11 mars 2014

Souvenirs de guerre, La Valette

P1090762

La route qui grimpe jusqu'à Saint-Etienne-sur-Usson est charmante, mais sinueuse et très étroite. Dans le creux de la vallée, sur la gauche, on ne peut pas rater cette croix au socle imposant. En revanche, sur la droite, à peine une centaine de mètres plus loin, on peut très bien ne pas remarquer le château ruiné de la Valette, près de la rivière du même nom, blotti au fond de son parc et caché par un double rideau d'arbres.

P1090781

 

ch valette

Le château a connu des jours meilleurs, mais son destin a basculé par un dimanche d'été.

46271179
En 1912 (1)

La capitulation de l'Allemagne était maintenant inéluctable, les actes de résistance et les expéditions punitives se multipliaient. Au matin du 30 juillet 1944, les troupes d'occupation basées à Issoire ont déployé toute leur puissance pour capturer un petit groupe de maquisards, soupçonné de s'être installé au château de la Valette.

P1090764

A l'arrivée des colonnes motorisées, personne n'était au château ; les Allemands l'ont aussitôt incendié. Aux alentours, les gens s'interrogeaient : " Il y avait de la fumée... On ne sait rien sinon qu'on a arrêté Mme Vaissière (ses deux fils ont dû prendre le large), le curé de Saint-Jean-en-Val ..." (2).

P1090765

 

En réalité, c'est dans le bourg de Saint-Jean-en-Val, à la sortie de la messe, que l'arrestation a eu lieu. Les deux frères étaient bien présents. 

P1090747

 

P1090756
Le jugement dernier, sculpté sur la croix de mission de 1894

 P1090750
Eglise du XIe siècle, remaniée aux XIVe et XVe siècles

tête portail
Sur le portail , tête sculptée accueillant les fidèles

Les Vaissière n'étaient pas des résistants, ils cultivaient leurs terres. Ils s'étaient soumis à l'ordre de réquisition des FFI (Forces Françaises de l'Intérieur). Ils ont été déportés : Paul et Joseph sont morts dans les camps, seule leur mère a survécu.

P1090760


Mais l'occupant n'avait pas encore trouvé les résistants (au nombre de 55), alors qu'il avait mobilisé 1800 soldats d'élite. L'opération s'est poursuivie à Berme-Bas, puis à Chaméane.

carte la Valette - Chaméane
(cliquer pour agrandir)

A suivre :        
Berme et Chaméane


Source :  "Mémoires d'un artilleur"
 1- In memoriam 
 2- Qui cherche trouve


 

Posté par andredo à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


05 mars 2014

Les rochers de Rufino

P11802071

Sur des blocs rocheux dans la pente dominant la rive gauche de la Morge, j’ai découvert les rochers de Rufino.

P10807742

J’y ai vu plusieurs belles femmes élancées, nues, aux formes sensuelles, tandis qu’une autre, couchée en position fœtale, se cachait désespérément le visage …

Et  des têtes humaines, sereines ou hiératiques …

Et, d’une facture moins maîtrisée, des animaux : une colombe de la paix gravant des signes  avec son bec sur un livre ouvert, et une bête étrange qui  porte une carapace, mais paraît dotée aussi de poils et de griffes, décrite comme une grenouille …

Et, à moitié gravés, des messages. L’un est à peine lisible, l’autre est touchant mais assez mièvre : « Accepte-moi pour ce que je suis  Pas pour ce que j’ai  Je t’aime  » …

Et une scène évocatrice, caractérisée par un personnage doté d’un pénis en érection disproportionné. Et c’est là le problème …

Car je n’ai pas jugé utile de cacher cet aspect de l’œuvre, et en représailles l’association qui gravite autour du sculpteur m’a interdit de publier mes photos. Procédant par invectives, procès d'intention et menaces, elle a également tenté de me faire taire, sans grand souci de la liberté d’expression.

L’ensemble de sculptures est présenté officiellement comme un « hommage rendu aux personnes qui souffrent de maladies et de discriminations ». Pour faire bonne mesure, la notion de tolérance (mais oui !) y est ajoutée : tout cela est très honorable. Néanmoins, j’ai personnellement  le plus grand mal à établir le lien entre cet habillage, et la réalité d’une scène à caractère explicitement sexuel, qui vraisemblablement n'est que l'expression des fantasmes du sculpteur.

Mais Alvarez Rufino lui-même n’assume pas et se dit « perturbé » par la simple description de ses créations. Le symbole phallique n’est pourtant pas nouveau, ni tabou. Dans une démarche ambiguë, l’artiste a d’ailleurs posé pour le journal  La Montagne, la main gauche s'appuyant fièrement sur l’objet du litige :

825282

Source : http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/puy-de-dome/riom/2012/09/11/lartiste-reve-de-faire-naitre-un-parc-sculpte-en-pleine-nature_1263821.html

L’œuvre est bien intéressante à observer. Il suffit, si vous avez de jeunes enfants, de vous préparer à leur répondre sans gêne, lorsqu’ils vous questionneront à propos de ce membre qu’il faudrait ignorer, alors qu’il est si ardemment dressé.

292932353

 


 

Illustrations :

1- Lingam au sanctuaire de Mỹ Sơn

2- prospectus

3- satyre puant ou phalle impudique

Lien : http://lesrochersderufino.wix.com/sculpteur-63440

 


 

Posté par andredo à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :