23 novembre 2006

Gergovie

Le vent souffle toujours très fort sur ce plateau au sud de Clermont. Le lieu accueille d'ailleurs tous les ans une manifestation consacrée aux cerfs-volants : "Cervolix".

Des fouilles sont en cours, qui tendraient à prouver que c'est bien là que s'est déroulée la bataille décrite par Jules César dans "la Guerre des Gaules" (gergovie.free.fr). Mais d'autres chercheurs prétendent, reconstitution complète à l'appui, qu'elle a eu lieu de l'autre côté de l'agglomération, sur le site des côtes de Clermont (gergovie.fr). La question est étudiée en détail dans un article de Wikipédia : "siège de Gergovie" (1)

gergovie_016_modifi__1

L'arc-en-ciel désigne le site des tenants des côtes de Clermont, qui n'hésitent pas à proclamer qu'ici nous ne sommes pas à Gergovie, mais à ... Merdogne. Merdre alors !

Ce qui m'a surpris ce jour-là, ce sont les statues installées en plusieurs endroits. Je connaissais déjà les rails tordus d'Yves Guérin : l'année dernière, le maire de Beaumont en avait installé en divers endroits de la ville, et c'était loin d'être convaincant. L'aspect artistique avait échappé à la majorité des citoyens, qui s'étaient surtout inquiétés de voir ces échafaudages, non protégés, s'écrouler sur la tête de leurs enfants, ou leur tranmettre le tétanos.

gergovie_015

La première composition rencontrée ne m'a guère plus intéressé : j'ai trouvé que le tronc mort tout proche était plus évocateur.

gergovie_007_modifi__1

Mais j'ai découvert l'ensemble intitulé "Danse Macabre", et j'ai été séduit. Je les ai vus, ou imaginés, ces êtres démembrés, agités de soubresauts au gré des stridulations angoissantes d'un orchestre invisible, saisissant les vivants au hasard de leur marche aveugle, tout en offrant leurs os noirs à l'étrange lumière qui tour à tour éclatait et se voilait.

gergovie_025_modifi__1

"En ce miroir chacun peut lire
Que lui convient ainsi danser.
Sage est celui qui bien s'y mire
Le mort le vif fait avancer :
Tu vois les plus grands commencer
Car il n'est nul que mort ne fière (frappe)
C'est piteuse chose y penser
Tout est forgé d'une matière."
   
  (voir ICI )

a

fragment de la fresque de la Danse Macabre, dans l'église abbatiale de la Chaise-Dieu

a

gergovie_022

aa

gergovie_027

_________________________________________________________________________________________

PS :  Je croyais l'installation définitive, mais le journal "La Montagne" du 30 décembre 2006 annonce que l'exposition cessera fin janvier 2007. Dommage ! Je trouve qu'elle valorisait le site, certainement plus que le monument érigé à la gloire de Vercingétorix, dont le seul mérite est d'être visible de loin.

gergovie_028_modifi__2

*

(1)- Et pour clarifier les choses, il existe maintenant une troisième possibilité, présentée ici avec force détails, car des fouilles ont démontré que le plateau de Corent était le siège d'une grande ville (voir Corent, ville gauloise).

- Complété le 18 janvier 2011


Posté par andredo à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


07 novembre 2006

La narse d'Espinasse

Guide Chamina « Chaîne des Puys », n° 34

aa

Après avoir écouté, sur Clermont-Première, Christian Bouchardy vanter avec enthousiasme les beautés de la tourbière, l'un des rares milieux naturels non modifiés par la main de l'homme, j'ai eu envie d'aller voir celle d'Espinasse.

aa

a

D'une durée  de deux heures, la promenade est facile, sur un large chemin qui tout d'abord contourne par la droite le puy de l'Enfer.

a

P1050626
la carrière du puy de l'Enfer

a

Plus loin, le village d'Espinasse, qui ne comporte que quelques maisons, dispose de deux grandes fontaines-abreuvoirs.

a

P1050628
Celle-ci servait aussi de lavoir

a

P1050631
Celle-là est prolongée par un très long abreuvoir

a

Arrivé à la narse, je n'ai bien sûr rien vu des plantes de tourbière : c'est réservé aux naturalistes chevronnés. Il est d'ailleurs interdit de pénétrer dans la tourbière, on se contente d'en faire le tour. A la fin de l'automne, c'était plutôt décevant.

a

Espinasse_023_modifi__1

Espinasse_025

a

a

a

En été, en revanche,  la narse est ondulante et colorée.

a

P1050645

a

P1050632_1

a

P1050636

a

Et pour cette première fois, une belle surprise m'était réservée : un grand rapace tournoyait au-dessus de moi. Il devait être attiré par la dépouille d'un renard écrasé, que j'ai repérée un peu plus tard. J'ai d'abord cru reconnaître un aigle royal.  Mais comme on n'en rencontre pas en Auvergne, ce ne pouvait être qu'un milan royal. D'accord, mais il est quand même très impressionnant !

Espinasse_009_modifi__1


(Complété le 16 août 2010)

Posté par andredo à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]