03 mai 2010

Le réveil des marmottes

a

superbesse

a

Le 27 avril, il ne reste que quelques traces de neige sur les pistes de Super-Besse. C'est le moment d'aller voir si nos marmottes sont sorties de leur sommeil hivernal.

P1020584

a

Mais oui ! l'hôtesse d'accueil est  à son poste, tranquille.

P1020586

a

P1020597

a

 

 

P1020605

a

P1020606

a

P1020609

a

P1020623

a*

*

Les herbes sèches ont été couchées par la neige et la repousse n'a pas encore percé ce tapis. Mais des fleurs apparaissent : crocus, scilles, anémones des bois et jonquilles.

a

P1020632

Quelques crocus gardent l'entrée de la galerie creusée sans doute par un petit rongeur

P1020662

a

P1020637

Les jonquilles

P1020660

a

P1020651

La scille à deux feuilles

P1020664

Anémones

P1020649

Une plante grasse qui résiste bien au froid : la saxifrage aizoon (ou saxifrage paniculée)

a
aa*

P1020636

Un grand balcon avec vue imprenable sur le puy de Dôme ...

P1020647

mais aussi sur le lac Pavin et le puy de Montchal ...

P1020644_1

et même sur les monts du Cantal !

P1020670

a

 

P1020677

a

P1020679

a

P1020683

a

P1020686

aa

P1020657_2

a

bisou

De deux choses l'une : ou bien ce sont deux mâles qui se chamaillent,
ou alors c'est un couple qui se fait des mamours (c'est ce que j'ai choisi).

t_aime

 


 

 

 

 

 

Posté par andredo à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


13 novembre 2009

Collection de papillons, du ramoneur à la zygène

Capture_plein__cran_11102009_225431_1

-  ramoneur  (odezia atrata)

P1060572
Aux alentours de la Godivelle, le 10 juin 2007

P1080053
A Laschamps, le 9 juin 2012 

- robert-le-diable

P1130158

A Courpière, sur des asters, le 19 octobre 2008

P1110839

Près de Saint-Georges-de-Mons, sur du lamier blanc, le 3 août 2008

j

Capture_plein__cran_11102009_225431_2

- satyre et mégère

P1150316

 Le satyre, c'est le mâle, et la femelle est bien sûr la mégère. Ici, à Narbonne le 25 juin 2009, c'est une mégère, car ses ailes antérieures n'ont pas la large bande sombre transversale qui caractérise le mâle.

P1020934-1

Sur la montagne de la Serre, le 17 juillet 2011, un mâle observe un couple en espérant participer, mais les opérations de rapprochement sont déjà bien engagées.  

P1020936

P1020942
L'accouplement se pratique tête-bêche

mégère
Le 21 mai 2014 au soir, une mégère se protège du vent sur un mur de ma maison, derrière un volet

a- souci et soufré 

P1120326

Les entomologistes distinguent le colias crocea (souci) et le colias hyale (soufré), ce qui ne nous facilite pas la tâche. En haut, à Saint-Bonnet le Bourg le 24 août 2008, c'est plutôt un soufré.

En bas, à Fontclairant le 4 octobre 2009, c'est un souci qui s'est fait piéger dans la toile d'une épeire diadème.

P1000913

P1000914

aa

P1150588
A Six-Fours-les-Plages, le 4 juillet 2009, c'est nettement un soufré

 

la chaise-dieu st-alyre
Ici, vu sous ses deux faces parce que trouvé mort sur un chemin 
à Saint-Alyre d'Arlanc le 23 septembre 2012, c'est un souci femelle

- sphinx du tilleul

P1160557

Cette chenille est au dernier stade de son évolution, avant la chrysalide. Découverte par Cathie le 1er août 2009 à Beaumont, elle n'était pas descendue d'un tilleul, mais d'un bouleau.

P1160559

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

(Wk)800px_Lime_hawk_motha

- sphinx colibri ou moro sphinx ou sphinx du caille-lait

P1170028

a

Num_riser0001

 

P1170033

a

P1170041

k

P1170044
Sur mes zinnias, le 26 août 2009-

- sylvain azuré

P1020542
A Capbreton le 30 juin 2011

- sylvandre

sylvandre
Gergovie, le 5 juillet 2014

P1110925-001
Ponteix, le 6 juillet 2014

Capture_plein__cran_27092010_211837

- tabac d'Espagne

 P1020953
Sur la montagne de la Serre, le 17 juillet 2011, une femelle 

P1040682Au pied du puy des Gouttes, le 14 août 2013, un mâle

P1040679

 - tircis

P1050243
En bordure de chemin, à Ceyrat, le 2 août 2010

- tristan

P1020947

P1020950
Sur la montagne de la Serre, le 17 juillet 2011

 - turquoise-

P1010902

Saint-Genès Champespe, le 29 mai 2011.
Ce papillon fait partie de la famille des zygènes (voir plus bas).

 Capture_plein__cran_11102009_225431_4

- vulcain

P1000966

Lui aussi est attiré par les zinnias, le 10 octobre 2009

P1000967

-

P1060503
le 30 septembre 2010

Capture plein écran 11052014 185103

- Yponomeute

P1100735

Protégées par leurs fils de soie, les chenilles ont consciencieusement dévoré
les jeunes feuilles d'un fusain, à Ceyrat le 11 mai 2014

1024px-Yponomeuta_evonymella01(Wk)

 Capture_plein__cran_11102009_225431_6

- Zygène de la filipendule

P1070139

La filipendule, c'est  une plante vivace proche de la reine-des-prés. Mais la zygène apprécie tout autant les chardons de la Tour d'Auvergne, et la lavande de mon jardin.

P1070228
22 juillet 2007

P1110746
22 juillet 2008

 P1110744
Ne nous énervons pas, y'en aura pour tout le monde !

P1040713_1

Filipendule, c'est un joli nom, mais  je serais bien en peine d'identifier précisément les zygènes, car on en dénombre 800 espèces (seulement 35 pour la France, mais c'est encore trop). Ci-dessus, près du puy de la Vache le 13 juillet 2010, celle de gauche pourrait être la zygène de la coronille, et celle de droite la zygène pourpre ... sous toutes réserves !

 

Précédents :     De l'aurore à l'étoilée        Du fadet à la pudibonde


Nota : Les photos ajoutées aux miennes sont toutes issues de Wikimedia Commons, et  repérées par les lettres Wk (sauf le sphinx colibri, qui a été peint au début du XVIe siècle par Jean Bourdichon, pour Les Grandes Heures d'Anne de Bretagne)


(Complété le 6 juillet 2014)

Posté par andredo à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 octobre 2009

Collection de papillons, du fadet à la pudibonde

Capture_plein__cran_19102009_212119

- fadet 

P1160704_1

. L'amaryllis, le myrtil et le céphale sont des papillons qui se ressemblent beaucoup. Ci-dessus, au jardin sur un arbre à papillons, le 14 août 2009, c'est peut-être bien une sorte de fadet mais pas le fadet commun, qui est certainement celui-ci, plus petit, observé le 4 septembre 2011 à Saint-Diéry :

P1030990

 

- flambé (Iphiclides podalirius)

P1010059
A Nonette, le 1er avril 2011

(voir : Papillon vole, parfois)

Capture_plein__cran_19102009_212119_1

- gamma

Il doit son nom à la tache blanche qui, sur ses ailes antérieures, rappelle la forme de la lettre grecque gamma.

P1150209

 

P1150220

Celui-ci a pénétré chez moi le 12 juin 2009. Sa chenille, qui opère la nuit, est une ravageuse des cultures légumières.

(Wk)Autographa_gamma_caterpillar

a

-  gazé ou piéride de l'aubépine

a
C'est une espèce qui se raréfie en zones d'agriculture intensive.

P1050022

A Beaumont, le 21 juillet 2010

P1010420_1
A Gergovie, le 29 avril 2011, je pense qu'il s'agit de jeunes chenilles (moins de 20 mm) de gazé, sortant de l'enveloppe dans laquelle elles ont hiverné. 

a- géomètre à barreaux

P1120766_1

C'est un papillon que je n'ai pas observé dans la région, mais à Narbonne le 17 septembre 2008.

v

- grand nègre hongrois ou moiré blanc fascié

P1070292

A Super-Besse, le 29 juillet 2007

P1160086

Ici, dans la cheire du puy de Côme le 19 juillet 2009,
je ne suis pas sûr que ce soit le même.

aa

- grand mars changeant

P1040684

Près du château de Montlosier, le 13 juillet 2010

P1040685

a

Capture_plein__cran_16062010_222833

- hespérie du brome ou échiquier

P1030898
A Ceyrat le 14 juin 2010

- hespérie du dactyle

 hespérie du dactyle
Ponteix, le 6 juillet 2014

 - hiéroglyphe ou clignotante, ou noctuelle didyme

 P1020572

Accouplement, le 30 mai 2013

Capture_plein__cran_25092010_104031

Lithosie 
                  à quatre points (Cybosia mesomella) :

Cybosia mesomella
Ponteix, le 6 juillet 2014

                      aplatie, ou manteau à tête jaune :

IMG_3567
Beaumont, le 25 août 2016

- louvette ou petite hépiale du houblon

P1030157_1
Le 25 mai 2010

La chenille est assez fréquente dans les jardins, où elle se nourrit, notamment, des racines des salades (voir le lien).

Terre vivante, le jardin bio en un clic

P1030180
Le 30 juin 2013, une salade en moins dans mon jardin,
mais j'ai trouvé la responsable

 

Capture_plein__cran_11102009_225431_7

- machaon

P1120547

Au puy Saint-Romain, le 7 septembre 2008 ...

P1060822_1

... mais aussi à Port-Vendres, au cap Béar, le 27 juin 2007

P1040084
La chenille, à Beaumont le 15 septembre 2011

- marginée

margin_e

A Saint-Victor la Rivière, le 27 juin 2010,
un petit papillon (moins de 30 mm) vivant dans les bois
a

- méticuleuse ou craintive

P1000891_1 

Celle-ci était dans mon jardin, sur une fleur de zinnia,  le 3 octobre 2009. Mais on rencontre plus fréquemment sa chenille verte bien dodue.

P1130035

Le 15 mars 2015

- morio 

P1030871
A Lavaudieu, le 28 août 2011 

- myrtil

P1040651
Une femelle, dans mon jardin le 14 août 2013

Capture_plein__cran_11102009_225431

- nacré de la sanguisorbe

 Nacré de la sanguisorbe

 

P1110939
Ponteix, le 6 juillet 2014

 - noctuelle de la patience

P1080031
A Clémensat, le 30 septembre 2007

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

(Wk)420px_Acronicta_rumicis_Berlin_Mitte_090731_1a

- noctuelle frangée

P1020371_1

A Mirefleurs, le 11 avril 2010

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

(Wk)800px_Noctua_fimbriata2

-

P1040109

Noctuelle, sans doute la même, dans mon jardin le 24 juin 2010
-

-P1010106
Peut-être une autre noctuelle, au Vernet Sainte-Marguerite le 2 avril 2011

 Capture plein écran 02112012 212054

- orangé des alpages (crocota tinctaria)

P1090716
Au puy de Sancy, le 18 août 2012

Seul le mâle est orangé : ici, c'est donc une femelle.

Capture_plein__cran_11102009_225431_5

- paon du jour

Depuis que je l'ai observé à divers stades de de son évolution (voir Métamorphoses 1 et 2), nous sommes devenus amis. Dès la deuxième quinzaine de mars, il revient au jardin, et je le rencontre souvent au hasard des chemins. Il me fait alors le plaisir de m'accompagner un moment.

Captures_d__cran

h

P1140269
Le 9 avril 2009 sur les aubriètes

P1120879
Le 27 septembre 2008, un petit coup de froid l'incite à revenir
se protéger dans la cabane de sa naissance
n

- petit collier argenté

P1060406
Le Vernet-la -Varenne, le 27 mai 2007

 P1120339
Saint-Bonnet-le-Bourg, le 24 août 2008

- petit nacré

P1030204

P1030199
A Picherande, le 31 juillet 2011

- petite tortue

P1040225
Saint-Victor la Rivière, le 27 juin 2010

petite tortue
Mareugheol, le 13 avril 2013

 P1030973
Super-Besse le 23 juillet 2013

petite tortue
Ceyrat, le 3 juin 2014

- petit paon de nuit

P1150473

Cette chenille, à Six-Fours-les-Plages, le 30 juin 2009, traversait imprudemment la route forestière - heureusement interdite aux véhicules - menant à la chapelle Notre-Dame du Mai.

noctuelle

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

(Wk)250px_Saturnia_pavonia_01

b- phalène du sureau

La chenille trompe son monde, d'abord en ne mangeant pas forcément les feuilles du sureau, mais en se régalant aussi de celles de mes rosiers, comme ici le 24 septembre 2009.

P1170061_1

Ensuite, elle tente de passer inaperçue, en imitant les tiges de la plante qu'elle a choisie.

P1170071_1
Pas mal, mais elle devrait aussi imiter les épines.

P1170082

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

(Wk)

h- phalène hardie

P1060576
Près de la Godivelle, le 10 juin 2007

- phalène picotée

P1060587_2
Toujours à la Godivelle, même date

- phalène printanière

 P1010869
Chez moi, le 25 mai 2011

- piéride du chou

A Olloix, sur un géranium dans les gorges de la Monne, le 28 mai 2007, tu es bien belle.

P1060164

Mais au jardin le 13 août 2008, je n'apprécie guère que tu t'approches ainsi, l'air de rien, de mon rang de choux ...

P1120017

ni que tu t'y installes carrément pour pondre ! (le 26 août 2013)

 P1050203


 - ptérophore blanc

P1070760
Le 31 août 2007 (déjà montré)

- pudibonde ou orgyie pudibonde ou patte étendue

P1010006
A Gelles, le 11 octobre 2009

gelles

Avec ses quatre brosses sur le dos, elle est bien de la même famille que l'étoilée, qui terminait la première série. Et elle aussi est urticante.

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

Et voici pourquoi on l'appelle parfois patte étendue :

(Wk)571px_Calliteara_pudibunda3

Précédent : De l'aurore à l'étoilée                                                        Siuvant : Du ramoneur à la zygène


Nota : Les photos ajoutées aux miennes sont toutes issues de Wikimedia Commons, et  repérées par les lettres Wk.


    (Complété le 25 août 2016)

Posté par andredo à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 octobre 2009

Collection de papillons, de l'aurore à l'étoilée

L' aurore, le ciel azuré, la nuit étoilée, n'est-ce pas poétique pour évoquer des papillons diurnes et nocturnes ? En fait, c'est le résultat d'un simple classement alphabétique, arrêté dans un premier temps à la lettre E. Cet ordre est purement aléatoire : je n'ai pas retenu le nom scientifique, mais l'appellation courante ... Or, en français, ces papillons ont toujours plusieurs noms, souvent dérivés des couleurs qu'ils arborent. Par ailleurs, j'ai pu commettre des erreurs d'identification ; n'hésitez pas à me les signaler !

Capture_plein__cran_11102009_225431

- agreste

Très énervant, il replie toujours ses ailes lorsqu'il se pose.

P1020824
Près du Boulou, le 15 juillet 2011

P1020968
Sur la montagne de la Serre, le 17 juillet 2011 

- amaryllis

P1120034

Ce papillon très commun, observé aux alentours de Nadaillat le 13 août 2008, peut facilement être identifié : le rond noir sur les ailes antérieures comporte deux points blancs, au lieu d'un seul chez les fadets ou les céphales.

 - aurore

P1010280
-

P1010283
IiIci, au Mont-Dore le 13 avril 2011, c'est un mâle,
reconnaissable à ses ailes antérieures à moitié orange

- azuré commun ou argus bleu, ou azuré de la bugrane

P1120540_1
A Mirefleurs, le 7 septembre 2008

P1050245_2
A Beaumont le 3 août 2010

 P1080233
A Courgoul le 14 juin 2012

azuré
 Ceyrat le 13 mai 2014, un mâle;

Capture_plein__cran_11102009_225431_1

- belle-dame

C'est un papillon migrateur, qui ne s'arrête pas régulièrement chez nous. Mais cette année, il a fait un passage très remarqué partout en France. Le 12 mai 2009, un petit groupe faisait halte sur mon lilas fleuri.

P1140856_1

m

P1140847


- bombyx  à livrée

P1060220
Le 19 mai 2007, à Villossanges

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

(Wk)800px_DSCN3700

m
- bombyx de la ronce

P1080258

Le 11 novembre 2007, à Madriat

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

(Wk)DSCN6705_resize

m

- bombyx du chêne

P1120043

Le 13 août 2008, à Nadaillat

P1150136

Le 3 juin 2009, à Beaumont

Capture_plein__cran_11102009_225431_3

(Wk)745px_Lasiocampa_quercus01

m

- bombyx disparate

P1110800

29 juillet 2008

P1110802

Chez moi, il reste isolé, et sa chenille se promène sans crainte.

 

P1030568
Le 13 juillet 2013, elle gambade

P1030837
Le 21 juillet, elle a été victime d'un prédateur qui n'a laissé que la tête

Mais dans le Var, certaines années, elle peut faire de gros dégâts :

Num_riser0002

(Var Matin du 8 juillet 2009)

mCapture_plein__cran_11102009_225431

- carte géographique

Ce papillon doit son nom aux rayures blanches visibles sur le dessous des ailes, qui peuvent faire penser à un réseau routier. Ici, à Mezel sur un chemil en bordure d'Allier le 1er juin 2010, il est sous sa forme printanière. 

P1030353_1

La génération de l'été a des couleurs différentes, où domine le noir :

P1030881
Toujours au bord de l'Allier, à Coudes le 22 juillet 2013

- citron

P1030208
A Picherande, le 31 juillet 2011

P1090613
Dans mon jardin, le 14 août 2012 

- crambus lathoniellus

Il n'a pas de nom familier, ce papillon à peine plus gros qu'une mite, qui volète près du sol lorsque les pas du promeneur le dérangent, sur les chemins bordant des prairies.

P1030077
Aurières, le 26 juillet 2011

- Cuivré de la verge d'or

P1080973
A Randanne, le 21 juillet 2012

Capture_plein__cran_11102009_225431_4

- découpure

P1120892
Une sorte de noctuelle, chez moi le 28 septembre 2008

- demi-deuil

P1110768

aa

P1040704

En haut, à Saint-Gervazy, le 27 juin 2008, puis près du puy de la Vache le 13 juillet 2010.  Et en bas, mais beaucoup plus bas sur la carte de France, près de Narbonne le 25 juin 2009.

P1150258

m

P1150330_2

m

Capture_plein__cran_12102009_231616

- écaille chinée

C'est un papillon de nuit qui butine le jour et adore les eupatoires, comme ici à Saint-Hérent, le 27 août 2006.

boudes_015_modifi__1

P1160598
4 août 2009
;

P1000144

A la maison, discrète mais souvent présente, l'écaille chinée prend ses aises, jusqu'à s'installer le 30 août 2009 sur un batik rapporté du Sénégal, dont les couleurs lui ressemblent tant qu'on a l'impression que le tableau attendait qu'elle vienne y apporter la touche finale, et n'en plus bouger : elle est venue mourir ici.

P1010009

m

P1010010

- écaille pourprée

P1070823

P1070825

Dans mon jardin elle ne montre que du jaune tacheté de noir. Mais parfois elle étend ses ailes ...

(Wk)763px_Ryparia_purpurata

... et laisse apparaître le rouge dans d'autres conditions que sèchement clouée sur une planche, je l'espère pour elle.

- écaille tigrée

P1060509

J'adore cette élégante qui m'a rendu visite le 6 juin 2007, en se plaquant à la fenêtre du salon (je l'avais déjà montrée).

- éphémère

P1070878

Ci-dessus, c'est à Narbonne, le 14 septembre 2007. Mais l'éphémère se risque aussi parfois à affronter les rigueurs du climat auvergnat :

P1080110
Sur une vitre de ma cuisine, le 11 juin 2012, après une journée de pluie

- étoilée  (orgyia antiqua)

P1120148

Le 15 août 2008, la chenille stationnait sur un muret. Déjà bien protégée par ses avertisseurs rouge vif, ses soies urticantes, et ses quatre brosses jaunes sur le dos, elle a montré son mécontentement en sécrétant une grosse goutte de liquide toxique.

Le papillon est moins remarquable, surtout la femelle qui n'a même pas d'ailes et reste quasiment immobile. Elle se borne à émettre des phéromones pour attirer les mâles, et ensuite pondre sur place des centaines d'oeufs. Voici l'accouplement :

(Wk)800px_Orgyia_antiqua_mating 

Suite : - Du fadet à la pudibonde  - Du ramoneur à la zygène


Nota : Les photos ajoutées aux miennes sont toutes issues de Wikimedia Commons, et repérées par les lettres Wk.            


(Complété le 13 mai 2014)

Posté par andredo à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 septembre 2009

Les marmottes

marmotte_2007

Les marmottes sont bien présentes dans le massif du Sancy, mais en général on ne les aperçoit que furtivement, et moi, assez myope et un peu lent au au déclenchement, je n'avais pu en obtenir que cette pauvre photo.

Et puis, Nono est arrivé !

Ce randonneur aguerri a pu les observer et a publié de belles  photos sur son blog (1). Immédiatement, j'ai voulu aller sur place et, tellement impatient, j'ai mal lu son texte et me suis précipité au puy de Paillaret que j'avais cru reconnaître : petite déception, car même si j'ai vu trois grosses marmottes, elles étaient bien trop sauvages pour rester à la portée de mon objectif. Je me suis consolé avec les libellules et les grenouilles.

paillaret_pierres

P1000237

paillaret_4

Le lendemain, j'étais au bon endroit, mais au-dessus de moi, un couple avec un chien cherchait son chemin dans les pierres et parlait fort. J'ai pensé que ce serait encore raté, mais heureusement, ils sont partis à gauche. Ouf, les marmottes sont sur la droite.

P1000295

Ici, la colonie paraît importante, et les marmottes peu farouches. J'ai passé deux heures près d'elles, sans qu'elles se préoccupent beaucoup de ma présence. Elles ne s'éloignaient, sans précipitation, que lorsque je m'approchais trop, à quelques mètres.  Elles se prélassaient au soleil, couraient dans les rochers, ou grattaient dans le pré à la recherche de nourriture. Elles ne se sont cachées que lorsqu'un hélicoptère nous a bruyamment survolés. Plus tard, quelques-unes, aux aguets, se sont mises brusquement à siffler en se répondant. Ne voyant rien, j'ai seulement compris  que ce n'était pas moi qui les inquiétait, car les sentinelles me tournaient le dos. Puis un renard est passé, longeant le bord supérieur du pierrier, et l'alerte a pris fin.

P1170051_1

.

P1000271_1

.

P1000461_1

0

P1000273

o

P1000428

o

P1000277_2

y

P1000284

y

P1000455

y

P1000306

t

P1000311

z

P1000316

z

P1000329

z

P1000335

z

P1000342

z

P1000349

z

P1000351

z

P1000352_1

z

P1000363

z

P1000426

z

P1000366_1

z

P1000367

z

P1000375

zz

P1000423

z

P1000355_1

z

Allez, je vois bien que  maintenant je ne vous intéresse plus, je vous laisse, jolies marmottes !

 

P1000354

P1000422

P1000361

P1000281_1

P1000288

C'était un moment magnifique, empli d'émotion. Merci, Nono, merci !


Voir aussi : Le réveil des marmottes

1- Malheureusement, ce blog n'existe plus (6/4/2013).

 


PS :  l'oiseau qui vit sur ces rochers pourrait être le pipit spioncelle :

P1000438

l
l
v

Num_riser0002

(Guide Nathan " Reconnaître les oiseaux sans peine ")

 


 

 

Posté par andredo à 21:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


01 septembre 2008

Métamorphoses, la suite

Le mardi 19 août, nous déplorons déjà une perte dans nos rangs : une pupe de diptère - disons, pour simplifier, une larve de mouche, dans son dernier stade d'évolution - est découverte près de N°5, qui donc avait été parasitée.

P1120272

Mercredi 20, N°5 accouche d'un deuxième intrus.

Jeudi 21, l'horreur continue : le jardinier croit revoir Alien, alors que du corps vidé de son amie N°3 - qui lui avait offert quelques jours plus tôt le spectacle de sa nymphose - s'extrait en se contorsionnant un asticot repu.

P1120282

Vendredi 22, le jardinier  inspecte le fond de la boîte, et découvre dans les orties séchées encore six larves identiques aux précédentes. Parmi les nymphettes immobiles, il ne fait pas de doute que N°2, petite et noirâtre,  a elle aussi été infestée. De plus en plus habité par les images d'Alien, le jardinier se demande si dans cet équipage miné par un envahisseur sournois, il trouvera son lieutenant Ripley.

Les jours passent, dans l'inquiétude mais sans nouvelle victime apparente... Jeudi 28 août, dans le cockpit près de ses deux collègues momifiées, N°1 a plutôt bonne mine.

P1120381

A l'arrière, un mince espoir de survie subsiste pour N°4, qui n'a que partiellement noirci :

P1120384

Samedi 30 août, l'émotion est à son comble : dans l'après-midi, N°1 laisse apparaître, en transparence, les yeux caractéristiques de son espèce, qui orneront ses ailes déployées. La naissance est proche.

P1120392

Dimanche 31 août, le jardinier s'empresse de nous rendre visite. Il a compris que N°4 ne s'éveillera pas, mais je suis là, moi N°1, prête pour l'éclosion.

P1120406
7 h 50

Il va, il vient, il surveille, mais se laisse quand même surprendre, car ma sortie est très rapide. Me voici donc, seul dans cette équipe à atteindre l'état de papillon. On m'appelle

paon du jour

P1120410
8 h 20
P1120411

Il faut maintenant me laisser le temps de récupérer, de défroisser mes ailes, de m'endurcir.

P1120428
8 h 40

P1120435
9 h 10

Je ne me détache de mon enveloppe vide qu'au bout de deux bonnes heures.

ind_pendance
10 h 50 - la trace rouge, c'est un déchet que j'ai éliminé après la naissance
(le méconium, chez les papillons comme chez les humains)

Mes tentatives d'envol me conduisent à la porte. Il est temps que le jardinier l'ouvre.

dans_la_main

P1120471

sur_la_porte_1
11 h 20, juste avant l'envol

C'est parti, je vais découvrir le vaste monde ! Après un vol d'une quinzaine de mètres, je fais un premier arrêt, puis je repars, me posant de ci, de là. Je butine un souci, et bientôt je m'éloigne.

Je dispose de beaucoup de temps jusqu'à l'hiver, lorsque le froid m'obligera à chercher un un abri. Je me réveillerai en mars, et je volerai encore jusqu'à la fin du printemps, après m'être accouplé pour que le cycle continue, tant qu'il y aura des orties.

Le jardinier est satisfait d'avoir mené à bien son expérience. Il faut dire qu'encore une fois, André Lequet l'a bien aidé, en décrivant précisément, dans son article consacré à inachis io (c'est mon nom scientifique), toutes les étapes de l'opération.

P1070150

P1070154

P1070295

P1070297

Quant aux pupes de diptères, elles sont toujours là, mais le jardinier ne les aime pas. Il leur en veut d'avoir causé la mort de ses protégées, et il ne se sent pas une vocation d'éleveur de mouches. Il va les relâcher dans la nature, et les laisser vivre leur vie.

P1120865
Le 20 septembre, je suis de retour, attiré par les zinnias
(ou bien, si ce n'est moi, c'est donc mon frère)



Posté par andredo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 août 2008

Métamorphoses

Nous partîmes cinq cents, et il fallait bien nous pondre en aussi grand nombre, car nous serons sûrement peu nombreuses à arriver au port.

P1110913

P1110887

Est-ce là une ancienne tenue abandonnée après une mue, ou le résultat d'une hécatombe ? Quoi qu'il en soit, nous étions encore nombreuses à dévorer nos provisions : un jardinier adepte du purin d'orties avait laissé se développer cette plante délicieuse qui compose tous nos repas. Nous étions là depuis un mois environ, et nous avions subi diverses évolutions. Mais ce n'est que le 9 août, alors que nous étions bien grasses et avions revêtu notre tenue de gala -une jolie robe noire à pois blancs- que l'homme nous repéra.

P1110891_1

Nous restions plutôt groupées, mais il ne faut pas nous prendre pour de vulgaires chenilles processionnaires. D'ailleurs, nos épines sont sans danger, nullement urticantes. Elles sont néanmoins impressionnantes, et le jardinier mit du temps avant d'oser nous toucher : il gardait ses gants, au prétexte que les orties, elles, ne manqueraient pas de le piquer.

P1110909

Sans relâche, nous mangions ces feuilles appétissantes.

P1110899

P1110902

Les plus aventureuses partaient explorer les sommets.

P1110910

Après nous être bien gavées, et ayant atteint les quatre centimètres réglementaires, l'appétit nous a manqué. Nous avons commencé à nous disperser, cherchant un endroit tranquille  pour nous transformer en chrysalide. Craignant de nous perdre de vue, le jardinier a retenu sept d'entre nous  dans une boîte, à l'intérieur de sa cabane.

P1120027

D'habitude, à l'endroit qui nous convient, nous secrétons un support soyeux auquel nous nous accrochons, la tête en bas.  Mais nous, emprisonnées, ne pouvions aller bien loin. Ainsi nous étions trois, toutes proches, à nous être suspendues au carton qui recouvrait la boîte. Le 14 août au matin, le jardinier eut une surprise : l'une d'entre nous s'était transformée pendant la nuit.

P1120052

P1120050 P1120049

Il s'absenta durant deux heures, et à son retour nous étions deux à avoir revêtu une nouvelle parure, couleur jaune-vert.

P1120066_1

Il ne voulait maintenant pas rater la nymphose de la troisième, qui, par chance, ne tarda pas. Quelques soubresauts, la peau qui s'ouvre et fait apparaître progressivement la chrysalide : en huit minutes, le changement était accompli.

10h32_1 10h33_2
10 heures 32, début du processus

10h34_3_vue_de_dos 10h35_4_vue_de_face
10 h 34, vue de dos          -        10 h 35, vue de face

10h36_5 10h37_6
10 h 36    -    10 h 37
Il faut maintenant s'agiter pour se débarrasser de l'enveloppe inutile

10h38_7 10h40_8
10 h 38, encore un effort !        -                   10 h 40, c'est fait !
P1120116
Voilà la dépouille, vieux vêtement au rebut

Dans l'après-midi, une autre de nos compagnes s'est transformée, et une dernière le lendemain 15 août. Il restait deux chenilles alanguies, qui semblaient avoir péri.

Nous voici maintenant, cinq fragiles nymphes sous la protection du jardinier. Notre coque va s'assombrir et se durcir, mais il ne devrait rien arriver d'important avant une quinzaine de jours. Sauf accident de parcours, ce sera alors la dernière phase : l'apparition de l'imago.

P1120205_1       P1120192
Les 4 premières, au matin du 16 août

P1120214
Et la dernière, peut-être trop agitée, s'est détachée de son embase soyeuse

A bientôt, si tout va bien !


Posté par andredo à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 juin 2008

Deux petits merles

J'avais repéré dans la haie de thuyas un nid avec deux petits merles  :

P1110202

Quatre jours plus tard, ils me jetaient un regard intéressé :

P1110248

Le jour suivant, il n'en restait plus qu'un :

 

P1110263_2

L'autre avait sauté à terre. Perché à trente centimètres au-dessus du sol, il ne paraissait guère capable de voler. Il m'observait, attendant sans doute que je lui donne la becquée :

P1110250

Il suivait mes déplacements du regard :

P1110261_1

Lorsque j'ai voulu le replacer dans le nid, craignant qu'il soit attaqué par les chats,  il s'est enfui sous la haie.  Mais sa mère, qui apprécie beaucoup mes fraises, n'était pas loin.

Le lendemain matin, le second avait lui aussi disparu.

  

Ne sachant si tout cela était normal, je me suis documenté, et Wikipedia m'a dit :

- la femelle pond de deux à six oeufs,

- les petits quittent le nid très tôt, en moyenne au bout de 13 jours, avant de savoir voler,

- ils se laissent tomber en voletant, et vont se mettre à couvert à proximité,

- ils seront encore nourris par leurs parents pendant trois semaines après le départ du nid et suivront les adultes, mendiant de la nourriture,

- les jeunes finissent par prendre leur indépendance et s'envoler, toujours de leur propre chef : ils ne sont jamais chassés par leurs parents.

Je serais presque rassuré, mais on m'indique aussi :

"leur principal prédateur est le chat domestique"

8733262_m

 

P1110265

A François, aussi démuni que l'oisillon tombé du nid


 

Posté par andredo à 22:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 septembre 2007

L'écosystème

 

P1070781

Quand j'ai creusé la terre pour installer mon bassin, je pensais nénuphars et poissons rouges, et je croyais tout maîtriser.

Mais rien n'a marché comme prévu : un nénuphar s'est propagé outrageusement, tandis que l'autre a végété plusieurs années avant de fleurir. Les poissons rouges se sont reproduits, mais beaucoup sont devenus blancs, alors que petits ils sont noirs.

Périodiquement, des algues se sont développées. La pompe s'est souvent obstruée, et a même court-circuité l'installation électrique.

Il m'a fallu accepter de placer aux abords des décorations hétéroclites : petits nains aux couleurs criardes, ou grenouilles chinoises en résine de synthèse.

C'est une Parisienne extasiée qui m'a éclairé :  j'avais créé un  écosystème :

" unité fondamentale formée par l'association d'une communauté d'espèces vivantes (biocénose) et d'un environnement physique (biotope) en constante interaction  "                                  (Larousse)

Dès lors, tout s'explique ! Chacun mène maintenant sa vie comme il l'entend, et le rôle du Créateur se borne à quelques miraculeuses apparitions, pour changer la pompe, trouver un traitement antialgues écologique, ou céder exceptionnellement aux prières de poissons voraces qui préfèrent la nourriture industrielle.

Donc j'observe, ce n'est pas trop fatigant, et c'est même parfois intéressant.

P1050483

Les plantes

P1050778_1
Iris kaempferi

P1060330
Nymphaea Gloriosa,
"un triomphe parmi toutes les hybridations de Latour-Marliac"

Pic024

P1070484

Les poissons

P1050496

 

Les oiseaux

Les merles ont investi la place ; ils surveillent et chassent les oiseaux plus petits qui viennent boire ou prendre un bain.

merle_chez_lui

P1060326

 

Au-dessus de l'eau

P1070625

Une araignée a tendu sa toile, c'est une  tétragnathe étirée.

P1070697

La libellule est peut-être un caloptérix vierge, mais la position qu'elle prend ne me permet pas de la reconnaître formellement.

P1070621

C'est la dernière venue de la saison. La première à apparaître fut la libellule déprimée :

P1060421
Le mâle

P1060318

P1060322

P1150083
la femelle

Puis les petites nymphes au corps de feu sont arrivées :

P1060385

 

P1060454

J'ai pu assister à l'accouplement et à la ponte :

P1060558

L'agrion jouvencelle les côtoyait :

P1060448

L'aeschne bleue, très vive, n'a pas été facile à saisir. Mais lorsqu'elle s'est aventurée à l'intérieur sans savoir comment ressortir, elle a bien dû s'accorder un moment de repos :

P1070458

D'accord, elle n'a pas de bleu, mais c'est en raison du dimorphisme sexuel : la femelle est ainsi. Je l'ai surprise plus tard en train de chercher un endroit pour pondre :

P1070479

Pour compléter ma collection, le sympètre rouge sang s'est invité :

symp_tre

Pas farouche du tout, il m'a laissé approcher à une vingtaine de centimètres, et s'est même tourné légèrement pour m'offrir son meilleur profil :

P1070640

 

*

Au fond, avec six sortes de libellules pour une pièce d'eau aussi petite, il se débrouille assez bien, cet écosystème.

Sans_titre_3

 


* Je replace au bon endroit le commentaire qui rectifie mon erreur :

 

Sympétrum strié
Une bonne idée, la mare. Les libellules vont adorer. Juste une remarque, le Sympétrum mâle photographié est un Sympétrum strié (Sympetrum striolatum).
Ischnura - email : admin@libellulesmaizieres.fr - http://www.libellulesmaizieres.fr


 

Posté par andredo à 21:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

04 septembre 2007

Jolies bestioles

 

insecte_003

D'abord, j'ai vu la scutigère dans l'escalier qui mène à la cave. J'ignorais son nom, mais après l'avoir photographiée, j'ai pu l'identifier et étudier ses moeurs. Les insectes doivent être nombreux dans la maison, puisqu'ils constituent sa nourriture. Jusqu'à présent, je n'avais remarqué que ceux qui m'importunaient : mouches, guêpes, mites, ou araignées.

En ouvrant un peu plus les yeux, j'ai repéré les papillons de nuit, qui se collent aux vitres, attirés par la lumière à l'intérieur. J'aime bien le col de fourrure de l'écaille tigrée, et les plumes du ptérophore blanc.

P1060510

P1070763

Beaucoup d'autres me restent  inconnus, comme celui-ci, tout petit...

P1050670

 

... ou ceux-là, qui ne figurent pas dans mon guide :

 

collage_2

En revanche, je connais très bien le sphinx du troène, car dans l'école où elle venait de terminer ses études, Isabelle avait reçu un cadeau original : non pas un vulgaire porte-clés, mais la véritable chrysalide bien vivante, de ce papillon qui après plusieurs mois de repos devait au prochain printemps déployer ses ailes. J'ai été chargé de prodiguer à la bébête les soins prescrits par la fiche d'élevage qui avait été judicieusement jointe, et lorsque je la réchauffais dans ma main, elle me remerciait en remuant la queue ou, plus exactement, son extrémité  abdomino-ventrale articulée.

chrysalide

 

J'avais préparé une cage pour ne pas rater l'éclosion, mais l'événement ne s'est pas produit : le printemps venu, la chrysalide a simplement cessé de se tortiller, et elle est devenue légère, légère...

A cette époque, ce sont les tipules, ou cousins, qui nous ont rendu visite.

P1050762

En Angleterre, on les appelle "Papa aux longues jambes" (Daddy long legs), c'est joli !

tipule_de_dos_bis

Quelquefois, un grillon (plus petit que celui-ci qui est un grillon des champs) pénètre dans la cuisine.

P1060226
C'est une femelle, car elle possède à l'arrière un instrument ("oviduc", ou "ovipositeur"), qui lui permet de creuser le sol et d'y déposer ses oeufs

Sur la terrasse, c'est la femelle ver luisant qui plusieurs soirs a allumé ses phares pour attirer les mâles.

P1060275

 

Au jardin, dans le lilas fleuri, j'ai observé l'araignée-crabe.

P1050556

P1050552

En août, les abeilles ont bien apprécié les figues.

abeilles_et_figues

 

 

Je n'ai pas voulu photographier les gendarmes (ou suisses) qui abondent, mais dans les mêmes tons avec un dessin différent, j'ai trouvé cet insecte, à peine plus petit :

 

P1070428

Il m'a fallu du temps pour découvrir, grâce aux pages entomologiques d'André Lequet , qu'il s'agit toujours du gendarme, mais sous la forme d'une larve âgée, au stade pré-imaginal.

Sur une feuille de haricot, le clairon des abeilles, tout poilu, prenait la pose :

P1060665

 

Il porte ce nom car sa larve s'introduit dans les nids des abeilles et se nourrit de leur contenu.

Dernièrement, j'ai surpris cette sorte de punaise, longue d'environ 15 mm, au milieu des noisettes que je venais de récolter. Je n'ai pas trouvé son nom.

P1070715

P1070723

En balade, j'ai rencontré (parmi d'autres) un carabe doré à Villossanges, un bousier à Olloix, un cercope rouge sang à Sermentizon :

P1060218_1

P1060143

P1050780

A Douharesse, sur la PR des roches Tuilière et Sanadoire, c'est, me semble-t-il , un carabe embrouillé (carabus  intricatus) qui s'enfuit :

P1070818

Et en vacances, à Port-Vendres, cette grosse épeire a voulu me barrer le chemin :

P1060835

A la maison, beaucoup plus jolie, une véritable épeire diadème était recroquevillée, comme morte, avant qu'elle parte à toutes jambes :

P1080126

Pas de panique, ce n'est qu'une petite femelle, dont l'abdomen ne dépasse pas 10 mm : c'est ce que disent les gros mâles, qui après la copulation se sauvent très vite, de peur d'être bouffés !

 

*

abeille

 

 

 

 

 


Posté par andredo à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :