01 juin 2011

La Bresle et les boires

Guide  Chamina  "Au fil de l'Allier", n° 30

En contrebas du bourg de Crevant-Laveine, dans un écrin champêtre, La Bresle aligne face à l'ancien port fluvial  ses murs de clôture flanqués de piliers monumentaux, solides gardiens de maisons cossues.

P1010500

 

P1010502

 

P1010472
mur composite : pierres, galets et graviers de l'Allier, brique et pisé

P1010495 P1010505
pigeonnier                                             fontaine

 P1010504


Le chemin traverse un bois tapissé d'ail des ours fortement parfumé, et longe successivement deux bras morts de l'Allier (appelés "boires" ) recouverts de lentilles d'eau. De petits détours offrent des points de vue sur la rivière.

P1010437_1

L'ail des ours

P1010439

 

Les  boires

P1010441

 

P1080332

 

P1010443

 

P1010445

 

P1010446

 

P1010448
L'envahissante renouée du Japon

P1010453
la prêle

 

P1010524

L'Allier

P1010522

(à vrai dire, ces trois photos ont été prises un peu plus en aval,
entre Crevant et Vinzelles)

P1010521

 

Le retour s'effectue en montant sur un plateau recouvert en grande partie de cultures ; nous y avons rencontré une cigogne. Plus loin, un petit bois décoré par des enfants imaginatifs nous a attirés.

P1010463

La cigogne

P1010469

 

P1010479 P1010480

Le petit bois

P1010483

P1010492

 

P1010497
Descente vers la Bresle : déviation dans le champ de maïs.


 

Posté par andredo à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


16 mai 2011

Le puy de Crouel

 P1010621

<<  Plus loin, un puy fameux, que l'on nomme Crouel,
Aux yeux du voyageur paraît un vaste autel ;

P1010617

Il s'élève au milieu d'une campagne immense :
Qui sait comment sa masse en ces lieux prit naissance ?

P1010562

D'où vient de ses rochers le bitume noirci ?
Le brûlant Phlégéton sortirait-il d'ici ?

P1010546

P1010599

Autrefois je montais sur son sommet pierreux
Et je croyais alors escalader les cieux

P1010565

Je t'adresse mes vers, petit mont remarquable
Qu'environne Bacchus de son pampre agréable >>  
(1)

P1010535

 

Deux siècles plus tard, un tel enthousiasme n'est pas de mise : l'immense campagne est très urbanisée, et le calme du lieu est relatif, car il faut parvenir à faire abstraction du bourdonnement continu de la circulation automobile.

P1010646

 

P1010580

A quelques mètres de l'autoroute, devant leurs cabanes, les jardiniers imperturbables échangent  leurs plants de tomates, en se demandant s'il est bien raisonnable de les repiquer maintenant, alors que les saints de glace ne sont pas passés.

P1010595

Quelques cerisiers s'élèvent au-dessus des broussailles ; une cépée de figuiers s'est développée au chaud contre la roche. Bacchus se contente d'une maigre parcelle de vigne peu à peu gagnée par l'envahissante aristoloche clématite.

P1010540

 

Le Crouel signale le début des " indésirables " (2) rejetés à la périphérie de la ville. Les plus acceptables d'entre eux se sont alignés à ses pieds : funérarium et funérarium, cimetière et crématorium. Du camp de tziganes discrètement installé de l'autre côté, près des jardins, ne parvient que l'aboiement d'un chien. Les dépôts d'ordures ne sont pas très loin ; le chantier de l'incinérateur contesté - voir (3) - est encore plus proche.

 P1010641

 

P1010552

En juillet 1939, un militaire a sans doute trouvé la mort en percutant avec son avion le sommet du mont. Ses camarades ont érigé une stèle à sa mémoire, sans préciser les circonstances de l'accident. On ne retient donc que son nom  (qui ne facilite pas les recherches) : le sergent M. Truc.

P1010569

Un petit enclos dont le grillage a été enfoncé protège (un peu) des antennes depuis longtemps inutilisées.

P1010577

En haut fleurit le chèvrefeuille, en bas le cornouiller. Mêlées aux arbustes et aux rochers, des plantes basses offrent au soleil leurs couleurs variées.

P1010534

P1010542 P1010545 
hélianthème                                pervenche

P1010543
   

P1010584
euphorbe

P1010579
fumeterre

P1010592
églantier

 Vue du puy de Crouel depuis la carrière de Gandaillat

 


(1) - " Le panorama naturel " par Jacques Bernard, 1816
 
                                      .Capture_plein__cran_05052011_163416
                               (cliquer sur l'image pour accéder au document)

(2) - " Les Indésirables - Paysage déversoir du trop-plein de la ville " par Adèle Moury : ici.

(3) -  Article du journal " La Montagne " du dimanche 15 mai 2011 :
                       Num_riser0001
                                      (cliquer sur l'image pour l'agrandir)


Posté par andredo à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 mai 2011

L'abbaye de Randol

Puis-je me promener dans cet espace privé, et qui sont ces hommes vêtus de robes noires qui s'activent sur le domaine, et de quand date cette imposante construction, étonnamment moderne pour un monastère ?

P1000905

 

Conscients de notre ignorance, les religieux ont placé, dès la sortie des parkings, un panneau d'information : 

P1000934

«  ... les moines s'engagent à vivre selon l'Evangile, à la manière de Saint Benoît (480-547), qui se fit ermite puis fonda le monastère du Mont-Cassin (entre Rome et Naples).

Les moines vivent en communauté sous la conduite d'un Père Abbé. Leurs journées se partagent entre la prière, l'étude de la Bible, et le travail intellectuel et manuel (activités agricoles, forestières et artisanales).

Saint Benoît dans sa règle leur demande de pratiquer l'accueil tout en gardant la réserve nécessaire à la recherche de Dieu. »

P1000945

 « 1968 : Charte de fondation ... la vie bénédictine, absente d'Auvergne depuis deux siècles, va renaître à Randol. [ l'inauguration a eu lieu en 1971 ]

1981 :  le monastère devient Abbaye. Notre-Dame de Randol fait partie de la congrégation de Solesmes. Fondée en 1837 par Dom Guéranger, celle-ci compte quinze monastères en France et quinze à l'étranger.

Dans le monde, 35 000 moines et moniales environ vivent selon la règle de Saint Benoît. »

Et à Randol, ils sont une quarantaine.

P1000895

 

L'abbaye est implantée sur un coteau sec où poussent des buissons épineux, quelques résineux, et une herbe rase parsemée çà et là de fleurettes, surtout potentilles et anémones.

P1000890

 

 P1000887

 

Est-ce dû à l'aridité du terrain, ou à l'absence d'un jardinier ... toujours est-il que nos pauvres bénédictins donnent l'impression qu'ils ne se nourrissent que de conserves. 

Heureusement, on trouve un peu de bio !

P1000919_1
Bête maudite ou sauveur, créateur ou destructeur, sage ou vicieux... 

 

Au bout de la route, le village de Randol était abandonné. Les moines, qui l'ont restauré de belle façon, y logent maintenant les personnes qui viennent faire retraite au monastère.

 

P1000911

 

 

P1000916

 

 

 

P1000902

 

 

P1000915_1

 

 

 

P1000903

 

 

 

En suivant au hasard les sentiers tracés sur le domaine, ou plus méthodiquement à partir du village, on trouve le chemin de croix, qui conduit à un petit sommet.

 

P1000906

 

 

P1000914

 


 

P1000912

 

 

P1000908

 

 

 

 

 

 

On s'attarde volontiers, de l'ombre à la lumière, dans l'église abbatiale aux lignes pures et à l'ornementation discrète.

 

b_nitier

 

 

P1000928  P1000927

 

 

P1000920

 

 

 


 

Posté par andredo à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 avril 2011

Banne d'Ordanche 1930

P1010227

A partir du lac de Guéry, l'accès à la banne d'Ordanche est facile : le chemin suivi est une ancienne route, où subsistent encore quelques plaques de goudron, et même une borne Michelin, toutefois illisible.

P1010190

Pourtant, cette route ne mène nulle part, hormis la ferme du puy May, une pauvre maison depuis longtemps abandonnée. La ruine est plus à son avantage lorsque les nuages l'enveloppent d'un voile romantique, et que les jonquilles parsèment les alentours de taches de couleur.

P1010184 

 

P1010185

 

P1010187

 

P1010198

 

Une homme assez âgé rencontré un jour m'a raconté que, enfant, il venait ici en colonie de vacances. En effet, face à la ferme, on voit des restes d'anciens bâtiments, mais il faut remonter encore plus loin, aux années 1930, pour en trouver l'origine.

  P1010222

     Capture_d__cran(1)

P1010226

Des baraquements permettaient d'abriter les planeurs Avia, et de loger sans confort leurs pilotes, quelques mois par an. C'est ici que fonctionnait le Centre national de vol sans moteur, dont les activités ont cessé en 1942, sur ordre de l'occupant allemand.

Les planeurs monoplaces étaient hissés sur la crête qui va du puy Loup à la Banne d'Ordanche : un dénivelé de 60 mètres, parcouru avec l'aide d'ânes, de chevaux, ou d'engins motorisés.

F0464(3)

 

 P1010204_1

Sur cette crête a été placée la borne des quatre seigneurs, ou plutôt des quatre maires, car elle marque désormais la limite entre les communes du Mont-Dore, de Perpezat, Murat-le-Quaire et Laqueuille. Quant à l'édifice planté au sommet du puy Loup, je considère qu'il s'agit de la tour de contrôle (voir note en bas de page).

P1010214

De là, je dispose d'une vue sur la totalité de la piste d'envol.

P1010210

 

P1010201

 

 Les planeurs étaient lancés à l'élastique : deux équipes tenant chacune une extrémité du sandow couraient sur le versant nord-ouest. On lâchait tout, et hop !

F0468(3)

selon la dextérité du pilote, l'engin catapulté retombait immédiatement au niveau des hangars, ou beaucoup plus tard et plus loin, en profitant de courants thermiques ascendants.

(2)

C'est ainsi que, le 23 juillet 1935, Eric Nessler est resté en vol durant 16h 05, dans le secteur des roches Tuilière et Sanadoire, battant son propre record de France. (4)

Aujourd'hui, les vols habités sont interdits, à cause de la proximité de la base d'aéromodélisme. Pour prendre de la hauteur, je n'ai donc pas d'autre choix que de monter au sommet de la banne d'Ordanche.

P1010200

 

P1010229

 

P1010231_1

 

P1010233

 

P1010235 

***

- Dommage, je m'y voyais bien ! Mais le 20 janvier 2013, Georges Laroche m'apporte ces précisions :  

J'ai personnellement bien connu ce lieu à partir de 1943 (j'ai 83 ans ; étant enfant j'allais passer mes vacances d'hiver à la ferme du Guéry).
Je me permets de vous signaler que le bâtiment circulaire qui se trouve au sommet du Puy Loup n'est pas une "tour de contrôle" et n'a aucun rapport avec l'ancien centre de vol à voile. Il n'existait pas à l'époque.
J'ignore sa date de construction. Il s'agit probablement d'une ébauche de table d'orientation.
Par ailleurs je vous signale un superbe album : "Planeurs au dessus des volcans", de Jean Barnérias, publié par la Fédération française de vol à voile."


Renvois :

* photos copiées sur le site de la Bibliothèque nationale de France, "Gallica",
   et provenant de revues numérisées :

1- Aéro, organe hebdomadaire de la locomotion aérienne,

2- Revue aéronautique de France.

* photos tirées du livre d'or de l'Aéro-club d'Auvergne :
3- année 1931.

* précision :
4- Le détenteur définitif du record mondial de durée en planeur monoplace est Charles ATGER, né en 1921 : 56h 15mn du 2 au 4 avril 1952 à Romanin-les-Alpilles.

Voir aussi : La banne d'Ordanche  (randonnée)


Posté par andredo à 14:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

01 avril 2011

Pâques : la résurrection

P1060291

-

P1060125

 

P1020747

A Pâques, au petit jour, les saintes femmes approchaient du tombeau de Jésus, munies de fioles pour embaumer le corps.

P1050519

-

P1030215

Soudain, Marie-Madeleine aperçut une lueur.

P1030217

Un ange était assis et de sa main droite leur désignait le tombeau : voyez, il est vide, Christ est ressuscité !

P1060130

-

P1030225

Et de sa main gauche il leur indiqua la direction : allez vite annoncer la nouvelle aux disciples !

***

Effectivement, Jésus était sorti du tombeau, avec beaucoup d'élégance.

P1060127
-

Dans la journée, il retrouva Marie-Madeleine, qui pour l'occasion s'était parée de beaux habits moyenâgeux.

***

Mais vous, les gardiens, pouvez-vous nous dire comment cela s'est réellement passé ?

P1030218

-  Moi ? Euh, j'étais ébloui, je n'ai rien vu !

Et vous deux ?

P1030219

- le premier,concentré :        Ah, pour sûr, nous étions attentifs ...
-
le second, désolé :             Mais non, nous n'avons rien remarqué.
- les deux, convaincus :        C'est sûrement un miracle !
-

P1060146-

-


Pour cette évocation, je me suis permis d'utiliser :

- le Christ crucifié, du musée Crozatier au Puy-en-Velay,

- un chapiteau sculpté de l'église abbatiale de Mozac,

- un chapiteau sculpté et peint de l'église de Saint-Nectaire,

- les tapisseries de l'église de la Chaise-Dieu.

 


 

Posté par andredo à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


21 mars 2011

Le pic de Brionnet

Le pic de Brionnet a pris son temps pour émerger : au début, il y a vingt millions d'années, ce n'était qu'une cheminée de volcan, dans laquelle la lave s'est solidifiée. Puis l'érosion a fait partir la croûte, laissant nue la masse de roche volcanique, qui  dresse maintenant ses orgues régulières surmontant des blocs de basalte amassés en désordre, parmi lesquels des arbres rabougris parviennent à trouver un peu de nourriture.

P1180804
Le panneau placé à l'entrée du chemin décrit clairement l'évolution

P1180794

- 

P1180787

 -
Une table d'orientation permet d'apprécier la vue, dégagée sur 360°.

P1180782
Côté Puy de Dôme

Au premier plan, Creste, sa chapelle et les restes de son château

-
Au sommet, la chapelle de Notre-Dame du Mont Carmel, édifiée antérieurement au XVIIe siècle, a été plusieurs fois restaurée. Elle a un beau toit de lauzes.

P1180752

-

 -

P1180762

-

P1180778_1

--

chapelle

 


Posté par andredo à 08:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mars 2011

Sources salées de Saurier

A Saurier, on traverse le pont médiéval pour suivre,tout de suite à gauche, le sentier qui longe la couze Pavin.

P1180741

Les sources salées (et ferrugineuses) émergent dans la pente, et à l'intérieur de cavités creusées lors de travaux miniers entrepris au début du XXe siècle. 

bord_de_couze

-

-

P1180733

-

P1180711

-

petite_source

- --

P1060452

 source1

-

source_laiteuse_1

-

P1180718

-

cavit_

Après un kilomètre, le sentier atteint la route qui remonte vers Renlaigue puis Cotteuges. Il est alors intéressant de rejoindre Renlaigue. 

P1070451

En effet, à Renlaigue, où est puisée l'eau gazeuse commercialisée sous le nom de Saint-Diéry, un peu avant le pont de la Chèvre,

P1070432

-

P1070434

on découvre une autre source ferrugineuse dont le courant léger se mêle à la force tumultueuse de la couze.

P1070444

-

P1070438

-

 

P1060467_1

-


Posté par andredo à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 février 2011

Au Pariou

J'y cours !

Kaoba_au_pariou_1

-

En direction de Vulcania, tout de suite après avoir traversé la Fontaine-du-Berger, on se gare au pied du puy des Goules, sous un ciel prometteur.

Mais rien n'est garanti : trois-quarts d'heure plus tard, vu du sommet du Pariou, le puy des Goules a un autre aspect.

P1080062

Une autre fois, il se distingue, seul à être ensoleillé.

goules

-

Le Pariou est capricieux, lui aussi.

-

P1070942

-

Pour y grimper, il n'existe plus maintenant que deux voies bien balisées, car le piétinement de nombreux visiteurs, sur divers passages, précipitait l'érosion des sols.

P1080037

-

P1070927

-

Le sentier nord passe à travers bois.

P1080036_1

-

P1080043_1

-

P1080041_1

-

chamalieres_pariou

-

Au sud-est, surveillé par le puy de Dôme, on accède au sommet par un long escalier de bois légèrement surélevé.

P1070928

-

escalier

-

pdd_depuis_pariou

-

Un sentier a également été aménagé pour descendre au fond du cratère.

cratere_neige

-

sent_crat_re

-

fond_crat_re

-

P1020505

-

P1130554

-

 


 

 

Posté par andredo à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 janvier 2011

Puy Mardou

On ne s'attend pas à trouver un tel paysage, fait de rochers dressés, d'herbe sèche et rase pâturée par des moutons, aux abords immédiats de Clermont-Ferrand.

P1070687

-

P1070686

-

P1070677

-

P1070684

-

P1070688

-

P1070695

-

Il suffit pourtant de monter sur le plateau (givré, venté) de Gergovie :

P1070714

-

P1070718

-

P1070715

-

On suit le sentier (fléché) sur le coteau exposé au sud.

P1070663_1

Il conduit d'abord au village de Gergovie (avec le soleil dans les yeux) :

village_contre_jour

-

gergovie_et_croix_1

-

Dans la descente, on remarque (entre autres plantes, mais en hiver elles sont discrètes) un arbuste rare dans la région : le baguenaudier, appelé également "arbre à vessies" .

P1070670 P1070661 P1070689

-

P1060669
Là, c'était en octobre.
Maintenant les vessies translucides sont ratatinées,et les feuilles ont disparu
(l'arbrisseau produit des fleurs jaunes en mai, et des fruits rouges en été) .

P1020977

P1020978

P1020994

(20 juillet 2011)

Pour plus de précisions, voici les panneaux placés sur le parcours par les collectivités publiques et le CEPA :

P1060661      P1070682     P1060662

(cliquer sur l'image pour agrandir)


Posté par andredo à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 janvier 2011

Corent, ville gauloise

Nous arrivons sur un large plateau occupé par un terrain de sport, des cultures, une légère dépression qui ne mérite plus son nom de "lac",

P1070483

-

P1070485

-

P1070522

et le mamelon boisé formé par le puy de Corent (621 m).

P1070520

-

On remarque aussi des vestiges de construction, mais aucun être humain n'habite sur le plateau.

P1060982

-

vestiges

-

Mais voici une parcelle de terrain curieusement décorée : des quilles, des poteaux pour jouer à cache-cache ?

P1060990

-----

P1060995

-

Nullement, c'est tout autre chose : nous sommes sur l'emplacement d'une ville d'au moins 10 000 habitants, d'abord gauloise puis gallo-romaine. Nous arrivons sur la grand-place, devant le sanctuaire :

P1060998

--

(1)affiche

-

P1060988

-

P1060991

--

(2)m1b

Ces aménagements évoquent donc, après plusieurs années de fouilles, les découvertes faites ici. Le sanctuaire gaulois est un lieu de culte délimité par un mur fait de bois et torchis, comportant des enclos, des fosses, et tout autour une galerie couverte soutenue par des colonnes en bois.
L'espace est destiné au sacrifice d'animaux - ici, principalement des moutons - dont les bas morceaux seront offerts aux dieux, tandis que les hommes  dégusteront les gigots, le tout (la fosse des dieux comme le gosier des participants) copieusement arrosé de bon vin d'Italie.
Les amphores sont conservées sur place, ainsi que les os soigneusement triés après pourrissement des chairs ; des crânes de bêtes sacrifiées sont fixés sur les poteaux de la galerie, face à l'entrée.

(2)m3a

-

Il est maintenant possible de visiter (virtuellement) le sanctuaire tel qu'il se présentait, juste avant la conquête romaine : ici.

*

Vue vers le sud

Vue vers le nord

 


(1) - Image tirée de cette affiche  affiche pour l'exposition consacrée à la ville gauloise de Corent, au musée de la Céramique de Lezoux.

(2)- Images provenant du site traitant des fouilles de Corent : LUERN.

 


 

Posté par andredo à 08:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :