15 novembre 2011

L'été indien de la Châtaigneraie

 

P1050357

 

P1050351 

 

P1050360

 

Panorama_2

  

P1050231

 

P1050237

 

P1050251

 

P1050240

  

 

P1050238

 

P1050257_1  P1050234

 

P1050305

 

 

P1050280

  

  

P1050308

 

P1050345

 

Panorama_3

 

 

P1050349

P1050438

 

P1050294

 

P1050296

 



 


P1050322

 

P1050432

 

P1050506

 

P1050444

 


 

Posté par andredo à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


01 novembre 2011

Les gorges d'Enval

 

A l'écart du sentier, près de la cascade du Grand Gornand, il ne serait pas étonnant de rencontrer, bondissant dans la végétation exubérante, un lutin rieur ou même, enveloppée d'un halo, une fée envoûtante. Maupassant, qui situe l'action de son roman "Mont-Oriol" dans les gorges d'Enval, ressentait déjà cette impression : " on eût dit une de ces introuvables retraites où les poètes latins cachaient les nymphes antiques. Il semblait à Christiane qu’elle venait de violer la chambre d’une fée."

P1030474

 

P1030479
cascade du petit Gornand

L'Ambène n'est qu'une toute petite rivière, qui alimente d'abord le Bédat puis la Morge avant de rejoindre enfin l'Allier. Mais en dévalant une pente raide qui débouche sur la plaine de Limagne, elle a eu la force de creuser des gorges, tellement étroites qu'en les remontant il devient impossible de se glisser entre les parois : on arrive au " Bout du Monde ".

" La gorge, de plus en plus resserrée et tortueuse, s’enfonce dans la montagne. On franchit des pierres énormes. On passe sur de gros cailloux la petite rivière, et après avoir contourné un roc haut de plus de cinquante mètres qui barre toute l’entaille du ravin, on se trouve enfermé dans une sorte de fosse étroite, entre deux murailles géantes, nues jusqu’au sommet couvert d’arbres et de
verdure. "

P1030511

 " Une autre marche, un peu plus loin, barrait de nouveau ce couloir de granit ; ils la gravirent encore, puis une troisième, et ils se trouvèrent au pied d’un mur infranchissable d’où tombait, droite et claire, une cascade de vingt mètres, dans un bassin profond, creusé par elle, et enfoui sous des lianes et des branches. "

 

 P1030528_1

 

A la sortie des gorges, la source Marie, perdue et retrouvée, a été remise en eau en 1999.

P1030501

Elle porte le nom de la gardienne décrite par Maupassant, " une femme impassible que tout le monde appelait familièrement Marie. Cette calme Auvergnate, coiffée d’un petit bonnet toujours bien blanc, et presque entièrement couverte par un large tablier toujours bien propre qui cachait sa robe de service, se levait avec lenteur dès qu’elle apercevait dans le chemin un baigneur s’en venant vers elle. 

L’ayant reconnu elle choisissait son verre dans une petite armoire mobile et vitrée, puis elle l’emplissait doucement au moyen d’une écuelle de zinc emmanchée au bout d’un bâton.

Le baigneur triste souriait, buvait, rendait le verre en disant : « Merci, Marie ! » puis se retournait et s’en allait. Et Marie se rasseyait sur sa chaise de paille pour attendre le suivant. "

P1030499

En réalité, ce sont les thermes de Châtel-Guyon qui ont accueilli les malades, séduits par la brochure tellement appétissante rédigée par un médecin de la station (que Maupassant appelle Bonnefille) : " Il débutait en vantant les séductions alpestres du pays en style majestueux et sentimental. Il n'avait pris que des adjectifs de choix, de luxe, ceux qui font de l'effet sans rien dire. Tous les environs étaient pittoresques, remplis de sites grandioses ou de paysages d'une gracieuse intimité. Toutes les promenades les plus proches possédaient un remarquable cachet d'originalité propre à frapper l'esprit des artistes et des touristes. Puis brusquement, sans transitions, il était tombé dans les qualités thérapeutiques de la source Bonnefille, bicarbonatée, sodique, mixte, acidulée, lithinée, ferrugineuse, etc., et capable de guérir toutes les maladies."

La source minérale d'Enval, qui pourtant possède les mêmes qualités, ne fut que modestement exploitée, par " une vieille femme qui l'a enfermée dans une cahute et qui la vend aux amateurs ", selon George Sand. 

 

P1030441

Une association, l'APAGE, entretient des sentiers balisés (1) qui permettent, notamment d'atteindre une table d'orientation.

P1030451

" En face s’étendait une plaine infinie qui donnait aussitôt à l’âme la sensation d’un océan. Elle s’en allait, voilée par une vapeur légère, une vapeur bleue et douce, cette plaine, jusqu’à des monts très lointains, à peine aperçus, à cinquante ou soixante kilomètres, peut-être. Et sous la brume transparente, si fine, qui flottait sur cette vaste étendue de pays, on distinguait des villes, des villages, des bois, les grands carrés jaunes des moissons mûres, les grands carrés verts des herbages, des usines aux longues cheminées rouges et des clochers noirs et pointus bâtis avec les laves des anciens volcans. "

P1030452

 

Capture_plein__cran_21102011_172453

 

 


1- "APAGE" : Association pour l'aménagement des gorges d'Enval
                                                        P1030439_1

                                                                     (cliquer sur l'image pour agrandir)


 

Posté par andredo à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 octobre 2011

Les gorges de Chouvigny

En suivant le circuit intitulé " les gorges de Chouvigny ", décrit dans le guide Chamina des Combrailles (n° 74), les points de vue spectaculaires sur la Sioule ne sont pas nombreux.

P1080889

 
C'est en grande partie un parcours vallonné en sous-bois qui procure de jolis effets de lumière,

_clat_1

 

et conduit à un unique belvédère, composé de gros rochers aux formes curieuses.

 

En voiture (ou en canoë), on apprécie mieux les divers aspects du paysage. De Pont de Menat à Chouvigny, sur 7 km, la route suit la Sioule en fond de vallée. 

P1030361

 

P1030363

 

P1030417

 

P1030356


Un tunnel a été creusé dans la roche. 

P1030364


Le roc Armand dispose d'un escalier permettant d'en atteindre le sommet.

P1030401

 

P1030407

 

P1030393

Et le château de Chouvigny, dont l'origine remonte au XIIIe siècle, surveille l'entrée des gorges. 

P1030376


 

Posté par andredo à 08:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 octobre 2011

Lavaudieu, la balade

 Guide  Chamina  " Au fil de l'Allier ", n° 1  
 
ou " Brioude  - Porte des gorges de l'Allier ", n° 23 

La contemplation n'a qu'un temps. Nous allons maintenant marcher, durant trois heures trente.

P1030846_1

 

Passé le pont sur la Senouire, nous longeons la rivière, avant de monter en sous-bois. 

P1030938_1

 

P1030848_copie

 

Des écailles chinées, nombreuses, butinent les eupatoires. 

P1030915

 

Après le hameau des Chirouzes, une trouée offre un point de vue au nord sur la chaîne des puys.

 

Plus près, Brioude pointe le clocher de la basilique Saint-Julien. 

P1030850

 

Nous traversons maintenant une zone de prés et de cultures, où une plante nous intrigue : la tige et les feuilles sont semblables au maïs, seul l'épi est différent. Il s'agit de sorgho, moins avide d'eau que le maïs.

P1030875

 

Un papillon assez rare, le morio, qui manquait à ma collection, nous rend visite. 

P1030870

 

Nous atteignons la nouvelle route du Puy au niveau de l'échangeur de Vieille-Brioude. Elle est ici à configuration autoroutière, et nous la longeons (trop) longuement. Mais la récompense arrive : nous retrouvons la rivière, pour la traverser sur un pont du XVe siècle.

P1030889

 

Du houblon monte à l'assaut de l'arche très élancée, dont la parfaite élégance est en partie cachée par de grands arbres. 

P1030879

 

 

Un peu plus loin, un héron pose près d'un plan d'eau, des hirondelles s'agitent. Un bel oiseau au ventre jaune, qui est peut-être une bergeronnette des ruisseaux, hésite à se montrer. 

P1030892 P1030900

 

Aux abords du village de Fontanes, nous quittons la route et retrouvons bientôt un sentier ombragé.

P1030905

 

Nous sommes sur le versant sud - plus sec - de la vallée de la Senouire.

P1030920

 

P1030901

 

P1030922

 

Le parcours alterne un passage au bord du cours d'eau et un trajet en surplomb. 

P1030911

 

P1030914_copie

 

Une vieille tonne de vigne nous indique que nous approchons du village. 

 P1030923

P1030925

 

P1030942

P1030945


 

Posté par andredo à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 septembre 2011

Lavaudieu, le village

A seulement une heure de route de Clermont, c'est un village de Haute-Loire qui figure parmi les "plus beaux villages de France". 

P1030636

Même si la maison du boulanger disparu est aujourd'hui un petit musée des traditions populaires, le village est toujours vivant. Les brebis l'affirment avec fierté, en défilant sur la place, au pas martial de leur guide.

P1030634

 

P1030655

 P1030932

 

P1030937

P1030929

 

En contrebas des maisons anciennes aux pierres apparentes, au bord de la Senouire, les jardins bien exposés sont magnifiquement entretenus.

P1030626

 

P1030926

 

P1030936

  

Robert de Turlande, le fondateur de de l'abbaye de la Chaise-Dieu, a créé dans le village en 1057 un couvent de bénédictines, qui accueillit des moniales jusqu'à la Révolution.

P1030940

 

C'est aussi à la Révolution que l'église abbatiale a perdu la pointe de son clocher.  Mais elle a conservé des peintures du XIVe siècle.

P1030649_1

 P1030644

P1030654
La Mort Noire distribue ses flèches à l'aveuglette

P1030651
 Une copie de la tête du Christ de Lavaudieu, connu pour faire des miracles
(l'original est au musée du Louvre ; le torse est à New-York)

P1030643

 

Le cloître roman de l'abbaye est le seul qui subsiste dans toute l'Auvergne. 

cloitrea

 

P1030688

 

lion_1

 

P1030663

 

P1030668

 

P1030669_1

 

P1030665

 

P1030664

 

Dans le réfectoire, une fresque de style byzantin (XIIe siècle) a été mise au jour.  

P1030675

 

 A suivre Lavaudieu, la balade


 

Posté par andredo à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


01 septembre 2011

Du Montchal au Montcineyre

Du puy de Montchal au puy de Montcineyre, il n'y a que quatre kilomètres, en allant vers le sud. Le sentier traverse d'abord la forêt des Fraux, et rejoint une route près de laquelle se trouve le creux de Soucy.

P1030757

Autrefois, il était possible de descendre jusqu'à la grille en fer, et par une chaude journée d'été, de se sentir envahi par l'air glacé émanant du gouffre. Une clôture grillagée placée quelques mètres plus haut tente maintenant de dissuader les curieux.

P1030755

 

C'est Edouard-Alfred Martel, grand explorateur de grottes et de gouffres, d'avens et autres abîmes, et à ce titre considéré comme le fondateur de la spéléologie, qui le premier étudia le creux de Soucy, en 1892.

EA_Martel_1

Il décrit l'opération dans " Les abîmes ", illustration à l'appui : 

Capture_plein__cran_21082011_225609

 

P1030760

  

 Voici le croquis du gouffre, par Martel lui-même :

Capture_plein__cran_22082011_113300

En 1968, des plongeurs ont découvert, au fond du lac, une cheminée qu'ils ont en partie explorée (j'ai inversé l'image, prise sur le site Nogareda, pour la présenter selon la même orientation que le dessin de Martel).

chemin_e_soucy

Martel pensait que le creux provenait d'une poche de gaz emprisonnée dans la lave en fusion du puy de Montchal. Actuellement on penche plutôt pour une explosion phréatique, comme celle qui est à l'origine du lac Pavin, mais alors en beaucoup, beaucoup plus petit. 

 

Après la forêt, on traverse des prairies, pour descendre vers la plaine de Montcineyre.

P1030761

 

P1030798_1

 

On arrive près d'une maison, qui fut une résidence secondaire, construite au bord du lac. Maintenant, le lac de Montcineyre sert de réserve d'eau au SIVOM d'Issoire, et toute activité, même la simple baignade, y est interdite (on peut néanmoins pique-niquer dans l'herbe, près du lac : c'est très agréable !).

 Le lac est probablement né du barrage formé par le cône du "Mont de Cendres" (sinon, ce serait encore une fois une explosion du même type que le Pavin) . Il atteint une profondeur de 22 mètres.

 

P1030788 

montcineyre2_1

 

P1030785

 

 


 

Posté par andredo à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 août 2011

Le puy de Montchal

Maar(1)

Boum !

La lave en fusion du puy de Montchal crée des fissures dans la roche, s'y engouffre et s'égare un peu en cherchant la sortie. Elle se heurte à une nappe d'eau, ce qui provoque de très violentes projections  de vapeur d'eau et divers matériaux (retrouvés jusque dans le lac Léman !). Lorsque revient le calme, l'eau se réinstalle, dans le cratère profond de 92 mètres laissé par l'explosion : le lac Pavin est né.

 (1)

Le puy de Montchal (2) est le plus récent des volcans d'Auvergne, il a environ 6000 ans. Le lieu est maintenant bien paisible, le Montchal semblant avec ses longs bras enserrer tendrement le Pavin.

 

lac_pavin___coeur

 Mais certains spécialistes pensent qu'un réveil est tout-à-fait possible de nos jours.
 

 

 Boum !

Il n'y a pourtant rien d'inquiétant dans cette oeuvre (3), installée au fond du cratère du Montchal,  qui évoque le réveil du volcan. C'est simplement très beau, scintillant et bruissant au moindre courant d'air.

P1030610

 

P1030608

 

P1030611


1- Illustrations copiées sur le site du BRGM  : ici.

2- A ne pas confondre avec son homonyme de la chaîne des puys, qui se trouve face aux puys de la     Vache et de Lassolas, avec le château de Montlosier à sa base.

3- "Le Réveil", par Pier Fabre, installé dans le cadre des Rencontres Art Nature - Horizons 2011.


 

Posté par andredo à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 août 2011

Mégalithes

 Sur les hauteurs de Saint-Nectaire, 
 

le petit menhir de Freydefont se sentait bien seul, 

 

P1030334

depuis que son lourd voisin le dolmen de la Pineyre s'était effondré, il y a des siècles.

murol freydefont pineyre

Heureusement, cet été, des amis lui rendent visite. 

 

Lorsqu'on s'approche, ils laissent apparaître leur fragile constitution. Mais ils s'entretiennent : leurs cheveux verts, que l'on pourrait croire synthétiques, sont bien vivants, et semble-t-il humectés avec soin et coupés court chaque jour.

P1030322

 

 gazon

 

P1030326

 

Ils se penchent vers l'ancêtre, espérant qu'il leur racontera comment était la vie, autrefois. Mais l'énigmatique mégalithe reste muet, insondable, immuable.

P1030309

 

P1030327

 


 C'est une oeuvre présentée dans le cadre des rencontres " Arts Nature " Horizons 2011, intitulée "Megalith monument",  par Hannah STREEFKERK, artiste néerlandaise. 


 

Posté par andredo à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 août 2011

Cabanes d'artistes

Plus fûté que celui des trois petits cochons qui avait construit sa maison en paille, Benoît Rassouw (1) a su mettre sa chaumière à l'abri des dangereux prédateurs qui rôdent sur le pré de l'Escudor.

 P1030154

Une clôture électrique interdit en effet au troupeau de trop s'approcher des bottes appétissantes.

chaumi_re

Le randonneur fatigué peut donc s'installer dans la cabane sans être dérangé, autrement que par l'humidité apportée, malgré l'épaisseur des parois, par la pluie persistante de juillet.

P1030157

 P1030167

 ***

 A Murol, dans le parc du Prélong, Suzanne Husky (2) a placé sa première cabane, toute simple, entre deux grands séquoias.

P1030225

P1030227

P1030230

 

La deuxième cabine est pour les enfants studieux, avec sa petite table et ses deux bancs. Pour ne pas détourner l'attention des élèves, la déco reste sobre, si l'on évite de lever les yeux au plafond (ce que la maîtresse n'autorise que lorsque vient l'heure de la récré).

P1030235

 

P1030238

 

P1030240

 

La dernière case est le logis des anciens, confortablement installés dans leurs fauteuils et entourés de leurs nombreux souvenirs.

P1030247

 

P1030258_1 P1030248_1

 

P1030255

 

P1030266 P1030269 P1030268

 

P1030249_1

 

P1030261


P1030156_1                                              P1030236

1- Sommeilleur Hans                                        2- Brindilles



Posté par andredo à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 juillet 2011

Eaux du Mont-Dore

Le sentier des sources, décrit sur rando-planetepuydedome , est une très courte promenade proposant un aller-retour, au bord de la Dordogne, entre la taillerie du Sancy au Mont-Dore et Le Genestoux. Il est tentant de la transformer en boucle, en poursuivant jusqu'à l'usine d'embouteillage SMDA (1) à la limite de La Bourboule, puis en remontant au long du ruisseau le Cliergue jusqu'à la jonction avec le GR 30, pour redescendre au point de départ par Rigolet-Bas.

  

La source Croizat

P1010249

Captée à 200 m de profondeur, elle remonte jusqu'au bassin bétonné. Elle est chaude (45°).

P1010388

 

P1010248

 

P1010252

P1010291
Un peu plus loin, une ancienne  usine électrique

 

La source Félix 

P1010253

La source est abritée par un élégant pavillon, maintenant désaffecté à l'exception d'une baignoire en parfait état de marche (enfin, je n'ai pas essayé, bien que l'eau soit également chaude, mais moins que celle de la source Croizat). 

P1010267

 

P1010260

 

P1010261

 

P1010258

-
Le Genestoux 

P1010284

 

P1010275
Une belle maison proposant des chambres d'hôte

 

P1010269

 

 Au fond, la masse imposante du puy Gros

P1010272 


L'usine d'embouteillage

P1010368

Avant d'y arriver, on traverse la ligne de chemin de fer, puis on longe la Dordogne.

P1010372

 

 L'usine emploie une centaine de salariés. Elle se félicite de participer au développement durable, en transportant sa production vers la région parisienne par fret ferroviaire, évitant ainsi de faire circuler annuellement 3500 camions.


Le sentier du Cliergue

P1010379

Le ruisseau est ponctué de deux cascades, malheureusement situées sur terrain privé et actuellement interdites au public. 

P1010385  

 


 

 1- SMDA : Sources du Mont Dore en Auvergne. La précision régionale est utile, car il existe aussi en Nouvelle-Calédonie des eaux exploitées sous la même dénomination de Mont-Dore, qui désigne une ville proche de Nouméa, et un sommet culminant à 800 mètres.

 Rando_Sentier_MD
(source : ville du Mont-Dore - Je me verrais bien à la place du randonneur ! )


Posté par andredo à 09:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,