Au Ve siècle, Riom disposait déjà d'une église et d'un curé prénommé Amable. Comme le père faisait des miracles, il ne tarda pas à être vénéré, et la ville commença à s'étendre.

P1080705

 

P1080695

Les reliques de Saint Amable sont aujourd'hui encore conservées pieusement dans l'église qui porte son nom. Celle-ci n'a pas de style bien marqué, mais elle est dotée d'un riche mobilier : grandes orgues, grands tableaux, dorures, autel et anges en marbre... 

P1080698

 

autel marbre

  

Mille ans plus tard (c'est fou comme le temps passe vite !), Guillaume Revel prend un cliché de la ville. Devenue capitale administrative et judiciaire de l'Auvergne, elle s'est bien développée, protégée par ses remparts. Remarquez que Guillaume venait d'Aigueperse, au nord, c'est pourquoi l'est se trouve à gauche, et l'ouest à droite, bien sûr. 

riom revel
(Bibliothèque Nationale de France)

On observe d'abord, devant les remparts, l'Ambène (ce ruisseau a été en partie détourné pour alimenter des tanneries), et dans l'enceinte, de gauche à droite : le palais construit par Jean de Berry à partir de 1360 (à l'emplacement de l'actuel palais de justice) avec la Sainte Chapelle, puis le beffroi devenu la tour de l'Horloge, l'église ND du Marthuret, et la basilique Saint-Amable. 

 P1080739
La Sainte Chapelle

 

 P1080715

P1080714
La Tour de l'Horloge

 

P1080728
La dernière maison à pans de bois

 

Dans l'église du Marthuret, construite à partir de 1308, est conservée la Vierge à l'oiseau, également du XIVe siècle. Sous la Terreur, les bouchers de Riom ont caché cette sculpture afin qu'elle échappe à la destruction.

P1080664-001

 

P1080683

 

A la Renaissance, Riom devint ville royale, et des hôtels particuliers abondamment décorés furent édifiés.  

P1080723-001

P1080725

 

P1080731

 

 

P1080727

 

P1080692

 

La fontaine Adam et Eve a été construite plus tardivement, au XVIIe siècle.

P1080687

P1080689P1080688

 

Au XXe siècle, Etienne Clementel, dont le buste a été sculpté par Rodin, s'est attaché à préserver et enrichir le patrimoine de la ville.

P1080737

 

P1080736

P1080735

 

P1080733
Le Baiser de la Gloire, dans la cour de l'Hôtel de ville, sous les arcades 

Mais la ville n'est pas entièrement bourgeoise. Près des anciennes tanneries, on trouve un quartier populaire. Il n'est pas nécessaire d'être un grand marcheur : tout est concentré dans la surface délimitée par le boulevard circulaire qui suit le tracé des anciens remparts.

P1080685