27 mars 2009

jardin zen (4)

Impatience

Le banc et la tortue sont maintenant en place :

P1140061

P1140065

P1140070

Des bulbes malmenés, oubliés, ont quand même refleuri.

P1140153

Des jeunes pousses sont apparues, sur les tiges d'osier , sur les rosiers ...

jardin_zen1

Mousses et lichens  composent sur les rochers de l'île des tableaux fantastiques, paysages en miniature que seul le visiteur attentif peut apprécier.

P1140171

jardin_zen

Les bourgeons du pêcher sont près d'éclater.

P1140199

Même l'érable pourpre annonce la couleur,

P1140168

mais il n'a pas déployé ses feuilles.

Ce n'est donc pas encore le moment de placer la lanterne, destinée à bien montrer qu'il s'agit d'un jardin "japonais" (accommodé à ma façon).


Posté par andredo à 15:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


13 mars 2009

Château Rocher

" Au fil de la Sioule "

Nous quittons Châteauneuf-les-Bains , cap au nord.

Num_riser0001_1

Lisseuil a une toute petite église qui ne se distingue des autres maisons du village  que par son pignon surélevé abritant deux cloches.

P1130963
C'est un "clocher-peigne", appelé aussi "clocher-mur"

Mais dans le choeur est conservée une splendide vierge en majesté du XIIIe siècle, en bois.

P1130972

P1130967

P1130969

Ce n'est d'ailleurs pas le seul trésor du village, et le curé ne manque pas de nous le faire savoir :

P1130964

Voilà qui est intéressant, mais nous ne pouvons nous attarder, car le but de la promenade, c'est Château Rocher :

P1130899
Point de vue situé sur la route de Montluçon, dans la descente vers Pont de Menat

P1130900

En longeant la Sioule, vous ne le verrez pas sous cet angle, mais plutôt ainsi :

P1130920

Non, pas vraiment, car là,  c'est dans l'autre sens, en venant de Pont de Menat. En fait, en partant de Lisseuil, vous ne le verrez qu'au dernier moment, en sortant du parking aménagé à Blot Rocher. Auparavant, vous aurez traversé Saint-Rémy-de-Blot, où Laetitia Casta en personne se tient prête à vous indiquer le chemin :

P1130962

P1130922

Voilà, nous y sommes !

Le château a été construit au XIe siècle par Archambault le Fort, et renforcé au XIIIe. On voit encore des traces du système de défense, constitué par plusieurs murs d'enceinte et fossés, du côté est :

P1130926

P1130960_1

A l'ouest, pas de problème défensif : c'est une falaise au-dessus de la Sioule.

P1130945

lumix_premi_res_photos_107

Toutes ces précautions n'ont pas empêché, pendant la guerre de Cent Ans, la prise du château par des mercenaires à la solde de l'Anglais. Et très vite, avant même que Richelieu pense à la détruire, la forteresse fut abandonnée.

P1130946

int_rieur

Et qui vint ensuite hanter ces lieux inquiétants, les nuits de pleine lune ? Mais le Diable, bien sûr ! C'est du moins ce que dit la rumeur, colportée par l'office de tourisme du pays de Menat sur son panneau d'information  :

" On voyait alors s'élever dans les cieux d'immenses flammes, rouges, énormes et interminables jusqu'à se perdre dans les nuages.

Autour du feu, boucs, sorciers et damnés formaient une ronde ; leurs ombres se dessinaient  parmi les ruines, en jouant avec les rochers.

Pour s'en être trop approchés, certains paysans devinrent aveugles ; ces soirs-là, dans les chaumières, on tremblait..."

La Sioule, elle, garde son calme, formant un joli méandre qui précède celui de Rochocol, que nous pourrons observer depuis Navoirat, sur l'autre rive atteinte en traversant le pont romain de Menat ... une prochaine fois !

m_andre_rectifi_


Posté par andredo à 08:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

06 mars 2009

Jardin zen (3)

Plantations

P1130852

Voici le massif de graminées, accrochez-vous, je vais tenter d'indiquer leurs noms, sous réserve d'erreur, bien entendu.

Au premier plan, de gauche à droite : carex oshimensis evergold, festuca glauca (fétuque bleue), luzula nivea lucius, acorus ogon, festuca glauca.

Puis, à peine visible derrière la première fétuque bleue, se trouve celle qui devrait devenir la plus grande : schizachyrium scoparium, appelée aussi andropogon scoparius. Au milieu, stipa tenuifolia plus connue sous le doux nom de cheveux d'ange. A droite en rouge, carex buchananii.

Au fond, un peu caché par les cheveux d'ange, un miscanthus sinensis zebrinus. Ouf !

Les plants sont sans doute trop rapprochés, mais je n'ai pas pu résister à l'envie de produire un effet immédiat.

P1130854

Le gazon n'existe pas dans les jardins japonais, mais, voulant faire plaisir à mon épouse, je lui ai offert cette pelouse géométrique, qui l'a laissée sans voix (peut-être s'interroge-t-elle sur mon état mental) :

P1130872

Ce sont de petits blocs de sagine (sagina subulata). De l'autre côté de l'allée, le massif aromatique - composé de thym, serpolet, sarriette, romarin, armoise naine et santoline -  prend forme :

P1130851

Ces piquets droits devraient, si tout va bien, finir par ressembler à des cerisiers nains. Des bruyères actuellement en fleurs éclairent la bordure :

P1130864

Le tronc du pêcher, protégé avec du blanc arboricole, profite de la floraison des perce-neige, repiqués en vert tout autour :

P1130813

Solitaire dans les galets, voici un pin (picea abies tompa) que j'espère conserver sous une forme réduite rappelant un bonsaï :

P1130815_1

J'ai aussi planté un genévrier, des azalées, des rosiers, une euphorbe, des pensées ...

P1130858

Et l'érable pourpre (acer palmatum atropurpureum) est maintenant à sa place. Mais sans ses feuilles, il reste discret :

P1130860

***

Bientôt, au printemps, ce sera l'inauguration, avec la mise en place des éléments décoratifs.

P1130692

P1130879
Non, tu n'as pas le droit de t'installer sur un fauteuil, ta place est au jardin !


Posté par andredo à 15:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :