16 mai 2011

Le puy de Crouel

 P1010621

<<  Plus loin, un puy fameux, que l'on nomme Crouel,
Aux yeux du voyageur paraît un vaste autel ;

P1010617

Il s'élève au milieu d'une campagne immense :
Qui sait comment sa masse en ces lieux prit naissance ?

P1010562

D'où vient de ses rochers le bitume noirci ?
Le brûlant Phlégéton sortirait-il d'ici ?

P1010546

P1010599

Autrefois je montais sur son sommet pierreux
Et je croyais alors escalader les cieux

P1010565

Je t'adresse mes vers, petit mont remarquable
Qu'environne Bacchus de son pampre agréable >>  
(1)

P1010535

 

Deux siècles plus tard, un tel enthousiasme n'est pas de mise : l'immense campagne est très urbanisée, et le calme du lieu est relatif, car il faut parvenir à faire abstraction du bourdonnement continu de la circulation automobile.

P1010646

 

P1010580

A quelques mètres de l'autoroute, devant leurs cabanes, les jardiniers imperturbables échangent  leurs plants de tomates, en se demandant s'il est bien raisonnable de les repiquer maintenant, alors que les saints de glace ne sont pas passés.

P1010595

Quelques cerisiers s'élèvent au-dessus des broussailles ; une cépée de figuiers s'est développée au chaud contre la roche. Bacchus se contente d'une maigre parcelle de vigne peu à peu gagnée par l'envahissante aristoloche clématite.

P1010540

 

Le Crouel signale le début des " indésirables " (2) rejetés à la périphérie de la ville. Les plus acceptables d'entre eux se sont alignés à ses pieds : funérarium et funérarium, cimetière et crématorium. Du camp de tziganes discrètement installé de l'autre côté, près des jardins, ne parvient que l'aboiement d'un chien. Les dépôts d'ordures ne sont pas très loin ; le chantier de l'incinérateur contesté - voir (3) - est encore plus proche.

 P1010641

 

P1010552

En juillet 1939, un militaire a sans doute trouvé la mort en percutant avec son avion le sommet du mont. Ses camarades ont érigé une stèle à sa mémoire, sans préciser les circonstances de l'accident. On ne retient donc que son nom  (qui ne facilite pas les recherches) : le sergent M. Truc.

P1010569

Un petit enclos dont le grillage a été enfoncé protège (un peu) des antennes depuis longtemps inutilisées.

P1010577

En haut fleurit le chèvrefeuille, en bas le cornouiller. Mêlées aux arbustes et aux rochers, des plantes basses offrent au soleil leurs couleurs variées.

P1010534

P1010542 P1010545 
hélianthème                                pervenche

P1010543
   

P1010584
euphorbe

P1010579
fumeterre

P1010592
églantier

 Vue du puy de Crouel depuis la carrière de Gandaillat

 


(1) - " Le panorama naturel " par Jacques Bernard, 1816
 
                                      .Capture_plein__cran_05052011_163416
                               (cliquer sur l'image pour accéder au document)

(2) - " Les Indésirables - Paysage déversoir du trop-plein de la ville " par Adèle Moury : ici.

(3) -  Article du journal " La Montagne " du dimanche 15 mai 2011 :
                       Num_riser0001
                                      (cliquer sur l'image pour l'agrandir)


Posté par andredo à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


02 mai 2011

L'abbaye de Randol

Puis-je me promener dans cet espace privé, et qui sont ces hommes vêtus de robes noires qui s'activent sur le domaine, et de quand date cette imposante construction, étonnamment moderne pour un monastère ?

P1000905

 

Conscients de notre ignorance, les religieux ont placé, dès la sortie des parkings, un panneau d'information : 

P1000934

«  ... les moines s'engagent à vivre selon l'Evangile, à la manière de Saint Benoît (480-547), qui se fit ermite puis fonda le monastère du Mont-Cassin (entre Rome et Naples).

Les moines vivent en communauté sous la conduite d'un Père Abbé. Leurs journées se partagent entre la prière, l'étude de la Bible, et le travail intellectuel et manuel (activités agricoles, forestières et artisanales).

Saint Benoît dans sa règle leur demande de pratiquer l'accueil tout en gardant la réserve nécessaire à la recherche de Dieu. »

P1000945

 « 1968 : Charte de fondation ... la vie bénédictine, absente d'Auvergne depuis deux siècles, va renaître à Randol. [ l'inauguration a eu lieu en 1971 ]

1981 :  le monastère devient Abbaye. Notre-Dame de Randol fait partie de la congrégation de Solesmes. Fondée en 1837 par Dom Guéranger, celle-ci compte quinze monastères en France et quinze à l'étranger.

Dans le monde, 35 000 moines et moniales environ vivent selon la règle de Saint Benoît. »

Et à Randol, ils sont une quarantaine.

P1000895

 

L'abbaye est implantée sur un coteau sec où poussent des buissons épineux, quelques résineux, et une herbe rase parsemée çà et là de fleurettes, surtout potentilles et anémones.

P1000890

 

 P1000887

 

Est-ce dû à l'aridité du terrain, ou à l'absence d'un jardinier ... toujours est-il que nos pauvres bénédictins donnent l'impression qu'ils ne se nourrissent que de conserves. 

Heureusement, on trouve un peu de bio !

P1000919_1
Bête maudite ou sauveur, créateur ou destructeur, sage ou vicieux... 

 

Au bout de la route, le village de Randol était abandonné. Les moines, qui l'ont restauré de belle façon, y logent maintenant les personnes qui viennent faire retraite au monastère.

 

P1000911

 

 

P1000916

 

 

 

P1000902

 

 

P1000915_1

 

 

 

P1000903

 

 

 

En suivant au hasard les sentiers tracés sur le domaine, ou plus méthodiquement à partir du village, on trouve le chemin de croix, qui conduit à un petit sommet.

 

P1000906

 

 

P1000914

 


 

P1000912

 

 

P1000908

 

 

 

 

 

 

On s'attarde volontiers, de l'ombre à la lumière, dans l'église abbatiale aux lignes pures et à l'ornementation discrète.

 

b_nitier

 

 

P1000928  P1000927

 

 

P1000920

 

 

 


 

Posté par andredo à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,