30 juillet 2008

Au fil de la Sioule : Les Fades

Ayant absorbé la Miouze, puis le Sioulet, nous étions arrivés au pont  du Bouchet (ici). Remontant vers le nord, nous voici maintenant au barrage des Fades, qui ne laisse s'échapper qu'un faible filet d'eau sous le viaduc ferroviaire.

Num_riser0003

P1100840

P1100855

Les Fades, ce sont les fées, bien sûr, qui de tous temps ont peuplé cette région sauvage. Mais voilà qu'un panneau d'information vient rompre le charme, en nous racontant l'histoire invraisemblable de deux vieilles folles ("fadas"), qui auraient légué tous leurs biens pour faire construire un pont, afin d'éviter aux malheureux voyageurs de se mouiller les pieds en traversant la rivière à gué !

panneau_fades_1
V
panneau_fades
(cliquer pour agrandir) 

Vu d'ici, le viaduc reste ce "superbe colosse aux jarrets de granite et au front d'acier", comme on n'hésitait pas à dire à l'époque de son inauguration, en 1909. Il est longtemps resté le plus haut d'Europe (132 m), et  il a attiré de nombreux visiteurs, comme aujourd'hui le viaduc de Millau, que tout le monde veut photographier.

P1100851

P1070873
Mais oui, moi aussi !

Au début des années soixante, le viaduc des Fades restait  un site touristique fréquenté : je me souviens d'y être allé avec ma grande soeur, qui m'avait un dimanche sorti du lycée où je m'ennuyais. J'avais beaucoup apprécié, surtout le voyage au son de la radio, dans la Deux-Chevaux de son fiancé, et la délicieuse tarte aux oranges et à la pâte d'amandes dont elle a maintenant perdu la recette.

P1110808
La 2CV, c'était la même que celle-ci
P1110812

Aujourd'hui, il ne reste au bord de la route que quelques bâtiments délabrés, et en montant au niveau de la voie de chemin de fer qui fut pourtant dotée d'une gare, la même impression d'abandon nous saisit.

P1100839
Il y avait ici  un hôtel-restaurant qui offre maintenant aux intempéries
ses fenêtres béantes
.

La ligne a été fermée en 2007, par manque de passagers, et pour cause de vétusté du viaduc. Mais auparavant, une toute petite partie du tablier (long de 144 mètres) avait été repeinte, peut-être pour donner un peu d'espoir à la population locale, ou alors pour mieux faire ressortir la rouille qui recouvre tout le reste :

P1100842

P1100843

L'accès aux voies reste interdit, car le train fantôme peut surgir à tout moment et écraser l'imprudent piéton :

P1100841

P1100841_1
Je suis sûr que quelqu'un est chargé de repeindre régulièrement
le beau bidon rouge vif

Rien n'est perdu, la mobilisation est en marche : l'association "Sioule et Patrimoine" s'active pour organiser la grande fête du centenaire du viaduc, en 2009 ; elle espère recueillir des dons suffisants pour effectuer la réfection du tablier du viaduc. A ce jour, elle ne dispose malheureusement, hormis une subvention de 50 000 €, que de 25 000 € sur les 3 millions qui seraient nécessaires...


Posté par andredo à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :