2008, puis près du puy de la Vache le 13 juillet 2010.  Et en bas, mais beaucoup plus bas sur la carte de France, près de Narbonne le 25 juin 2009.

P1150258

m

P1150330_2

m

Capture_plein__cran_12102009_231616

- écaille chinée

C'est un papillon de nuit qui butine le jour et adore les eupatoires, comme ici à Saint-Hérent, le 27 août 2006.

boudes_015_modifi__1

P1160598
4 août 2009
;

P1000144

A la maison, discrète mais souvent présente, l'écaille chinée prend ses aises, jusqu'à s'installer le 30 août 2009 sur un batik rapporté du Sénégal, dont les couleurs lui ressemblent tant qu'on a l'impression que le tableau attendait qu'elle vienne y apporter la touche finale, et n'en plus bouger : elle est venue mourir ici.

P1010009

m

P1010010

- écaille pourprée

P1070823

P1070825

Dans mon jardin elle ne montre que du jaune tacheté de noir. Mais parfois elle étend ses ailes ...

(Wk)763px_Ryparia_purpurata

... et laisse apparaître le rouge dans d'autres conditions que sèchement clouée sur une planche, je l'espère pour elle.

- écaille tigrée

P1060509

J'adore cette élégante qui m'a rendu visite le 6 juin 2007, en se plaquant à la fenêtre du salon (je l'avais déjà montrée).

- éphémère

P1070878

Ci-dessus, c'est à Narbonne, le 14 septembre 2007. Mais l'éphémère se risque aussi parfois à affronter les rigueurs du climat auvergnat :

P1080110
Sur une vitre de ma cuisine, le 11 juin 2012, après une journée de pluie

- étoilée  (orgyia antiqua)

P1120148

Le 15 août 2008, la chenille stationnait sur un muret. Déjà bien protégée par ses avertisseurs rouge vif, ses soies urticantes, et ses quatre brosses jaunes sur le dos, elle a montré son mécontentement en sécrétant une grosse goutte de liquide toxique.

Le papillon est moins remarquable, surtout la femelle qui n'a même pas d'ailes et reste quasiment immobile. Elle se borne à émettre des phéromones pour attirer les mâles, et ensuite pondre sur place des centaines d'oeufs. Voici l'accouplement :

(Wk)800px_Orgyia_antiqua_mating 

Suite : - Du fadet à la pudibonde  - Du ramoneur à la zygène


Nota : Les photos ajoutées aux miennes sont toutes issues de Wikimedia Commons, et repérées par les lettres Wk.            


(Complété le 13 mai 2014)

Posté par andredo à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 octobre 2009

La tourbière de Gayme

P1160285

Encouragé par la découverte fortuite d'une plante carnivore, la grassette, dans une tourbière de pente du Sancy, j'espérais, en me rendant à cette tourbière près de Picherande, admirer la drosera autrement qu'en captivité dans une jardinerie.

Celle qui pousse en Auvergne, c'est la drosera à feuilles rondes :

800px_Drosera_rotundifolia_130405
(source : Wikimedia Commons)

P1160425

Mais ne rêvons pas, pour que pousse la drosera, il faut de la tourbe. Or celle-ci, exploitée industriellement jusque vers l'an 2000, a pratiquement disparu. Il a suffi de 27 ans pour pour détruire, sans réel besoin, cette tourbière qui avait mis plusieurs milliers d'années à se constituer.  Les panneaux qui jalonnent la petite promenade aménagée sur 3 km  ne nous font d'ailleurs pas miroiter l'impossible : les collectivités tentent de réhabiliter le site, mais sans bien savoir ce qui va en résulter. Une remise en eau a été effectuée, mais elle crée un écosystème différent du milieu d'origine. Dans le meilleur des cas, avec un rythme de croissance d'un millimètre par an, nous ne verrons une tourbière digne de ce nom que dans un bon millier d'années.

P1160417_2

C'est actuellement une grande zone herbeuse, très sèche en surface, longeant le petit étang qui masque les déchirures des pelleteuses.

P1160431_1

P1160433_2

P1160437

P1160457

L'oeuvre d'art placée là cet été (1) me paraît du coup tout-à-fait à sa place : voici un pont qui ne mène nulle part si ce n'est, brutalement, à son point de départ. Ou bien un serpent qui se mord la queue ...

P1160460

P1160440

P1160446

 

pont_1

Pour de patients observateurs, comme Christian, capable de passer une journée entière à suivre la naissance d'une libellule, la découverte de la drosera reste possible : il en donne la preuve. Simple promeneur, je me contenterai aujourd'hui de la vue sur le Sancy.

P1160459

pano_tourbi_re

P1160428_3


(1) - " Back Flip Bridge" par Tanya Preminger, artiste plasticienne israélienne.


Posté par andredo à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


13 septembre 2009

Les marmottes

marmotte_2007

Les marmottes sont bien présentes dans le massif du Sancy, mais en général on ne les aperçoit que furtivement, et moi, assez myope et un peu lent au au déclenchement, je n'avais pu en obtenir que cette pauvre photo.

Et puis, Nono est arrivé !

Ce randonneur aguerri a pu les observer et a publié de belles  photos sur son blog (1). Immédiatement, j'ai voulu aller sur place et, tellement impatient, j'ai mal lu son texte et me suis précipité au puy de Paillaret que j'avais cru reconnaître : petite déception, car même si j'ai vu trois grosses marmottes, elles étaient bien trop sauvages pour rester à la portée de mon objectif. Je me suis consolé avec les libellules et les grenouilles.

paillaret_pierres

P1000237

paillaret_4

Le lendemain, j'étais au bon endroit, mais au-dessus de moi, un couple avec un chien cherchait son chemin dans les pierres et parlait fort. J'ai pensé que ce serait encore raté, mais heureusement, ils sont partis à gauche. Ouf, les marmottes sont sur la droite.

P1000295

Ici, la colonie paraît importante, et les marmottes peu farouches. J'ai passé deux heures près d'elles, sans qu'elles se préoccupent beaucoup de ma présence. Elles ne s'éloignaient, sans précipitation, que lorsque je m'approchais trop, à quelques mètres.  Elles se prélassaient au soleil, couraient dans les rochers, ou grattaient dans le pré à la recherche de nourriture. Elles ne se sont cachées que lorsqu'un hélicoptère nous a bruyamment survolés. Plus tard, quelques-unes, aux aguets, se sont mises brusquement à siffler en se répondant. Ne voyant rien, j'ai seulement compris  que ce n'était pas moi qui les inquiétait, car les sentinelles me tournaient le dos. Puis un renard est passé, longeant le bord supérieur du pierrier, et l'alerte a pris fin.

P1170051_1

.

P1000271_1

.

P1000461_1

0

P1000273

o

P1000428

o

P1000277_2

y

P1000284

y

P1000455

y

P1000306

t

P1000311

z

P1000316

z

P1000329

z

P1000335

z

P1000342

z

P1000349

z

P1000351

z

P1000352_1

z

P1000363

z

P1000426

z

P1000366_1

z

P1000367

z

P1000375

zz

P1000423

z

P1000355_1

z

Allez, je vois bien que  maintenant je ne vous intéresse plus, je vous laisse, jolies marmottes !

 

P1000354

P1000422

P1000361

P1000281_1

P1000288

C'était un moment magnifique, empli d'émotion. Merci, Nono, merci !


Voir aussi : Le réveil des marmottes

1- Malheureusement, ce blog n'existe plus (6/4/2013).

 


PS :  l'oiseau qui vit sur ces rochers pourrait être le pipit spioncelle :

P1000438

l
l
v

Num_riser0002

(Guide Nathan " Reconnaître les oiseaux sans peine ")

 


 

 

Posté par andredo à 21:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

03 septembre 2009

Le tour de la vallée de Chaudefour

Guide  Chamina  "Massif du Sancy et Artense", n° 13

chaudefour

Le point de départ est à Chambon-des-Neiges, tout au bout de la station, "aux cinq cents diables", comme dirait le patron de l'auberge située à cet endroit et ainsi nommée.

En face, les orgues basaltiques sont, dans le pré en contrebas, ornées actuellement d'un napperon de dentelle (1).

P1160880

 

dentelle

Le parcours, prévu en cinq heures, est balisé en vert. Il faut environ une heure à travers bois pour rejoindre la vallée de Chaudefour, et admirer la Dent de la Rancune et la Crête de Coq.

vall_e_de_chaudefour1

 

P1160891

vall_e_de_chaudefour2

 

P1160892

Tournant le dos à ces rochers, nous  traversons le ruisseau ; ensuite le sentier monte en lacets, en partie à travers des éboulis, sur le versant sud. Il offre alternativement des points de vue vers l'est jusqu'au puy de Dôme, et à l'ouest sur les crêtes du Sancy.

P1160911

mont_e_1

Encore une heure de marche depuis le fond de la vallée, et nous atteignons les pâturages d'altitude. Le puy de la Perdrix et le puy Ferrand sont en vue.

fin_des__boulis

 

vall_e_de_chaudefour4

 

P1160924
Super-Besse et le lac des Hermines

 

P1160921
Le téléphérique du puy de la Perdrix a été récemment rénové

 

P1040041

Entre le puy de la Perdrix et le puy de Sancy, la vue porte tant sur la Fontaine Salée, à l'ouest, que sur la vallée de Chaudefour, à l'est, à condition de ne pas être dans les nuages.

vall_e_de_chaudefour3

P1160944_1
Ce sentier en contrebas, c'est le GR 4

P1160932_1
Les moutons sont en bas, à gauche

P1160935
Les voici, agrandis

 

Nous abordons le puy de Sancy par la face sud ; cet endroit est souvent venté.

sancy_1

Cette partie du sentier, très élargie et enfoncée par endroits, suite au passage de nombreux randonneurs,
fait l'objet de travaux depuis le début septembre 2009  (2) 

Le 10 septembre 2011, l'amélioration est à peine visible 

 

La grimpette pour atteindre le sommet n'étant pas prévue au programme, nous virons à droite pour rejoindre les crêtes qui dominent d'un côté le Mont-Dore, et de l'autre la vallée de Chaudefour.

P1160949

 

P1160946

P1160965_1

 

P1160950

C'est un petit jeu de montagnes russes : il faut enchaîner trois puys, avant d'entamer la longue descente (raide au début) qui ramène au point de départ.

P1160953
Voilà le dernier, je crois

 

P1160966
et voici la descente

Il est possible, avec un peu de chance car il est rare, de repérer le lis martagon ; sa cueillette est interdite. D'ailleurs, ici toute cueillette est interdite, de même que sont interdits les chiens ou les VTT, car c'est une réserve naturelle (3) .

P1110703

 ***
Voir aussi : Le fond de la vallée de Chaudefour 


 

  P1160972               Num_riser0001              P1160964

(1) Horizons 2009        (2) "La Montagne" du 2 septembre 2009       (3) Panneau du Conseil Général

 


 

 

Posté par andredo à 22:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 août 2009

La source de la Poix, pouah ?

P1170003_1

Un bitume qui ne provient pas de l'exploitation industrielle du pétrole, mais qui par des failles vient s'écouler naturellement à la surface de la terre, voilà une ressource qui, depuis la haute Antiquité, est utilisée pour étanchéifier navires et constructions. L'arche de Noë aurait été enduite du bitume de Judée ; les Egyptiens l'utilisaient pour la conservation des momies. Et les Olmèques, me direz-vous ? Et bien, lisez-donc l'article paru dans la revue qui fait autorité : "Bitume.Info" :

olm_ques
(cliquer pour agrandir)

Pourquoi ce ton un tantinet professoral ? Mais tout simplement pour rappeler que, aux portes de Clermont, au flanc d'une légère éminence, une source unique en Europe continue de suinter, produisant vaillamment chaque jour depuis des millions d'années - bien longtemps avant l'apparition des volcans de la chaîne des Puys - son petit litre d' hydrocarbure.

P1170007_1

 

Autrefois, elle était célèbre ; puissants et savants voulaient la voir, et sentir, selon Henri Lecoq, son "horrible puanteur" (en réalité une odeur d'hydrogène sulfuré assez désagréable, mais tout-à-fait supportable de nos jours, pour quiconque a voyagé dans le couloir de la chimie au sud de Lyon). Elle est maintenant négligée,  entre autoroutes et aéroport : ces gloires du Roi Pétrole ne daigneraient pas jeter un regard sur une mauviette incapable de les alimenter en carburant. La source bénéficie néanmoins de la protection - pas très rapprochée pour ce que j'en ai vu - du CEPA (Conservatoire des Espaces et Paysages d'Auvergne).

a_roport_bx

 

P1170021

Côté ouest, c'est un domaine agricole.

domaine_1

 

plan_2

Des infiltrations de bitume remontant des profondeurs apparaissent également dans les roches du puy de Crouël et de la carrière de Gandaillat tout proches, et à Dallet, à quelques kilomètres, où une mine a été exploitée jusqu'en 1984.

Notre source occcupe une surface arrondie d'environ 1,50 m de diamètre, sur une quarantaine de centimètres de profondeur ; le bitume est épais et collant. J'y ai enfoncé un bâton.

P1170005
En bas, à gauche, un hérisson s'est trouvé piégé par la matière gluante

P1170008

P1170006

 

P1170022

Un ruisseau s'est formé sur une dizaine de mètres, sans que l'on perçoive un écoulement, tant le débit est faible et le produit visqueux ; la course lente se termine au bord du chemin, de façon peu glorieuse :

P1170001_1
La personne qui aurait perdu des vêtements dans un transport des Maîtres Déménageurs Auvergnats
peut venir les récupérer ici

A quelques mètres, un peu plus haut sur la butte, se trouve un menhir couché :

P1170009_1

 

Dernier usage : le bosquet sert discrètement de lieux d'aisance. Attention où vous mettez les pieds !


 

Mars 2010 - Mes observations sur l'état des lieux ne sont plus d'actualité : heureusement, le site a été nettoyé (voir les commentaires).

P1080364-001

C'est sûr, maintenant c'est beaucoup mieux ! (22 juin 2012)


 

Sources documentaires :

- CEPA :              la source bitumeuse de la Poix

- Planet-Terre :    ruisseau de bitume du puy de la Poix,    mine des Rois de Dallet

- TV8 Clermont :   reportage du 30 mars 2007

 


 

Posté par andredo à 14:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

18 août 2009

Le roc de Courlande

pano_courlande_avec_croix

Proche de la petite station de ski de Chastreix-Sancy, le roc de Courlande se dresse, haut de près de 1 500 mètres. Un parking est aménagé à droite de la route, et, dispersées dans l'herbe, trois tables avec bancs forment une aire de pique-nique en plein soleil, permettant de profiter de la vue panoramique.

P1160529

croix_courlande

Les différents symboles religieux sont dus au curé de Chastreix qui, ayant visité dans l'Isère Notre-Dame de la Salette où la Vierge apparut à deux jeunes bergers, s'empressa de transposer le site dans sa région. On remarque donc, sur le parcours menant au sommet orné d'une croix, la reproduction de trois statues qui, à La Salette, commémorent l'apparition.

P1160486

P1160493

P1160498
On penserait plutôt à un empereur romain, mais c'est bien la Vierge

La station de Chastreix-Sancy est au pied du pic ; les monts du Sancy sont tout proches.

P1160512

sancy_courlande

P1160527

P1160507

P1160519

Le lieu est connu des géologues pour son gisement de belles pierres :

Capture_plein__cran_17082009_111424
( Micromineral Market)

Actuellement on y trouve aussi ... un terrain de rugby !

P1160540

P1160530

Il a fallu le protéger des vaches, qui mangeaient ses bandes blanches en toile.

P1160536
Allez, dépêche-toi,  au stade on va se régaler !


Posté par andredo à 13:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 août 2009

Les bulles du bois de Chaux

P1160168

Un peu avant d'arriver au bourg d' Egliseneuve d'Entraigues, en venant de Besse, il faut suivre à gauche la direction indiquée par la pancarte "lac et cascade d'Entraigues". Le parking est près du lac (c'est un petit étang).

 

cascade_pano_vertical

On accède, à pied, à la cascade toute proche. Elle a deux étages : il est possible de descendre (avec précaution) au niveau intermédiaire, pour mieux admirer l'ensemble.

P1160195

Le titre de l'oeuvre évoque les grondements des marmites de géants. Mais ici, les eaux ne sont pas déchaînées : aucune fureur, tout est élégance, douceur et légèreté.

P1160154

 

P1160152

C'est un site enchanté, avec des bulles bien plus grosses que celles que l'on s'exerçait, enfant,  à faire avec du savon, ou du chewing-gum. Elles restent sages et n'éclatent pas, mais rien n'empêche d'imaginer qu'elles s'élèvent très haut, scintillantes, pour rencontrer les nuages.

P1160155

 

P1160156

A la tombée de la nuit, paraît-il, des fées viennent se baigner au pied de la cascade, et leur souffle fait voguer doucement les bulles qui s'éclairent comme par magie.

P1160159

P1160160

 

P1160192

P1160193

 

Lorsque viendra l'automne, elles partiront.


 

 

Posté par andredo à 21:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,